topblog Ivoire blogs

30 octobre 2010

Soyez prudents et simples

pat.jpgBouquet spirituel: «Soyez prudents comme des serpents, et simples comme des colombes.» Mt. 10, 16

SAINT PATRICE
Apôtre de l'Irlande
(373-464)

Saint Patrice naquit probablement près de Boulogne-sur-Mer; on croit qu'il était le neveu de saint Martin de Tours, du côté maternel. Quoi qu'il en soit, ses parents l'élevèrent dans une haute piété. Il avait seize ans, quand il fut enlevé par des brigands et conduit providentiellement dans le pays dont il devait être l'apôtre. Patrice profita des cinq ou six ans de sa dure captivité pour apprendre la langue et les usages de l'Irlande, tout en gardant des troupeaux.

Un jour qu'il vaquait à ses occupations ordinaires, un ange lui apparut sous la forme d'un jeune homme, lui ordonnant de creuser la terre, et le jeune esclave y trouva l'argent nécessaire au rachat de sa liberté. Il passa alors en France sur un navire et se rendit au monastère de Marmoutier, où il se prépara, par l'étude, la mortification et la prière, à la mission d'évangéliser l'Irlande. Quelques années plus tard, il alla, en effet, se mettre, dans ce but, à la disposition du Pape, qui l'ordonna évêque et l'envoya dans l'île que son zèle allait bientôt transformer.

Son apostolat fut une suite de merveilles. Le roi lutte en vain contre les progrès de l'Évangile; s'il lève son épée pour fendre la tête du Saint, sa main demeure paralysée; s'il envoie des émissaires pour l'assassiner dans ses courses apostoliques, Dieu le rend invisible, et il échappe à la mort; si on présente à Patrice une coupe empoisonnée, il la brise par le signe de la Croix.

La foi se répandait comme une flamme rapide dans ce pays, qui mérita plus tard d'être appelée l'île des saints. Patrice avait peu d'auxiliaires; il était l'âme de tout ce grand mouvement chrétien; il baptisait les convertis, guérissait les malades, prêchait sans cesse, visitait les rois pour les rendre favorables à son oeuvre, ne reculant devant aucune fatigue ni aucun péril.

La prière était sa force; il y passait les nuits comme les jours. Dans la première partie de la nuit, il récitait cent psaumes et faisait en même temps deux cents génuflexions; dans la seconde partie de la nuit, il se plongeait dans l'eau glacée, le coeur, les yeux, les mains tournés vers le Ciel, jusqu'à ce qu'il eût fini les cinquante derniers psaumes.

Il ne donnait au sommeil qu'un temps très court, étendu sur le rocher, avec une pierre pour oreiller, et couvert d'un cilice, pour macérer sa chair même en dormant. Est-il étonnant qu'au nom de la Sainte Trinité, il ait ressuscité trente-trois morts et fait tant d'autres prodiges? Il mourut plus que nonagénaire, malgré ses effrayantes pénitences.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

11:08 Publié dans Education | Tags : religion, saint patrice | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Prière à Saint Antoine de Padoue

antoine.jpgSaint Antoine,  toi que l'on n'a jamais invoqué en vain,



Vers toi, je me tourne encore une fois, pour que tu  m'obtiennes du Seigneur



Dieu les Grâces dont j'ai grand besoin, et particulièrement ce qui me
tient tant à coeur  ......... (Préciser votre intention)…………  



Tu as toujours été mon bon et fidèle protecteur.
Accueille ma demande, pour que grâce à ton intercession,



Dieu veuille l'exaucer, selon sa Volonté.
Que le Seigneur augmente ma Foi et me garde le coeur pur !



 







24 août 2010

« Mère Teresa était un miracle pour le monde »

ROME, Mardi 24 août (ZENIT.org) - Se mettre à l'écoute de Jésus et se confier à la Providence : voilà les enseignements laissés par Mère Teresa aux Missionnaires de la Charité, l'Ordre qu'elle a fondé à Calcutta et qui s'est étendu dans les bidonvilles du monde pour aider les personnes malades et déshéritées.

C'est ce qu'a affirmé sœur Mary Prema, d'origine allemande, aujourd'hui supérieure générale des Missionnaires de la Charité, dans une interview à l'agence Fides, à quelques jours du centenaire de la naissance de Mère Teresa, le 26 août prochain.

« Mère Teresa - a-t-elle raconté - désirait que tous connaissent et aiment Jésus. Elle était convaincue que chaque âme désirait le salut en Jésus, qu'elle en soit consciente ou non. Mais l'œuvre de la conversion reste une œuvre de Dieu. Ce n'est pas notre travail. Seul Dieu peut convertir l'âme ».

« Mère Teresa - a-t-elle ajouté - entendait sa propre vie comme le devoir d'aimer Jésus et de transmettre cet amour aux personnes qui l'entouraient. C'était son unique objectif. Elle cherchait à faire en conscience uniquement ce qu'elle pensait que Dieu attendait d'elle ».

La bienheureuse sentait avoir été « appelée à accomplir un service authentique et désintéressé à l'homme, à avoir une attention absolue pour la personne souffrante. (...) Elle ne s'intéressait jamais aux grandes choses, elle ne s'occupait pas de faire de la publicité ou des choses semblables. Il y avait toujours, au premier plan, la rencontre directe avec une personne ».

« Encore aujourd'hui - a-t-elle rappelé - beaucoup me racontent leur première rencontre avec Mère Teresa. Parfois, ils ne l'ont vu que 5 minutes sur la terrasse de notre maison mère. Mais ce seul moment a changé leur vie pour toujours. Souvent, une phrase suffisait, une bonne parole ».

« Beaucoup de ces personnes sont hindous - a précisé sœur Prema. Elles ne se sont pas converties au christianisme après leur rencontre avec Mère Teresa. Mais elles ont commencé à voir leur vie et leur travail avec d'autres yeux et sont devenus d'autres personnes, qui vivent de manière différente, selon l'amour et la miséricorde, au sein de leurs familles ».

En ce qui concerne les orientations futures de l'ordre, a continué la religieuse, Mère Teresa « ne nous a jamais donné d'indications concernant les programmes à venir. Mis à part le fait que nous aurions du chercher encore plus à devenir saintes ! C'était sa recommandation continuelle ».

Concernant, en revanche, la date possible de la canonisation, elle a répondu : « Nous savons tous qu'elle est sainte. Pour les hindous comme pour les chrétiens, ici à Calcutta et dans la majeure partie des lieux où nous sommes présents, il n'y a aucun doute. Tous attendent un miracle... mais Mère Teresa elle-même était un miracle pour le monde et pour l'humanité ».

Par Mary Prema, supérieure générale des Missionnaires de la Charité





23:27 Publié dans Education | Tags : religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |