topblog Ivoire blogs

10 juillet 2018

Université d’été des professionnels de la gestion des projets : Le développement de l’Afrique au cœur des échanges

université d'été, professionnels de la gestion de projets,développement, afriqueLa première édition de l’Université des professionnels de la gestion des projets de développement (Upgp) visant à rassembler les acteurs africains de ce métier en vue d’un partage d’expérience et de bonnes pratiques pour booster la performance des projets et accélérer le développement du continent s’est ouvert lundi matin à Abidjan.

« Nous sommes rassemblés pour discuter des défaillances et défis à relever, des solutions pratiques et concrètes dans la perspective d’ajuster et de renforcer les dispositifs de gouvernance et de gestion des projets de développement et garantir les performances opérationnelles et financières au profit des Etats africains et des populations cibles », a expliqué le président du Réseau africain des professionnels de la gestion des projets (Rapgp), Adama Bamba.

Il a ajouté que cette assemblée vise à créer un cadre d’échanges afin de répondre à un besoin de formation et de partages d’expériences réussies ou d’échecs rencontrés. Un besoin pour chacun des acteurs de trouver des oreilles attentives lorsqu’il se trouve confronté à des problèmes spécifiques dans l’exercice de sa fonction, selon le président de ce réseau.
« Tout cela pour gagner en performance, accroître les taux de décaissement, accélérer la mise en œuvre des projets pour contribuer avec efficience au développement des pays africains à travers la réalisation rapide d’infrastructures et la production de biens et services de qualité pour le bien-être des populations », a rajouté M. Bamba.
Représentant le Premier Ministre Ivoirien, le Ministre de la jeunesse et de l’emploi Tiémoko Sidi Touré a affirmé que les acteurs de l’Upgp sont un dispositif important dans le développement des pays africains.
« Ces dispositifs permettent d’aller vite à l’émergence de nos pays », a dit le Ministre Sidi, ajoutant qu’il permet d’accélérer le développement et de capter des ressources de bailleurs de fonds.
université d'été,professionnels de la gestion de projets,développement,afriqueLes dirigeants africains devraient plus investir dans le capital humain que dans les infrastructures car c’est le capital humain qui impulse le développement, a souligné pour sa part le représentant du Représentant résident de la Banque Mondiale en Côte d’Ivoire, M. Emery, économiste principal.
315 participants provenant de 14 pays dont la Guinée, le Bénin, le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali, le Congo mais aussi la France et de Tahiti sont présents à cette rencontre.
Pendant cinq jours, 21 formateurs et intervenants se succéderont pour partager leurs connaissances et leurs expériences, notamment des spécialistes du Fonds mondial de lutte contre le Sida, le paludisme entre autres.

24 juillet 2016

Développement des TIC en Afrique : Une délégation de la commission de l’UA chez Huawei

Développement des TIC en Afrique : Une délégation de la commission de l’UA chez Huawei

Une délégation de la Commission de l'Union africaine présidée par S.E.Erastus Mwencha, a été reçue par le vice président général de Huawei Dr. Gong Yuanxing à Pékin pour un échange de vues sur le développement et l’industrialisation de la stratégie des TIC en Afrique, nécessaire à la concrétisation de l’investissement de Huawei dans le continent.

Recevant la délégation, M.Gong, vice-président de Huawei a souligné l’indéniable fait que «Les  TIC sont devenues une force motrice pouvant augmenter d’une manière significative la croissance socio-économique du continent africain. Huawei est prête à étendre son soutien aux plans de développement des TIC en Afrique et de piloter son processus d'industrialisation. Nous sommes également engagés à accueillir les talents dans le domaine des TIC sur le continent grâce à des programmes tels que « Graines pour l’avenir ».

M.Erastus Mwencha a remercié Huawei pour son engagement continu dans le cadre du renforcement des capacités sur le continent et exprimé sa satisfaction de la collaboration effective observée depuis la signature du Protocole d'accord en Janvier 2015. Reconnaissant les investissements continus entrepris dans les États membres de l'UA, le vice-président a apprécié la confiance qu’éprouvait Huawei pour le continent africain. Il a en outre exprimé la nécessité d'accroître la recherche et la coopération au développement, tout en soulignant la nécessité de développer les possibilités d’industrialisation concrètes qui impliqueront la jeunesse africaine et permettront à l'Afrique de prendre sa place dans la chaîne de l'industrie des TIC alignée avec l'Agenda 2063.

Avec 24 bureaux à travers l'Afrique et une présence dans 54 États membres, Huawei, emploie 7000 personnes en Afrique dont 70% sont recrutés localement. Le vice-président a exprimé à la délégation, les intentions de Huawei de stimuler considérablement les investissements dans le continent dans les années à venir et a souligné la nécessité de faire participer activement des partenaires locaux pour assurer la durabilité et pour atteindre  une situation bénéfique à tous.

Le deuxième groupe d’experts africains en TIC choisis parmi différents départements de la CUA ont pris part au programme qui a duré deux semaines et ont  partagé leurs expériences

avec la délégation. La réunion a porté sur les possibilités de coopération efficace entre l'UA et Huawei dans les futures activités de renforcement des capacités.
Sous la direction du vice-président, la délégation de la commission de l’union africaine était composée de M.M. Mokhtar Yedali, Chef de la Division de la Société de l’Information, Emmanuel Nnadozie, Secrétaire exécutif de la fondation pour le renforcement des capacités en Afrique, de l’ambassadeur du Zimbabwe en Éthiopie Fantahun Haile Michael, et  de Mme Esther Tankou, directrice par intérim de l’Information et de la Communication au sein de l’Union africaine.
 

05:39 Publié dans Politique | Tags : ua, huawei, developpement, tic, en afrique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

29 juillet 2015

Agriculture:Développement du secteur agricole

secteur, agriculture, développementLa nouvelle politique agricole ivoirienne a été bâtie pour relancer la croissance agricole et atteindre un taux de 9% par an, afin de stimuler la croissance économique nationale. Elle veut réduire la pauvreté de 50% à 15% à l’horizon 2020, et créer 2.400.000 emplois dans le secteur agricole.

P.K