topblog Ivoire blogs

29 juillet 2015

Agro-industrie:Transformation des produits agricoles

transformation, cacao,anacarde, agro-industrieIl ya de nouvelles ambitions pour le cacao et l’anacarde. Premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1,7 million de tonnes en 2014 (contre 1,48 million de tonnes en 2012-2013), soit 40% de l’offre mondiale, la Côte d’Ivoire s’est contentée depuis des décennies d’exporter pratiquement tout son produit à l’état brut. La Côte d’Ivoire ne transforme pas plus de 30% de sa production de cacao destinée à l’export, selon les récentes statistiques. En ce moment, les autorités gouvernementales priorisent un changement par la transformation des produits agricoles. Le gouvernement ivoirien vise une production de 650.000 tonnes en 2016, et au moins 800.000 tonnes de noix de cajou, transformées localement à 100% à l’horizon 2020. Comme le cacao, l’anacarde occupe une place de choix dans cette dynamique de transformation. C’est ce qui justifie la mise en œuvre d’une réforme dans cette filière. L’objectif est donc d’améliorer le taux de transformation de la noix de cajou, de 5% aujourd’hui à 35% d’ici 2016. La Côte d’Ivoire est le premier producteur africain et le deuxième au plan mondial d’anacarde, après l’Inde, avec 560.000 tonnes en 2014 représentant 48% de l’offre continentale et 26% de l’offre globale.

P.K

19:35 Publié dans Economie | Tags : transformation, cacao, anacarde, agro-industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

19 avril 2015

La production de cacao du Ghana pourrait chuter de plus de 15 % en 2015

cacao, ghana, cocobodLa production ghanéenne de cacao pourrait chuter de plus de 15 % cette année à moins de 750 000 tonnes, en raison d'une épidémie de "maladie de la pourriture brune", révèle le groupe bancaire Ecobank, dans une note publiée ce vendredi.

La production de cacao du Ghana pour la saison 2014/15 devrait osciller 730 000 et 750 000 tonnes, soit un recul de plus de 16,6 % par rapport aux 900 000 tonnes produites l'an dernier, indique une note du département de recherche du groupe bancaire panafricain Ecobank. La production enregistrée au 9 avril dernier était de 541 000 tonnes, en recul de 22 % par rapport à la même période l'an dernier.

La récolte du pays, le deuxième producteur de cacao au monde après la Côte d'Ivoire, a été sévèrement affectée cette année par la "maladie de la pourriture brune" ("black pod disease") suite aux fortes pluies enregistrées au cours des mois précédents, explique le document publié ce vendredi 17 avril.

Les agriculteurs ghanéens ont eu des difficultés à accéder aux engrais et aux fongicides nécessaires pour le traitement des cultures infectées, relève la note de recherche, en raison notamment d'une réduction des facilités de financement accordées par le Ghana Cocoa Board (Cocobod), l'organisme public en charge du secteur.

Impact sur les prix

"Cette récolte décevante n'a pas encore eu d'impact sur les prix internationaux du cacao qui ont baissé de 13,5 % depuis le début de cette saison", relève Ecobank, ce qui reflète une forte campagne cacaoyère en Côte d'Ivoire, des perspectives mitigées quant à la demande mondiale et des volumes transformés en dessous des attentes, . 

Pour autant, estime le groupe bancaire, en cas de rétablissement de la demande mondiale au cours des prochains mois, le recul de la production ghanéenne pourrait entraîner une hausse des prix internationaux durant les mois précédant la nouvelle campagne d'octobre prochain. 

Cocobod, qui anticipait une récolte de 1 millions de tonnes, a ramené ses prévisions à 850 000 tonnes. L'Organisation internationale du café et du cacao parie, elle, sur une production de 810 000 tonnes au Ghana cette année.

Par JEUNE AFRIQUE

09:54 Publié dans Economie | Tags : cacao, ghana, cocobod | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |