topblog Ivoire blogs

01 août 2010

Libération du président déchu Tandja:Salou Djibo se fâche...................

 


Salou Djibo, commandant de la junte qui dirige désormais le Niger.

Salou Djibo, commandant de la junte qui dirige désormais le Niger.
AFP / B. Hama


Par RFI

Le général Djibo ne mâche pas ses mots. Le chef de la junte nigérienne l'a montré le 31 juillet 2010 au palais des Congrès de Niamey devant les représentants des partis politiques et de la société civile. Salou Djibo passe en revue différents sujets : la libération du président déchu Mamadou Tandja, la récupération des deniers publics, en passant par une Constitution consensuelle qu'il demande. Et Salou Djibo se fâche.




D’entrée de jeu, le général Salou Djibo a commencé par baliser le terrain. Une pique directe à ceux qui le critiquent : « Je ne vois pas certaines têtes qui parlent trop à la radio. Aujourd’hui j’ai voulu qu’ils soient là pour parler devant tout le monde. Parce que si on est un homme, on doit parler devant les hommes ! ».

Depuis plus de cinq mois, c’est la première fois que les Nigériens entendent le général Salou Djibo prononcer publiquement le nom de celui qu'il a renversé, mais pas pour lui jeter des fleurs : « Donc, ceux qui crient il faut relâcher Tandja, il faut relâcher Albadé, déjà, ils sont bien traités. Et on ne les relâchera pas. Ils sont là ! Voilà ! Ceux qui demandent qu’on les relâche, on ne les relâche pas ! ».

Intraitable qu’il est sur les questions de crimes économiques, le général Salou Djibo est décidé à casser les œufs : « On ne fait jamais des omelettes sans casser des œufs. Mais si ça nécessite qu’on casse les œufs, on va les casser ! Ça c’est clair ! On a commencé l’assainissement cela fait à peine deux mois, on a presque récupéré près de deux milliards ! ».

Enfin, aux membres du Conseil consultatif, il demande une Constitution consensuelle :  « Le plus important, c’est un consensus fort ! Mais c’est à vous de voir comment vous allez faire pour nous faire sortir une Constitution consensuelle. C’est ça le plus important ! ».
 


tags: Mamadou Tandja - Niger







19:36 Publié dans Politique | Tags : tandja | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

27 juillet 2010

Niger: l'ancien président Mamadou Tandja demande la clémence de la junte

 


Le président nigérien Mamadou Tandja reste retenu à la Villa verte, à Niamey.

Le président nigérien Mamadou Tandja reste retenu à la Villa verte, à Niamey.
AFP


Par RFI

C'est une information exclusive RFI : l'ancien président nigérien Mamadou Tandja, en résidence surveillée depuis le coup d'Etat du 18 février dernier, demande la clémence du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD). Dans un courrier dactylographié daté du 22 juillet et que RFI a pu se procurer, Mamadou Tandja se désolidarise par ailleurs de la plainte pour détention arbitraire, déposée par sa famille devant la Cour de justice de la CEDEAO.

















Lettre de Mamadou Tandja au président de la Cour de justice de la Cedeao


application/pdf icon
tandja_cedeao.pdf
La première missive est adressée au président de la Cour de justice de la CEDEAO. Elle est brève, et sans ambiguïté. L'ancien chef de l'Etat nigérien explique qu'il a appris avec surprise la saisine des instances de la CEDEAO alors qu'il n'a mandaté personne. « Je prie votre juridiction de ne tenir compte d'aucune plainte », écrit Mamadou Tandja, et « Je n'autorise aucune personne ou structure à agir en mon nom », a-t-il ajouté. Le résident de la Villa verte à Niamey conclut : « Je vous adresse cette correspondance en âme et
conscience et libre de toute contrainte
 ».














Lettre de Mamadou Tandja au président du CSRD


application/pdf icon
DOC250710.pdf
Sans contrainte, la question mérite d'être posée quand on sait que l'ancien chef de l'Etat est au secret depuis le 18 février dernier dans l'enceinte de la présidence. D'autant que dans le second courrier dont RFI a pris connaissance, une lettre adressée cette fois au président du Conseil supérieur pour la restauration de la démocratie, Mamadou Tandja demande la clémence de Salou Djibo. « Compte tenu de mon état de santé, je vous prie de bien vouloir reconsidérer votre décision de me mettre à la disposition de la justice », écrit-il, avant de demander son
maintien dans son actuel lieu de détention, un lieu de détention où Mamadou Tandja, s'estime « bien traité ».

L'ancien chef de l'Etat craint-il la rigueur de la prison de haute sécurité de Koutoukalé ? Craint-il un procès et des investigations sur sa gestion alors que son fils Hadiatoulaye y est incarcéré ? A-t-il écrit de son plein gré ou sous la pression ? En tout cas, par ces missives, Mamadou Tandja va à contre-courant de son parti, le MNSD (Mouvement national pour la société de développement), et de ceux qui se mobilisent pour sa libération.


tags: Mamadou Tandja - Niger







23:07 Publié dans Politique | Tags : niger, tandja | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |