topblog Ivoire blogs

03 juin 2018

Production agricole: Solutions pour la transformation structurelle en Afrique

production,agriculture,afrique,transformationL’agriculture est le secteur aujourd’hui qui a plus de chance de tirer la croissance de l’Afrique. C’est ce qui justifie tant d’attraits pour sa transformation structurelle. Selon le Directeur Général Afrique de l’Ouest de l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), Fadel NDiame : <<Il faut des politiques agricoles cohérentes et attractives qui permettent aux investisseurs de s’intégrer dans l’agriculture en vue de la transformer>>.

A en croire le Vice-Président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, la problématique de la transformation de l’agriculture est porteuse d’espérance pour les pays africains en général, et en particulier pour la Côte d’Ivoire qui ambitionne, suivant la vision du Président la République, SEM Alassane OUATTARA, de devenir « un pays émergent à l’horizon 2020 ».

Cette vision se traduit à travers les PNIA (Programme national d’investissement agricole) dont l’objectif est d’améliorer les conditions de vie des populations rurales, de réduire l'insécurité alimentaire et d’assurer une meilleure nutrition aux populations.

production,agriculture,afrique,transformationA cet effet, il s’agit d’assurer la relance de la production et de la croissance agricole dans un environnement moderne et bien maitrisé, avec une nouvelle agriculture plus moderne. A cet égard, notre agriculture doit s’appuyer sur la mécanisation, les techniques modernes d’irrigation, l’utilisation des engrais naturels ou synthétiques, l’exploitation des résultats de la recherche et les avancées de l’innovation technologique, notamment des TICs.

Les autorités et entreprises agricoles d’Afrique se doivent de répondre  aux engagements pris à Malabo pour faire de l’agriculture le moteur de la croissance du développement dans les pays africains.

production,agriculture,afrique,transformation« Aujourd’hui plus que jamais, l’Afrique doit vite moderniser son agriculture et libérer son plein potentiel. L’avenir de la jeunesse africaine ne se trouve pas dans l’émigration vers l’Europe, mais dans une Afrique prospère », pour reprendre les mots d’Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD) á l’occasion de la Journée internationale des migrants.

L’élément catalyseur pour la durabilité de l’agriculture est sa transformation structurelle. Il faut créer des conditions pour améliorer la production, la productivité et la transformation. Il faut également impulser l’agriculture et l’agribusiness comme vecteurs de création d’emplois jeunes, d’autonomisation des femmes, de transformation de l’économie et de réduction des importations.

C’est dans cette perspective que le Secrétaire Général des Nations Unies de l’époque, Koffi Annan a créé une organisation internationale, il ya 10 ans pour accélérer la transformation de l’agriculture en Afrique sous le vocable de révolution verte : l’Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA).

production,agriculture,afrique,transformation«Une transformation agricole inclusive permettra de résoudre nombre de problèmes majeurs du continent. Par exemple, l’agriculture peut combler la lacune créée au niveau de la croissance économique par la chute des prix des  produits de base ; créer des emplois hautement productifs qui pourraient servir de solution de rechange à la migration vers l’Europe ; améliorer les moyens d’existence des agriculteurs afin qu’ils passent de l’agriculture de subsistance à une agriculture rentable ; et mettre en place un secteur agricole et agroindustriel compétitif à l’échelle mondiale afin de produire des aliments transformés et à haute valeur nutritive de plus en plus consommés par les classes moyennes en croissance en Afrique » a souligné la Présidente de l’AGRA, Dr Agnès Kalibata, à la clôture de la 7ème édition du Forum sur la Révolution Verte en Afrique (AGRF 2017), du 4 au 8 septembre 2017.    

Ainsi sont interpellés tous les acteurs des domaines de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques, des eaux et forêts, de l’agro-industrie, de l’écotourisme et de l’environnement. L’agriculture et l’agro-industrie sont en pole position pour booster la transformation économique en Afrique.

« Pour ce faire, nous avons besoin de recourir à des innovations agricoles et de transformer l’agriculture en un secteur qui crée de la richesse, l’agriculture doit devenir une option vraiment attractive pour nos jeunes » a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina.

 

Patrice Kouakou

      

 

 

12:49 Publié dans Economie, Société | Tags : production, agriculture, afrique, transformation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

29 juillet 2015

Elevage: Production de porcs

La viande de porc est la moins chère sur le marché ivoirien. Les importations représentent 70% de la consommation. Les ivoiriens s’intéressent de près à l’élevage de porc. Il est à cycle court qui permet d’améliorer son revenu en si peu de temps. On note une hausse des abattages contrôlés. Les prévisions de 2015 sont supérieures à 30.000 porcs.

P.K

19:18 Publié dans Economie | Tags : cote d'ivoire, production, porcs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

08 juin 2015

Filière cotonnière: Production en croissance

Spore 170 Coton.jpgPour la campagne 2014-2015, la production cotonnière déjà à sa phase de commercialisation atteindra 450.000 tonnes selon les premières prévisions. Au sujet de la gestion et du contrôle de la qualité du coton ivoirien, le Directeur général adjoint du Conseil du coton et de l’anacarde, Adaman Coulibaly a fait savoir que la production devra évoluer continuellement au fil des années. « Pour l’horizon 2018-2020, la Côte d’Ivoire ambitionne d’arriver à une production cotonnière de 600.000 tonnes », a-t-il précisé. Il a également indiqué le pays est au travail pour passer du rang de troisième à celui de premier producteur africain de coton graine. Ainsi la Côte d’Ivoire occupe ce rang derrière le Burkina Faso et le Mali. Des mesures correctives sont déployées pour relever ce défi. Aux acteurs de la filière, il est recommandé de travailler afin d’atteindre ces objectifs assignés par le gouvernement de Côte d’Ivoire.

Patrice Kouakou Wanset

17:36 Publié dans Economie | Tags : coton, production, hausse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |