topblog Ivoire blogs

22 septembre 2019

La paix, la condition pour le développement de l'Afrique

paix, condition, developpement, afriqueWashington (AFP) - "Je ne connais pas de pays qui ont pu ou qui pourront se développer économiquement s'il n'y a pas la paix", tonne Christine Lagarde. La persistance des conflits est le principal frein à la croissance en Afrique subsaharienne, souligne l'ancienne dirigeante du FMI.

"La paix, c'est la première condition", insiste-t-elle dans un entretien exclusif à l'AFP, déplorant que l'on parle "très peu" de la situation de conflit que vivent ces pays, des camps de réfugiés "très très importants" aux frontières.

"Tout est lié. Les réfugiés ne quittent pas leur pays de gaieté de coeur", dit-elle. "Bien souvent, ils quittent un pays parce qu'il y a des violences, parce qu'il y a un risque de conflit, parce que la guerre les chasse de leur pays".

Sur une note plus optimiste, elle souligne que l'Afrique a connu "des changements phénoménaux" et "une amélioration significative" ces dernières décennies.

Le Fonds monétaire international, qui a renforcé sa présence sur le continent africain pour apporter ses compétences techniques, a contribué "au changement des mentalités" en sensibilisant les pays à l'importance des politiques macro-économiques.

En outre, le rôle de la femme africaine dans l'économie --que Christine Lagarde a constamment mise en avant -- et l'impact de la technologie sur les jeunes sont autant d'éléments ayant contribué à la croissance.

Mme Lagarde, qui vient de quitter le poste de directrice générale du FMI qu'elle a occupé pendant huit ans, rappelle avoir elle-même été au chevet des pays. "J'ai visité tant de pays africains", se remémore-t-elle. A chaque déplacement --un à deux par an-- elle s'est rendue dans trois ou quatre pays différents pour prendre le pouls économique, encourager les décideurs à prendre les mesures nécessaires et à lutter contre la corruption.

- Pauvreté persistante -

Le développement économique en Afrique subsaharienne est aujourd'hui "supérieur à la croissance mondiale", constate-t-elle, soulignant qu'il y a des pays, à l'instar de la Côte d'Ivoire, du Rwanda ou du Sénégal où le développement est encore beaucoup plus rapide.

Le FMI y a joué un "rôle de portefeuille", déployant d'importants financements.

Pour autant, la pauvreté continue d'augmenter en Afrique sub-saharienne, qui comptait déjà il y a quatre ans plus de la moitié de la population mondiale extrêmement pauvre. Et cette région du monde est particulièrement fragilisée par les changements climatiques et la pression démographique.

Les projections montrent que d'ici 2030, près de 9 personnes sur 10 vivant dans l'extrême pauvreté seront originaires de cette région du monde, alors que la population du continent va s'accroître dans le même temps de 1,3 milliard, soit plus de la moitié de la croissance de la population mondiale.

Pour 2019, le FMI table sur une croissance de 3,4% du PIB pour cette partie du monde, contre 3% en 2018 et contre 3,2% pour l'économie mondiale.

Mais l'expansion enregistrée en moyenne ces dernières années reste insuffisante pour créer les 20 millions d'emplois qui seraient nécessaires chaque année pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail.

Face à ces difficultés, le FMI, sous la houlette de Christine Lagarde, a encouragé sans relâche les pays africains à former une zone de libre-échange pour stimuler les échanges commerciaux.

Début juillet, les pays membres de l'Union africaine ont ainsi lancé symboliquement à Niamey la "phase opérationnelle" de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlec). Pour ses promoteurs, celle-ci doit constituer un pas vers la paix et la prospérité en Afrique et devenir "le plus grand espace commercial au monde".

L'ambition est de rendre ce marché actif à partir du 1er juillet 2020 à condition que les 54 pays se mettent d'accord sur le calendrier et l'ampleur des réductions des droits de douane ainsi que sur la circulation de biens importés de l'étranger.

Au côté de cette zone de libre-échange, l'autre défi reste la mobilisation de fonds pour investir massivement dans les infrastructures, tout aussi cruciales pour le développement.

Delphine TOUITOU et Heather SCOTT, AFP
 

05:44 Publié dans Politique | Tags : paix, condition, developpement, afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | |

07 septembre 2019

Success Story: KONAN Stanislas s’impose dans la prise en charge des pathologies des membres inférieurs en Côte d’Ivoire avec le Centre Orthopédique et Services – COS Orthopédie et sa marque « Topy »

konan stanislas, cos orthopédie, pathologies des membres inférieurs, abidjan, cocodyKonan Stanislas est un modèle de réussite professionnelle. Directeur du Centre Orthopédique et Services en abrégé COS orthopédie, il est Bottier-Orthopédiste. Une profession au service des handicapés, avec pour mission de soulager le handicapé. Diplômé de la Chambre des métiers de Bobigny en France, de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris. Konan Stanislas a exercé dans plusieurs pays européens. C’est un entrepreneur social avec de bonnes références.

Il est titulaire d’un BAC+2 de Gestion Comptabilité, d’un CAP de Cordonnier, d’un Brevet de Maitrise (BM) de Bottier Orthopédiste de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris ; et plusieurs Attestations en Entreprises en Europe.

2018-2019, Konan Stanislas a été deux (02) fois Lauréat Meilleur Artisan du Ministère de l’Artisanat et des Entreprises

konan stanislas, cos orthopédie, pathologies des membres inférieurs, abidjan, cocodyLes principales missions de son activité sont entre autres :

  • Réparer le handicap des membres inférieurs ;
  • Rendre la dignité et introduire les personnes en situation de handicap des membres inférieurs dans la société ;
  • Permettre aux jambes de s’équilibrer dans les chaussures ».
  • Réaliser des chaussures thérapeutiques, des semelles et appareils orthopédiques aux personnes en situation de handicap et aux personnes souffrant des problèmes des pieds

konan stanislas, cos orthopédie, pathologies des membres inférieurs, abidjan, cocodyAvec Konan Stanislas et l’ouverture du Centre Orthopédique et Services, sont finies, désormais, les inquiétudes des nombreuses personnes en situation de handicap des membres inférieurs.

konan stanislas,cos orthopédie,pathologies des membres inférieurs,abidjan,cocodyLes atouts du Centre Orthopédique et Service (COS Orthopédie) reposent sur les compétences de ses ressources et de ses moyens d’exploitation (acquisition du matériel et outillage de travail).

konan stanislas,cos orthopédie,pathologies des membres inférieurs,abidjan,cocodyLe Centre dispose d’une capacité plus adaptée et d’une gamme de services incluant les autres besoins en kinésithérapie. Les productions de COS Orthopédie sont entre autres, embout pour béquilles, chaussures thérapeutiques, chaussures orthopédiques, semelles orthopédiques, releveur de pieds, orthèse de compensation d’équilibre sur mesure.

konan stanislas,cos orthopédie,pathologies des membres inférieurs,abidjan,cocodyLe podo-orthopédiste permet aux personnes en situation de handicap d’etre en mouvement, au lieu de rester emprisonner dans la monotonie de l’immobilisme.

Le podo-orthopédiste est un métier manuel. Il demande une technique approfondie et des connaissances médicales qui permettent de concevoir l’adaptation de l’appareillage.

Il est important de rappeler que le nombre d’accidentés est particulièrement élevé ; occasionnant de nombreux handicapés. Selon les chiffres du dernier recensement, 453 453 personnes sont en situation d'handicap. "58% sont des hommes, 42% sont des femmes".

Ce fort taux d’handicapés s’explique par la fréquence d’accidents sur les routes mais aussi par la poliomyélite non encore maitrisée par les autorités sanitaires, de nombreuses naissances avec des malpositions de nourrissons.

Ces indicateurs, ainsi qu’un fort taux migratoire constituent les principaux facteurs explicatifs d’une demande de services en podoscopie, en podoscopie vidéo numérique, en orthèse plantaire sur mesure, en médecine physique réeducationnelle.

konan stanislas,cos orthopédie,pathologies des membres inférieurs,abidjan,cocodyLe podo-orthopédiste est un artisan au service de la médecine. Le volet social est pris en compte par le centre orthopédique. L’objectif est de permettre à un plus grand nombre de personnes de bénéficier des traitements orthopédiques qui se chiffrent souvent en prix d’or.

Ce centre orthopédique est un trait d’union qui permettra à la médecine et à l’artisanat de mutualiser leurs efforts en vue de porter secours aux handicapés des jambes. Une façon pour l’artisanat et la médecine de réaliser le slogan du ‘’Vivre debout’’.

konan stanislas,cos orthopédie,pathologies des membres inférieurs,abidjan,cocodyLe Centre Orthopédique et Services – COS Orthopédie est situé sur le site de la PMI de Cocody Val Doyen à Abidjan