topblog Ivoire blogs

26 juin 2015

Election présidentielle 2015 : Visite de l’Ambassadeur d’Israël à Wanep-Côte d’Ivoire

wanep, election présidentielle, réduction,violencesL’Ambassadeur d’Israel en Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur  Isi Yanouka s’est rendu le mercredi 24 juin dernier dans les locaux du Réseau ouest pour l’édification de la paix section Côte d’Ivoire (WANEP-CI) à Cocody Angré Les Oscars. Objectif, s’imprégner des activités de ce réseau de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Pour le diplomate Israël, c’est suite au lancement du projet de l’agence américaine pour le développement international (USAID) Réduction des violences électorales à travers des systèmes nationaux d’alerte précoce qu’il a entendu parler du WANEP.

La visite a permis à la délégation ainsi qu’aux agents présents de parcourir les articulations saillantes du processus électoral. Son Excellence Monsieur Isi Yanouka assisté d’un attaché de presse de l’Ambassade a pu s’immiscer dans l’univers WANEP. Le Coordonnateur de WANEP-Côte d’Ivoire, Fofana Mamadou a indiqué que son réseau est un partenaire stratégique de la CEDEAO. Les échanges ont essentiellement porté sur le système d’alerte précoce et l’élection présidentielle. Le patron national de ce réseau d’édification de la paix a décrit, pour son hôte, le mécanisme du système d’alerte précoce et leur engagement pour des élections apaisées, inclusives et équitables. Ainsi, le système d’alerte précoce collectera et analysera des informations sur les éventuels facteurs déclencheurs de violences électorales, et élaborera des recommandations et suggestions sur des activités de renforcement de la paix. L’objectif  est d’aider à prévenir l’éclatement de violences.

L’ambassadeur d’Israël a, par ailleurs, voulu savoir le niveau de collaboration de WANEP avec le gouvernement, les autorités locales. Le Coordonnateur national, Fofana Mamadou l’a rassuré que son réseau est en symbiose avec l’Etat de Côte d’Ivoire par rapport aux réponses. Dans le même élan, il a précisé que le système national d’alerte précoce est lié au système d’alerte précoce de la CEDEAO (ECOWARN), lui-même lié au système de l’Union Africaine. Le diplomate Israël s’est imprégné des projets qui concernent les élections.

La responsable administratif et financier de WANEP, Valérie Djoumassi a présenté les trois (03) projets mis en œuvre par ce réseau : « Engagement des communautés de base pour des élections apaisées et démocratiques en Côte d’Ivoire », « Mise en place d’un système d’alerte précoce » et « Baromètre pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire ». Selon Valérie Djoumassi, dans les trois (03) projets, le point commun c’est l’alerte précoce.

Vu la pertinence des objectifs du WANEP, le diplomate Israël son Excellence Monsieur Isi Yanouka promet une collaboration en terme d’assistance. Le souhait de ce réseau national d’édification de la paix, à travers son Coordonnateur Fofana Mamadou est que de plus en plus de partenaires l’appuie à augmenter le nombre de moniteurs.

Patrice Kouakou Wanset           

17:45 Publié dans Education, Politique | Tags : wanep, election présidentielle, réduction, violences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

03 juin 2015

Côte d'Ivoire / Réduction des violences électorales à travers des systèmes nationaux d’alerte précoce

election presidentielle, paix, violences électorales, cote d'ivoireAbidjan – Aujourd’hui, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a lancé, en partenariat avec le Réseau ouest-africain d’Édification de la Paix (WANEP) un projet de cinq ans : Réduction des violences électorales à travers des systèmes nationaux d’alerte précoce (NEWS).  Dans le cadre des efforts que fait le gouvernement américain pour soutenir la Côte d’Ivoire dans l’organisation des élections de 2015, le NEWS collectera et analysera des informations sur les éventuels facteurs déclencheurs de violences électorales, et élaborera des recommandations sur des activités de renforcement de la paix afin d’aider à prévenir ou à contenir l’éclatement de violences électorales.    

« Quand bien même l’instabilité politique et l’éclatement d’un conflit national procèdent d’une multitude de facteurs, des recherches ont montré que les élections s’accompagnent fréquemment d’une violence à grande échelle et d’instabilité » a affirmé le Chargé d’affaires de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Andrew B. Haviland. « Nous sommes convaincus que renforcer le système d’alerte et de réponse précoce autour de cette élection crucial en Côte d’Ivoire, et dans d’autres régions où se tiendront des élections clé, contribuera à accroitre la stabilité au niveau régional et à réduire le potentiel d’éclatement d’un conflit futur. »

L’USAID soutient une plus grande participation au processus démocratique en offrant une somme de U.S $2,5 millions sur une période de cinq ans pour permettre au large réseau d’organisations communautaires du WANEP d’identifier les facteurs potentiels de déclenchement de violences lors des prochaines élections en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, en Guinée, au Niger et en Sierra Leone.

Le WANEP assistera les organisations en élaborant et en suivant un ensemble d’indicateurs personnalisés et en analysant les données qui en seront issues. Les recommandations qui seront faites sur des activités de prévention de conflits seront partagées avec une grande diversité d’acteurs nationaux et régionaux pour une prise de mesures avant toute escalation  de violence. 

Le Directeur exécutif du WANEP, M. Chukwuemeka Eze, s’est félicité du soutien du gouvernement américain en ces termes, « il permettra au WANEP d’œuvrer vers la tenue d’élections sans heurts, crédibles et transparentes en Côte d’Ivoire ». Il a ajouté que « les récentes élections au Nigéria, au Sénégal et au Ghana ont posé les bases permettant de croire que l’Afrique et ses citoyens sont capables d’organiser correctement des élections, grâce à un bon partenariat et soutien ».   

 

12:12 Publié dans Education, Politique | Tags : election presidentielle, paix, violences électorales, cote d'ivoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

11 mai 2015

Côte d'Ivoire / Conférence des Évêques:Les conditions d’une réconciliation vraie pour des élections apaisées

 cote d'ivoire, reconciliation, presidentielle, conference des evêquesAu terme de la 99ème Assemblée plénière de notre Conférence, tenue à Abengourou, nous avons adressé un message à la nation. Dans ce message, nous avons fait une analyse de la situation qui prévaut dans notre pays la Côte d’Ivoire en vue de proposer une voie de sortie susceptible de consolider la paix.
Dans cette nouvelle adresse, nous souhaitons, une fois encore, partager avec vous, nos compatriotes, le souci de la construction d’une société ivoirienne toujours plus fraternelle et ouverte à tous, respectueuse de la dignité et des droits de la personne humaine et préoccupée d’établir entre tous les citoyens des liens d’amitié, de confiance et de respect mutuel. En effet, il est de la mission de l’Eglise de s’engager à promouvoir en son sein et dans la société, une culture soucieuse de la primauté du droit (cf. Africae Munus 81). Pour ce faire, vos Pères, les Archevêques et Évêques de Côte d’Ivoire, vous rappellent à nouveau les conditions d’une vraie réconciliation, pour des élections apaisées. Cela nécessite tout d’abord que l’on fasse brièvement l’état de la situation actuelle.

I-SITUATION ACTUELLE

Au sortir de la crise née des dernières élections, les nouvelles autorités du pays, conscientes de la fracture sociale, ont opté pour la réconciliation des fils et des filles du pays. Aussi avaient-elles mis en place la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), dont la mission principale consistait à ramener la paix et la concorde entre les différentes composantes de la société ivoirienne. Cette mission serait vaine sans le désarmement. C’est pourquoi les autorités compétentes ont procédé à la création d’un organe chargé de désarmer les ex-belligérants et de les réinsérer dans le tissu social.
Ainsi l’on a vu le retour progressif à la vie civile de plusieurs ex- combattants qui, aujourd’hui, après une formation reçue dans les centres d’apprentissage, mènent une activité génératrice de revenus.

Parmi les actions réalisées par le pouvoir, il faut relever le procès d’un grand nombre de détenus de la crise post-électorale, le retour au pays de certains exilés et le dégel des avoirs de certains concitoyens. Toutes ces actions visaient sûrement à ramener la confiance et la concorde perdues entre les fils et les filles de notre pays.
Cependant malgré toutes ces actions menées en si peu de temps, force est de constater que beaucoup reste à faire. En effet, la CDVR qui avait si bien commencé et qui suscitait beaucoup d’espoir chez les populations, est arrivé au terme de son mandat sans avoir relevé le défi de la Réconciliation. A vrai dire, les rancœurs, les tensions, les frustrations, les traumatismes et la pratique du rattrapage ethnique sont toujours présents dans notre pays. Le pouvoir et l’opposition continuent de se défier. L’on reste toujours arc-bouté à son appartenance régionale, tribale ou ethnique. Par ailleurs le problème foncier reste entier dans certaines régions.
Aujourd’hui, cette commission s’est vue remplacée par une autre structure appelée à parachever le travail déjà entrepris, cette fois-ci, en insistant sur l’indemnisation des victimes.

Par ailleurs le front social en ébullition ces derniers temps nous inquiète tous. Aussi les archevêques et évêques encouragent – ils les uns et les autres à créer les conditions d’une réconciliation vraie.

II- LES CONDITIONS D’UNE VRAIE RÉCONCILIATION

Une vraie réconciliation, dans notre contexte actuel, nécessite un certain nombre de conditions dont, entre autres : la rencontre entre les leaders politiques, l’unité au sein de chaque parti politique, le désarmement, la vérité, une justice équitable et le pardon.

1. Rencontre et dialogue entre les leaders politiques
« Si ton frère a quelque chose contre toi…va d’abord te réconcilier avec lui et viens… » (Mt 5,23-24). Une vraie réconciliation exige une rencontre entre les belligérants d’hier. C’est pourquoi nous souhaitons vivement que tous les leaders politiques se rencontrent et fassent la paix.

2. Unité au sein de chaque parti politique
Nous invitons les partis politiques à œuvrer à l’unité et à la paix en leur propre sein pour contribuer ainsi à la réconciliation du pays.

3. Désarmement
Nous encourageons la poursuite et l’achèvement effectif du processus de désarmement, condition indispensable pour des élections apaisées.

4. Vérité
Il est évident qu’on ne peut pas arriver à une vraie réconciliation dans le mensonge. C’est pourquoi, chacun devra reconnaître sa responsabilité dans les crises successives qui ont secoué notre pays. En effet, trop de mensonges ont été semés dans la vie socio-politique de notre nation. L’heure est venue de sortir courageusement de cette culture de mensonge pour accéder à la vérité.

5. Justice équitable
Dans la crise ivoirienne, des crimes ont été commis dans les deux camps. Une justice équitable devrait juger les coupables de l’un et l’autre camp.

6. Pardon
Sans le pardon demandé et reçu, il n’y a pas de réconciliation authentique. Nous invitons donc les bourreaux de l’un et l’autre camps à regretter leurs torts, à en demander pardon avec la ferme résolution de ne plus recommencer. Quant aux victimes, elles devront faire un effort de pardon et de dépassement.

III-BÂTIR UNE CÔTE D’IVOIRE RÉCONCILIÉE ET PROSPÈRE

A ce stade de notre propos, nous voulons nous adresser aux différents acteurs de la vie socio-politique de notre pays.

Aux leaders Politiques

Vous vous présentez comme des éveilleurs de conscience et des modèles de citoyens. A ce titre, vous êtes appelés à être les repères et les guides des militants de vos partis politiques. Pour cela, vous devrez incarner vous-mêmes les valeurs humaines et démocratiques que vous prônez dans vos projets de société et programmes de gouvernement. Dans vos discours et comportements, vous veillerez à ne mépriser personne et à n’insulter personne. L’autre candidat n’est qu’un adversaire politique et non un ennemi. Aussi doit-il être traité avec courtoisie.

Quels que soient les résultats des votes des prochaines élections, vous devrez placer l’intérêt supérieur de la nation au-dessus de toute autre considération ; vous ferez montre de grandeur d’âme pour ne pas considérer la victoire comme une occasion de domination et la défaite comme une déchéance humaine. Dans cette dynamique, le vainqueur devra tendre la main aux vaincus qui accepteront en toute humilité et honnêteté de collaborer à l’unique construction du pays.

Au regard de l’histoire récente de notre pays où beaucoup de jeunes par dizaines ont été sacrifiés sur l’autel des ambitions politiques partisanes, nous vous recommandons vivement de vous abstenir de les impliquer dans vos aventures idéologiques meurtrières.

Aux militants
Vous constituez la base et la force des partis politiques. Mais en même temps, sans le vouloir, vous pouvez en être la faiblesse. Par votre propre faute, à travers l’usage de la violence, le refus de la contradiction, le tribalisme, l’ethnicisme et le fanatisme religieux, vos partis peuvent perdre en crédibilité. Au contraire, vous devez faire preuve de tolérance en acceptant le droit à la différence d’opinion et en traitant avec bienveillance vos adversaires, à défaut de les aimer. Dans la manifestation légitime de votre joie, en cas de victoire de votre candidat, vous ne devez ni provoquer ni humilier les perdants. Victoires et défaites ne doivent pas être des occasions pour poser des actes de vandalisme qui contredisent l’esprit civique (descentes dans les rues, pillages, incendies, meurtres, viols, etc.).

Aux journalistes
Pour permettre à la Côte d’Ivoire de vivre des élections sereines et apaisées, il s’impose d’une part que vous évitiez d’écrire des articles incendiaires de nature à mettre le feu aux poudres et à compromettre la paix fragile qui pointe à l’horizon. Il est impératif d’autre part que l’équité soit respectée dans l’accès de chaque candidat aux médias d’Etat.

Aux jeunes
L’avenir d’un pays repose sur sa jeunesse. A ce sujet, l’Eglise a raison lorsqu’elle affirme que « la jeunesse n’est pas seulement le présent mais surtout l’avenir de l’humanité » (Ecclesia in Africa, n°93). Nous le savons tous, vous les jeunes, vous constituez une force.

Tout en vous félicitant pour votre générosité à répondre aux appels qui vous sont adressés, nous vous invitons à beaucoup de vigilance et à plus de maturité dans vos engagements politiques et idéologiques. Vous ne devrez pas vous laisser manipuler et instrumentaliser par les hommes politiques. Refusez systématiquement le faux martyre qui ne servirait qu’à la gloire d’un individu se souciant peu ou même pas de votre véritable avenir. Rejetez également tout acte qui serait de nature à détruire aussi bien les acquis que le pays lui-même.

Aux autorités religieuses
Nous, autorités religieuses, sommes les guides et les éclaireurs des consciences des hommes, des femmes et des communautés au nom de la foi en Dieu. A ce titre, nous ne devrions pas avoir peur de dire la vérité qui s’impose et qui seule libère. Pour y parvenir, nous, autorités religieuses, préserverons notre liberté vis-à-vis des leaders des partis politiques, des pressions et des logiques ethniques. Nous devons avoir le courage de dénoncer ouvertement les pratiques occultes liées aux élections qui hélas, vont quelquefois jusqu’aux sacrifices humains. Dans nos diverses interventions, nous rappellerons aux leaders politiques le vrai sens de leur engagement qui est d’abord et essentiellement un service de la communauté. Il n’est nullement un moyen d’enrichissement individuel et rapide, encore moins la recherche d’une gloire personnelle ou d’une revanche sur des adversaires.

CONCLUSION
Nous ne saurions terminer cette adresse sans vous inviter à tracer les sillons d’une réconciliation vraie pour le retour d’une paix durable en Côte d’Ivoire. Ainsi les fils et filles de ce pays pourront se mettre ensemble pour construire une société plus digne et plus fraternelle. Puisse la Vierge Marie, Notre-Dame de la Paix, nous accompagner toujours dans nos efforts pour bâtir la patrie de la vraie fraternité.

Fait à Taabo dans le diocèse d’Agboville, le 10 mai 2015
Vos Pères, les Archevêques et Evêques catholiques de Côte d’Ivoire

 

19:09 Publié dans Politique | Tags : election presidentielle, réconciliation, conférence des évêques, conditions | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

30 octobre 2010

Présidentielle en Côte d'Ivoire effective

Je souhaite une bonne chance aux quatorze candidats à la présidentielle en Côte d'Ivoire. Le scrutin est donc prévu pour le 31 octobre. Un fauteuil pour quatorze prétendants.Une équation difficile à résoudre; la lutte est rude. C'est ce qui justifiait l'ardeur et l'ambiance de la campagne électorale. Laquelle s'est bien déroulée dans l'ensemble.

Leur sort dépend des suffrages des populations. Rendez vous demain ( 31 octobre ) dans les bureaux de vote pour accomplir ce devoir civique afin d'élire de façon apaisée le président de la Côte d'Ivoire nouvelle.

Que les treize vaincus reconnaissent la victoire du vainqueur pour une Côte d'Ivoire réconciliée et forte, unifiée et restaurée. 

Que Dieu bénisse la Côte d'Ivoire.

Patrice Wanset 

11:53 Publié dans Politique | Tags : politique, élection présidentielle, 2010 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

27 septembre 2010

Crise de la CENI en Guinée : Sékouba Konaté tente une médiation

 
Sékouba Konaté, président de la transition en Guinée, a rappelé la nécessité de trouver un compromis pour sortir de cette nouvelle crise.

Sékouba Konaté, président de la transition en Guinée, a rappelé la nécessité de trouver un compromis pour sortir de cette nouvelle crise.
AFP / Seyllou


Par RFI

Le processus électoral est toujours bloqué en Guinée. Le camp de Cellou Dalein Diallo menace de boycotter le second tour si Louceny Camara, le nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), n’est pas révoqué. Dans l'espoir de débloquer la situation, le général Sékouba Konaté, le président de la transition, a reçu Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré et Abé Sylla. Il devrait recevoir dans les prochains jours Alpha Condé. Sékouba Konaté, tout en exprimant sa lassitude, rappelle la nécessité de trouver un compromis. 
Le processus électoral s’enlise et chaque camp approfondit à tour de rôle l’ornière. Depuis plusieurs jours, la crise se joue autour de la présidence de la CENI et après que Alpha Condé ait vu l’essentiel de ses volontés exaucées, c’est désormais le camp de Cellou Dalein Diallo qui fait monter la pression.

Dans ce contexte de crise, le général Sekouba Konaté se retrouve face à un casse-tête. Dans un bref entretien téléphonique accordé à RFI au soir du 26 septembre, le président de la transition a répété qu’il est pressé de quitter le pouvoir. «Je suis à bout de nerf. Si on me donne une date demain, je signe tout de suite. Je ne veux pas m’impliquer mais il faut que l’on trouve un compromis », a expliqué Sékouba Konaté. Selon l’un de ses proches, pour ramener le consensus, il faut une personnalité neutre à la tête de l’institution, chargée d’organiser les élections.

Une population dont l'impatience grandit

Tout le problème est comment mettre en œuvre cette solution car la Commission électorale pourrait au nom de son indépendance, refuser de revenir sur l’élection de Louceny Camara.

La course de lenteur dans laquelle la Guinée est engagée pourrait donc durer. Pendant ce temps, l’impatience de la population grandit et les seuls qui se satisfont de cette situation sont à retrouver parmi les membres du gouvernement, guère pressés de quitter le pouvoir et les privilèges qu’il confère.
 


 





22:23 Publié dans Politique | Tags : guinée conakry, election présidentielle | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | Pin it! |

23 septembre 2010

Guinée/Election présidentielle: sortie de crise en suspens

guinée.jpgLa Commission électorale guinéenne a officialisé sa proposition d'organiser le second tour de la présidentielle le 10 octobre : une date qui devra être ensuite validée par le président de la transition.L'élection du nouveau président de cette Commission ( CENI) crée un désaccord. Certains acteurs politiques estiment que le patron de cette Institution en charge des élections serait un proche du candidat  Alpha Condé. Pourquoi ces hésitations et spéculations politiciennes?
guinée 4.jpgEst ce que la classe politique mesure-t-elle l'impact de ses attitudes sur l'avenir des citoyens guinéens? Que Dieu ( Allah ) inspire tous les acteurs( politiques, militaires, société civile, religieux,
communauté internationale) impliqués dans la transition afin d'organiser des élections transparentes, justes, crédibles et sans contestation.guinée 2.jpg
Patrice Kouakou Wanset
guinée 3.jpg
 

 

15:01 Publié dans Politique | Tags : guinée, élection présidentielle, second tour | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |