topblog Ivoire blogs

26 juin 2015

Election présidentielle 2015 : Visite de l’Ambassadeur d’Israël à Wanep-Côte d’Ivoire

wanep, election présidentielle, réduction,violencesL’Ambassadeur d’Israel en Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur  Isi Yanouka s’est rendu le mercredi 24 juin dernier dans les locaux du Réseau ouest pour l’édification de la paix section Côte d’Ivoire (WANEP-CI) à Cocody Angré Les Oscars. Objectif, s’imprégner des activités de ce réseau de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Pour le diplomate Israël, c’est suite au lancement du projet de l’agence américaine pour le développement international (USAID) Réduction des violences électorales à travers des systèmes nationaux d’alerte précoce qu’il a entendu parler du WANEP.

La visite a permis à la délégation ainsi qu’aux agents présents de parcourir les articulations saillantes du processus électoral. Son Excellence Monsieur Isi Yanouka assisté d’un attaché de presse de l’Ambassade a pu s’immiscer dans l’univers WANEP. Le Coordonnateur de WANEP-Côte d’Ivoire, Fofana Mamadou a indiqué que son réseau est un partenaire stratégique de la CEDEAO. Les échanges ont essentiellement porté sur le système d’alerte précoce et l’élection présidentielle. Le patron national de ce réseau d’édification de la paix a décrit, pour son hôte, le mécanisme du système d’alerte précoce et leur engagement pour des élections apaisées, inclusives et équitables. Ainsi, le système d’alerte précoce collectera et analysera des informations sur les éventuels facteurs déclencheurs de violences électorales, et élaborera des recommandations et suggestions sur des activités de renforcement de la paix. L’objectif  est d’aider à prévenir l’éclatement de violences.

L’ambassadeur d’Israël a, par ailleurs, voulu savoir le niveau de collaboration de WANEP avec le gouvernement, les autorités locales. Le Coordonnateur national, Fofana Mamadou l’a rassuré que son réseau est en symbiose avec l’Etat de Côte d’Ivoire par rapport aux réponses. Dans le même élan, il a précisé que le système national d’alerte précoce est lié au système d’alerte précoce de la CEDEAO (ECOWARN), lui-même lié au système de l’Union Africaine. Le diplomate Israël s’est imprégné des projets qui concernent les élections.

La responsable administratif et financier de WANEP, Valérie Djoumassi a présenté les trois (03) projets mis en œuvre par ce réseau : « Engagement des communautés de base pour des élections apaisées et démocratiques en Côte d’Ivoire », « Mise en place d’un système d’alerte précoce » et « Baromètre pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire ». Selon Valérie Djoumassi, dans les trois (03) projets, le point commun c’est l’alerte précoce.

Vu la pertinence des objectifs du WANEP, le diplomate Israël son Excellence Monsieur Isi Yanouka promet une collaboration en terme d’assistance. Le souhait de ce réseau national d’édification de la paix, à travers son Coordonnateur Fofana Mamadou est que de plus en plus de partenaires l’appuie à augmenter le nombre de moniteurs.

Patrice Kouakou Wanset           

17:45 Publié dans Education, Politique | Tags : wanep, election présidentielle, réduction, violences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

04 août 2010

Nouvelle tension entre Rabat et Madrid à propos de l'enclave de Melilla




Maroc / Espagne - 



Article publié le : mercredi 04 août 2010 -
Dernière modification le : mercredi 04 août 2010






Policiers espagnols à Melilla
Policiers espagnols à Melilla
Yabiladi.com




Par RFI


L'Espagne a rejeté mardi 3 août les accusations du Maroc
selon lesquelles des policiers espagnols auraient eu la veille recours à
la « violence physique » contre un « étudiant marocain » au poste frontalier de Melilla, enclave espagnole au nord du royaume. Une
protestation avait été a été exprimée le même jour à l'ambassadeur
espagnol au Maroc par le ministre marocain des Affaires étrangères Taïb
Fassi Fihri à Rabat.








« Une inacceptable violence physique au fondement raciste »,
le Maroc n’a pas mâché ses mots le 2 août, à l’encontre de son voisin
espagnol. Le même jour, un étudiant marocain a été frappé et blessé par
la police frontalière de Melilla, l’une des deux enclaves espagnoles sur la côte nord du royaume chérifien.


A la mi-juillet, cinq jeunes Marocains revenant de Belgique avaient
aussi reçu des coups, forcés de retirer de leur voiture le drapeau
national. Pour Rabat, Melilla et Ceuta sont des villes occupées par
l’Espagne qui, elle, ne cesse de réaffirmer sa souveraineté. Point très
sensible sur le plan diplomatique, cette frontière l’est aussi d’un
point de vue humain.


Chaque jour, 35 000 personnes rejoignent Melilla depuis sa voisine
marocaine Nador dont la richesse vient surtout de la contrebande, de la
drogue et de la diaspora. La plupart sont des petits commerçants de
l’informel qui achètent des biens de consommation côté espagnol, pour
les revendre plus chers au Maroc, mais au prix de brimades et
d’humiliations quotidiennes.


Après des heures d’attente à un poste frontière dont les barbelés
font penser à un check-point, de nombreux commerçants sont
arbitrairement refoulés par la police espagnole ou bien rackettés au
retour par les douaniers marocains. Les violences policières ont cours
des deux côtés de la frontière. En novembre 2008, une porteuse
marocaine est morte, piétinée par la foule, après un coup de gourdin de
trop.

 







tags: Espagne - Maroc







18:34 Publié dans Politique | Tags : policiers espagnols, marocains, violences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |