topblog Ivoire blogs

03 décembre 2017

Restons éveillés au service de Dieu.

année, liturgique,avent,Ce que je dis là, je le dis à tous : Veillez ! C’est à juste titre que le Christ et les auteurs du Nouveau Testament nous interpellent à prendre garde et à veiller. Une année liturgique s’ouvre en ce dimanche 03 décembre 2017 : Année liturgique B.

Il nous faut tous ensemble veiller pendant cet Avent qui commence : 1er  dimanche de l’Avent B.

Dans la tradition de l’Église catholique, l’année liturgique commence le 1er dimanche  de l’Avent et finit le 34ème dimanche  du temps ordinaire, le dimanche du Christ-Roi.

Veiller comme le demande Jésus-Christ, c’est vivre de partage et de solidarité. C’est bâtir un monde meilleur, c’est anéantir la pesanteur du péché.

Veiller comme le demande Jésus-Christ, c’est être confiant en la bonté de Dieu. Nos yeux tournés vers Lui, en Lui, mettons toute notre confiance.

Veiller comme le demande Jésus-Christ, c’est tenir le regard fixé vers l’aube nouvelle.

Veiller comme le demande Jésus-Christ, c’est fixé les regards intérieurs sur Dieu. C’est cette disposition interne que Dieu regarde. Car la posture du corps ne reflète pas celle de l’intérieur.

L’adoration, ce n’est pas flatter Dieu. C’est exprimer son amour à Dieu, c’est exprimer sa reconnaissance pour Lui. (Psaume 8, 9, 18)

Veiller comme le demande Jésus-Christ, nous exige des moyens à prendre.

Il faut d’abord alimenter sa foi à travers la lecture continue de la Bible, conférences et des enseignements sur la Parole de Dieu. "Père, (...) la vie éternelle, c’est qu’ils Te connaissent, Toi, le seul véritable Dieu, et Ton envoyé, Jésus-Christ " (Jn 17, 3). " Dieu notre Sauveur (...) veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité " (1 Tm 2, 3-4). "

Il faut ensuite réveiller notre charité, par des actions concrètes pour la paix et la justice, par la défense des laissés pour compte de la société, des petits, des travailleurs, des peuples pauvres ou opprimés ... Etre responsable, c’est se mettre au service des autres.

Il faut enfin raviver notre espérance, croire à la valeur des gestes gratuits et prier avec confiance.

Lesquels moyens vont nous permettre de ne pas céder à la tentation de  nous endormir.

Pendant ce premier dimanche de l’Avent, la liturgie nous a invités à vivre intensément l’attente de l’Attendu, comme l’a vécue la Sainte Vierge, sans laisser notre cœur s’endormir appesanti par nos diverses préoccupations.

 Le Christ nous invite à l’abandon filial à la Providence de notre Père céleste (cf. Mt 6,26-34), et l’apôtre S. Pierre reprend : " De toute votre inquiétude, déchargez-vous sur lui, car il prend soin de vous " (1 P 5, 7 ; cf. Ps 55, 23).

 Le désir de Dieu est inscrit dans le cœur de l’homme, car l’homme est créé par Dieu et pour Dieu ; Dieu ne cesse d’attirer l’homme vers Lui, et ce n’est qu’en Dieu que l’homme trouvera la vérité et le bonheur qu’il ne cesse de chercher.

<< L’Église est à la fois : société organisée hiérarchiquement et Corps Mystique du Christ – Assemblée visible et communauté spirituelle – Église terrestre et Église ayant les dons du ciel. Ces dimensions constituent ensemble une seule réalité faite d’un double élément humain et divin>>. (Vat. II GS 8)

L’Année liturgique se poursuit avec les dimanches ordinaires et se termine par la solennité du Christ-Roi.

Sainte année liturgique B &  Agréable temps de l’Avent

Patrice Kouakou

 

23:59 Publié dans Société | Tags : année, liturgique, avent | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

12 décembre 2011

Benoît XVI invite à une attente « vigilante » du Messie

nativité2.jpg

« Vivre l’Avent sans se laisser distraire  et en sachant donner aux choses leur juste valeur » : c’est l’invitation adressée par Benoît XVI  aux visiteurs venus place Saint-Pierre écouter ses paroles et  prier avec lui l’angélus de ce dimanche 11 décembre.
Après avoir célébré la messe dans une paroisse de Rome,  Sainte-Marie-des-Grâces, à l’occasion du troisième dimanche de l’Avent, Benoît XVI est retourné au Vatican et, depuis la fenêtre de son bureau, il s’est adressé en plusieurs langues aux milliers de pèlerins et visiteurs, dont de nombreux enfants venus faire bénir la représentation de l’« Enfant Jésus » qu’ils mettront ensuite dans les crèches de leurs familles, de leurs écoles ou de leurs paroisses.
Après avoir rappelé que les textes liturgiques de cette période de l’Avent sont « une invitation à vivre à nouveau dans l’attente de Jésus », Benoît XVI  a invité les baptisés à « ne pas cesser d’attendre » le Christ, à avoir « le cœur vigilant ».
« Bien que la crise économique les ait fait baisser d’un ton, ce sont toujours les mêmes messages, d’ordre commercial, qui sont proposés », a fait observer le pape.
Or l’Avent est une période que le chrétien est invité à vivre «  sans se laisser distraire par les lumières, en sachant donner aux choses leur juste valeur », pour savoir «  poser un regard intérieur sur le Christ », a insisté Benoît XVI.
Si nous restons « vigilants dans la prière», a-t-il dit, et « heureux de chanter la louange du Seigneur», nos yeux seront capables de « reconnaître en Lui la vraie lumière du monde, qui vient éclaircir nos ténèbres ».
Benoît XVI a reconnu qu’il est important que « les rythmes quotidiens, souvent frénétiques, soient espacés de moments de repos et de détente », mais  qu’il n’y a pas de vraie joie sans cette « relation » qui nous unit à Dieu.
« Qui a rencontré le Christ dans sa vie, éprouve dans son cœur une sérénité et une joie que ni personne ni aucune situation ne saurait enlever », a-t-il affirmé.
« La vraie joie n’est pas le fruit du divertissement », a-t-il insisté, c’est-à-dire «  sortir des engagements de la vie et de ses responsabilités » : c’est « quelque chose de plus profond ».
Cette « vraie joie », a-t-il expliqué, n’est pas « un simple état d’âme passager, ni quelque chose que l’on obtient avec ses propres forces », mais  «  un don «  qui naît de « la rencontre avec la personne vivante de Jésus, de l’espace que nous lui faisons en nous, de l’accueil que nous réservons à l’Esprit Saint qui guide notre vie ».
Benoît XVI a insisté sur cette atmosphère de l’Avent en s’adressant aux Polonais dans leur langue : « Chers frères et sœurs polonais, une joie particulière traverse la liturgie de ce dimanche de l’Avent. Mais que sa source ne déborde pas de l’atmosphère des dépenses de Noël, ni même de la beauté des lumières qui éclairent boutiques et rues. Celle-ci est la présence de Dieu qui vient remplir nos cœurs de bonté, de bonheur, d’espérance dans le salut éternel: « Soyez toujours dans la joie du Seigneur … le Seigneur est proche ». Ouvrons donc nos cœurs au mystère de Dieu pour être capables de reconnaître le Christ quand il viendra au milieu de nous. »

Isabelle Cousturié

12:15 Publié dans Education | Tags : avent, christ | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |