topblog Ivoire blogs

17 mai 2019

Climat / Dialogue structuré: Pour un développement inclusif et participatif en Afrique

BAD, CGLU Afrique, Task force climat CGLU AfriqueLa Banque africaine de développement organise le tout premier dialogue panafricain sur la réalisation des objectifs en matière d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques.

Alors que l’Afrique jouit d’un développement économique sans précédent et d’une forte croissance démographique et urbaine, de grandes parties du continent sont également très vulnérables et font déjà face aux conséquences dramatiques du changement climatique. Les collectivités territoriales , la société civile et les jeunes se font de plus en plus entendre et demandent plus d’engagement à tous les niveaux pour lutter contre le changement climatique. Cela fait de l’Afrique un acteur clé du défi mondial visant à atteindre les objectifs fixés dans l’Accord de Paris consistant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Sur  tout le continent, les villes et les autorités locales sont en action .

La toute première conférence d’échange et de coopération entre autorités nationales et locales africaines sur les problèmes climatiques et la décentralisation des contributions déterminées au niveau national (CDN) a été lancée aujourd’hui à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Les ministres, maires et dirigeants de municipalités africaines exploreront les possibilités de coopération et d’assistance mutuelle lors d’une conférence sur le « Dialogue structuré » organisée par la task force  climat de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) en partenariat avec la Banque Africaine de Développement (BAD).

La réunion de deux jours au siège de la Banque, du 15 au 16 mai 2019,   réuni les présidents des associations de gouvernements locaux et des partenaires techniques et financiers.

«La Banque africaine de développement est déterminée à aider les pays africains à mettre en œuvre leur CDN par l’intermédiaire de son Africa NDC Hub», a déclaré Anthony Nyong, Directeur pour le Changement climatique et la croissance verte à la Banque africaine de développement. «Nous sommes ravis d’organiser cette conférence qui rassemble les acteurs clés aux niveaux central et territorial afin de s’entendre sur la décentralisation des CDN. »

Les partenaires de la task force climat de CGLU Afrique, tels que la Convention des maires en Afrique subsaharienne (CoM SSA), la Convention  des maires pour le climat et l’énergie (GCoM) et les Collectivités locales pour le développement durable en Afrique (ICLEI Africa), qui conjointement avec la Banque africaine de développement souhaitent accroitre leur soutien climatique aux villes africaines. Le premier Dialogue Structuré explorera des possibilités concrètes d’améliorer la gouvernance à plusieurs niveaux, en mettant un accent particulier sur le développement inclusif et participatif des pays, villes et régions d’Afrique afin de gérer les risques liés au changement climatique tout en ouvrant de nouvelles opportunités d’investissement.

Reconnaissant que le changement climatique ralentit les efforts déployés par l’Afrique pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) nécessaires pour relever les défis mondiaux tels que la pauvreté, les inégalités et la dégradation de l’environnement, et conformément aux objectifs fixés dans le cadre des CDN, la Convention des maires en Afrique subsaharienne  (CoM SSA) financée par la Commission européenne s’est également engagée à fournir un soutien technique aux villes et municipalités africaines afin d’élaborer et de mettre en œuvre des actions axées sur l’accès à l’énergie propre, l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à celui-ci.

À cette occasion, la Convention des Maires (GCoM) a désigné le maire d’Accra, Mohammed Adjei Sowah qui rejoindra son Conseil d’administration, reflétant l’implication des villes africaines au niveau mondial et la promotion de la collaboration en matière de recherche, d’innovation et d’investissement entre les collectivités locales, les gouvernements nationaux, les universités et le secteur privé par le biais de la Convention des Maires (GCoM)  et à l’échelle régionale par le biais de la Convention  des Maires en Afrique subsaharienne (CoM SSA).

«C’est un véritable honneur que de faire partie du Conseil d’administration de la Convention des Maires et de siéger avec des pairs du monde entier. Le lien direct que nous, les maires, avons avec nos citoyens et l’impact que les villes peuvent avoir sur la vie quotidienne des habitants en font l’un des niveaux d’action les plus pertinents pour lutter contre le changement climatique », a déclaré Mohammed Adjei Sowah, Maire d’Accra. « Ce qui fait la différence est la vision que nous portons en tant que Maires, mais également le soutien et la collaboration que les villes et les municipalités peuvent apporter à des discussions telles que le Dialogue structuré avec la BAD. Cette vision est au cœur de l’action pour le climat et nous devrions nous efforcer de l’amplifier à Abidjan et au-delà, à l’ensemble de la région de l’Afrique subsaharienne », a-t-il ajouté.

Contacts médias:

Banque africaine de développement, Amba Mpoke-Bigg, Département de la communication et des relations extérieures, courriel: a.mpoke-bigg@afdb.org, tél.: +225 57 25 77 00

CGLU Afrique, Em Ekong, Directrice de la communication, e-mail: eekong@uclga.org, tel: +44 7801 701 675

Convention des Maires en Afrique subsaharienne, Jude Fuhnwi, courriel: jfuhnwi@uclga.org, tél.: +233 54 450 6505

Convention mondiale des maires sur le climat et l’énergie (GCoM) : Brett Kobie, Conseiller spécial pour la communication, Convention mondiale des maires sur le climat et l’énergie, courriel: bkobie@globalcovenantofmayors.org, tél.: +32 476 97 46 30

06:13 Publié dans Politique, Société | Tags : bad, cglu afrique, task force climat cglu afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | |

09 février 2019

BAD:Présentation du rapport « Perspectives économiques en Afrique 2019 »

perspectives, économiques, bad, 2019La Banque africaine de développement a présenté l’édition 2019 du rapport « Perspectives économiques en Afrique» en marge de la 32ème Session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, vendredi 8 février 2019 à 08h30 à Addis Abeba.

Le thème retenu cette année est "L'intégration pour la prospérité économique de l'Afrique". Le rapport met en lumière les perspectives économiques et les projections de croissance de l’ensemble du continent et de chacun des 54 pays. Il offre des prévisions à court et moyen termes sur l’évolution des principaux facteurs socio-économiquestels que l’emploi, et fait le point sur les défis et les progrès enregistrés.

Perspectives économiques en Afrique

Le rapport Perspectives économiques en Afrique est le fruit des travaux et analyses des experts économistes de la Banque. Le rapport est un outil pour les décideurs, universitaires, investisseurs, experts en finance et aussi pour la presse. Il est largement utilisé pour étayer les décisions politiques et améliorer l'efficacité opérationnelle des institutions.

Source: BAD

15:12 Publié dans Economie | Tags : perspectives, économiques, bad, 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |

15 août 2016

BAD : un centre régional pour l’Afrique du Nord serait implanté en Tunisie

 BAD : un centre régional pour l’Afrique du Nord serait implanté en Tunisie

La coopération entre la Tunisie et la Banque africaine de développement (BAD) et les perspectives de son développement étaient au centre d’une rencontre ayant eu lieu à Tunis entre Yassine Brahim, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale et Alberic Kacou, vice-président du groupe de la BAD chargé des ressources humaines et des services institutionnels.

Dans ce cadre, M. Kacou a présenté la nouvelle stratégie de la BAD portant sur le plan structurel et les priorités sectorielles de la prochaine période, notamment le secteur de l’énergie, les politiques industrielles, l’intégration et l’amélioration des conditions de vie dans les pays africains.

Ainsi, un intérêt particulier sera accordé à la facilitation des procédures, afin d’accélérer le rythme de la coopération et d’assurer plus d’efficacité.

Le vice-président de la Banque a également présenté, dans le même contexte, le plan de la BAD en matière de décentralisation de ses activités, et ce, à travers la création de cinq centres régionaux couvrant les pays africains, y compris un centre dédié à l’Afrique du Nord, qui sera probablement implanté en Tunisie.

En ce qui concerne la Conférence internationale sur l’investissement qui se tiendra en Tunisie les 29 et 30 novembre prochain, le responsable a affirmé que la participation d’une délégation présidée par le président de la BAD sera une occasion de renouveler l’engagement de l’institution à soutenir la Tunisie sur la voie du développement.

Pour sa part, Yassine Brahim a exprimé sa satisfaction vis-à-vis des relations de coopération entre les deux parties, faisant de la BAD un partenaire stratégique de la Tunisie.

Revenant sur la Conférence internationale sur l’investissement, le ministre a estimé qu’elle sera une opportunité pour présenter et évaluer les grands projets approuvés dans le Plan de développement 2016-2020 et étudier la possibilité de contribuer à l’exécution de ces projets, notamment dans les secteurs vitaux à l’instar de l’infrastructure, des énergies renouvelables et des technologies de la communication…

leconomistemaghrebin.com

11:29 Publié dans Monde, Politique | Tags : bad, centre régional, afrique du nord, tunisie | Lien permanent | Commentaires (0) | |