topblog Ivoire blogs

23 septembre 2010

Guinée/Election présidentielle: sortie de crise en suspens

guinée.jpgLa Commission électorale guinéenne a officialisé sa proposition d'organiser le second tour de la présidentielle le 10 octobre : une date qui devra être ensuite validée par le président de la transition.L'élection du nouveau président de cette Commission ( CENI) crée un désaccord. Certains acteurs politiques estiment que le patron de cette Institution en charge des élections serait un proche du candidat  Alpha Condé. Pourquoi ces hésitations et spéculations politiciennes?
guinée 4.jpgEst ce que la classe politique mesure-t-elle l'impact de ses attitudes sur l'avenir des citoyens guinéens? Que Dieu ( Allah ) inspire tous les acteurs( politiques, militaires, société civile, religieux,
communauté internationale) impliqués dans la transition afin d'organiser des élections transparentes, justes, crédibles et sans contestation.guinée 2.jpg
Patrice Kouakou Wanset
guinée 3.jpg
 

 

15:01 Publié dans Politique | Tags : guinée, élection présidentielle, second tour | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

16 septembre 2010

Guinée : décès à Paris du président de la Céni, Ben Sékou Sylla

 


Le président de la commission électorale de Guinée, Ben Sékou Sylla, le 26 juin 2010.

Le président de la commission électorale de Guinée, Ben Sékou Sylla, le 26 juin 2010.
AFP/Seyllou


Par RFI

Le président de la commission électorale de Guinée, Ben Sékou Sylla, récemment condamné pour fraude électorale au premier tour de la présidentielle, est mort ce mardi 14 septembre 2010 à Paris, à quelques jours du second tour. Le suspense reste total à Conakry quant à la tenue du second tour de la présidentielle du dimanche 19 septembre, après des violences et cette mort soudaine du président de la commission électorale.
 


Le président de la Commission électorale de Guinée, Ben Sékou Sylla, « est décédé ce matin ici à Paris, à l'hôpital Saint-Louis », a déclaré ce 14 septembre son épouse. Agé de 57 ans Ben Sékou Sylla avait été porté à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pour conduire le processus électoral qui devrait conclure la transition politique particulièrement agitée en Guinée.

Ben Sékou Sylla avait été nommé en décembre 2007 à la tête de la CéniI. Il représentait la société civile au sein de cette institution. Ingénieur agronome originaire de la région de Kouroussa en Haute-Guinée. Il a dirigé pendant huit ans le Conseil national des organisations de la société civile. Il fut l'un des leaders de la contestation sociale de 2007.

Ben Sékou Sylla était soigné depuis de longs mois à Paris. Il avait tout de même occupé ses fonctions lors du premier tour de la présidentielle du 27 juin dernier. Après la proclamation des résultats il était revenu à Paris pour poursuivre ses soins. Dès le 6 août la Céni avait annoncé son empêchement et l’avait remplacé à la tête de l’institution par une présidente intérimaire, Hadja Aminata Mame Camara.

Le décès de Ben Sékou Sylla intervient quelques jours avant la date du second tour de la présidentielle fixée au dimanche 19 septembre. Il avait également fait l’objet d’une condamnation pour « fraude électorale » par un tribunal de la banlieue de Conakry qui avait retenu contre lui un an de prison ferme. L’affaire fait grand bruit à Conakry, alors que la Céni avait décidé de contourner la condamnation en faisant appel de cette décision de justice et en le maintenant comme président de la Céni.

Sa disparition ajoutée au contexte de violence qui prévaut actuellement en Guinée laisse planer un sérieux doute sur la tenue du second tour de la présidentielle dimanche prochain. Hier le premier ministre Jean Marie Doré avait d'ailleurs laissé entendre que l'élection pourrait être reportée.








14:16 Publié dans Politique | Tags : guinée | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

27 août 2010

Présidentielle en Guinée : Konaté réaffirme le respect du processus électoral

 


Blaise Compaoré (G) et le Général Sekouba Konaté (D) à Ouagadougou le 26 août 2010.

Blaise Compaoré (G) et le Général Sekouba Konaté (D) à Ouagadougou le 26 août 2010.


Par RFI

 

En visite depuis le 26 août 2010 au Burkina faso, pays médiateur dans la crise politique en Guinée, le général Sékouba Konaté, le président de la transition, a réaffirmé la tenue du second tour de l’élection présidentielle le 19 septembre 2010. Lors de ce déplacement, il a rendu visite à l’ancien chef de la junte du pays pour lui présenter ses condoléances suite à la disparition de son fils.




Le général Sékouba Konaté et le capitaine Moussa Dadis Camara se sont vus au soir du 26 août dans la villa de ce dernier à Ouaga 2000, le quartier huppé de la partie sud de Ouagadougou. L’objet de la rencontre : la présentation des condoléances à l’ancien chef de la junte, à la suite de la disparition tragique de son fils survenue le 16 août dernier au Canada.

Le général Konaté était accompagné de Blaise Compaoré. Peu après, le président burkinabé a reçu son hôte à diner à sa résidence.

Répondant aux questions des journalistes à son arrivée le 26 août, Konaté a donné des assurances quant au respect de la date du 19 septembre pour le second tour de l’élection. Au cours de l’entretien qu’il a eu avec Compaoré, le président intérimaire de Guinée a redit au médiateur son empressement à quitter le pouvoir lassé, dit-il, par ces quelques mois.

Il a mis en garde les acteurs politiques contre le non respect du processus électoral en cours sinon, a-t-il menacé, il pourrait démissionner. Ce que du reste, il avait déjà tenté de faire le mois dernier.








23:08 Publié dans Politique | Tags : blaise compaoré, guinée, burkina faso, moussa dadis camara | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

04 août 2010

Guinée/Présidentielle: Blaise Compaoré à Conakry pour garantir le second tour

 


Alors que la date du second tour de la présidentielle n'a toujours pas été annoncée, le président burkinabé se rend en Guinée pour tenter de dénouer la crise. Il doit rencontrer les deux candidats au second tour, Cellou Diallo et Alpha Condé.
Par FRANCE 24 (texte)

 



La mission du président burkinabé n'est pas encore terminée. Désigné "facilitateur" dans la crise guinéenne par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) en octobre 2009, Blaise Compaoré se rend à nouveau à Conakry ce mardi pour une "visite de travail". Sa mission : tenter de mener le processus de sortie de crise à son terme grâce à la tenue du second tour de l'élection présidentielle, qui opposera Cellou Diallo à Alpha Condé.


Plus d'un mois après le premier tour, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n'a confirmé aucune date pour le second round, initialement prévu le 18 juillet. Les résultats définitifs du premier tour –qui a vu s'affronter 24 candidats– n'ont été annoncés que le 20 juillet : l'ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo est arrivé largement en tête, avec plus de 43 % des suffrages, devant l'opposant Alpha Condé qui a obtenu un peu plus de 18 % des voix.


Si les observateurs internationaux ont jugé l'organisation du scrutin du 27 juin "acceptable", de nombreux problèmes logistiques ont été constatés et une quinzaine de recours pour fraudes et irrégularités déposés. Aujourd'hui, la CENI veut prendre son temps pour éviter de nouveaux dysfonctionnements au cours de la première élection libre et démocratique du pays, qui sort de cinquante ans de pouvoir autoritaire. Outre ces raisons techniques, la commission aurait également besoin de renflouer ses caisses de près de 10 millions d'euros, pour pouvoir organiser la seconde phase du scrutin.

 

Lansana Kouyaté rallie Alpha Condé

A Conakry, ces délais font pourtant monter la tension. Dimanche, le leader de l'Union des forces démocratiques de Guinée, Cellou Diallo, a appelé à la tenue rapide du second tour. Selon le code électoral, celui-ci doit être organisé 14 jours après l'annonce des résultats définitifs. « On ne peut pas organiser le premier tour avec 24 candidats et ne pas pouvoir organiser le second tour avec seulement deux candidats », a-t-il lancé. Il a laissé entendre que le Premier ministre de transition, Jean-Marie Doré, serait opposé à la tenue du scrutin le 22 août –une date évoquée par la CENI.

Pendant ce temps, les tractations se poursuivent. Contre toute attente, l'ancien Premier ministre Lansana Kouyaté a apporté lundi son soutien à Alpha Condé, alors que leurs positions politiques sont largement divergentes. Arrivé en quatrième position au premier tour, il avait entamé des négociations avec le camp de Cellou Diallo. Des motivations ethniques et stratégiques expliqueraient avant tout ce rapprochement avec le leader du Rassemblement pour le peuple de Guinée (RPG). "Nous sommes sûrs de la victoire", a lancé Alpha Condé à l'annonce de cet accord.

Cellou Diallo, qui a obtenu notamment le soutien de Sidya Touré, arrivé en troisième place avec plus de 13 % des voix, reste cependant le grand favori du scrutin.

Blaise Campaoré devrait rencontrer mardi le président de transition, le général Sékouba Konaté, le Premier ministre Jean-Marie Doré et la responsable de la CENI Rabiatou Serah Diallo, et avoir des entretiens en tête-à-tête avec les deux candidats au second tour.


















Click here to find out more!







19:55 Publié dans Politique | Tags : presidentielle, guinée, compaoré en secours | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

29 juillet 2010

Présidentielle en Guinée: Cellou Diallo obtient le ralliement de Sidya Touré

 


Cellou Dallein Diallo (g) a obtenu le ralliement de l'ancien Premier ministre, Sidya Touré (d).

Cellou Dallein Diallo (g) a obtenu le ralliement de l'ancien Premier ministre, Sidya Touré (d).
AFP


Par RFI

En vue du second tour de l’élection présidentielle guinéenne dont on ne connait toujours pas la date, Cellou Dallein Diallo, le candidat de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a obtenu mercredi 28 juillet le ralliement de Abe Sylla, le leader de la Nouvelle génération pour la République (NGR), et surtout celui de l'ancien Premier ministre Sidya Touré. Lors du premier tour, ce dernier, qui défendait les couleurs de l'Union des forces républicaines (UFR), était arrivé en troisième position.





















Sidya Touré, leader du parti de l'opposition UFR.

29/07/2010 - Invité Afrique

En obtenant le ralliement de Sidya Touré, Cellou Dallein Diallo vient d'effectuer la plus belle prise de l'entre deux tours. Avec plus de 13% des voix obtenues lors du vote du 27 juin, le candidat de l'Union des forces républicaines (UFR) était ces derniers jours sans nul doute la personne la plus courtisée de Guinée. Si cette alliance entre deux anciens Premiers ministres de Lansana Conté qui partagent une même vision libérale de l'économie parait assez logique, Sidya Touré n'a pas bradé son ralliement.



















Sydia Touré, président de l'Union des forces républicaines (UFR)



Notre objectif en tant que parti politique est de faire en sorte que nous soyons dans la course


(00:53) bt-xTitle>
 

28/07/2010 par Ghislaine Dupont

En contre partie de son engagement, l'UFR a obtenu qu'en cas de victoire de Cellou Dallein Diallo au second tour, elle disposera de la primature, de plusieurs ministères, de la présidence du Conseil économique et social et de la Cour des comptes.

L'accord politique signé entre l'UFDG, l'UFR et la NGR stipule également que les deux derniers partis bénéficieront de 35% des postes administratifs en cas de succès électoral. A échéance plus lointaine, il prévoit enfin des désistements en faveur du candidat le mieux placé lors des futures législatives.

Reste maintenant une grande inconnue: Sidya Touré sera-t-il à même d'entraîner derrière son nouvel allié les électeurs de la Basse-Côte, là où il a fait le plein de ses voix ?


tags: Guinée







12:17 Publié dans Politique | Tags : présidentielle, guinée | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |