topblog Ivoire blogs

02 août 2018

Rendez-vous écologique / JFAC : Recherche de solutions durables pour le bien des populations

La 1ère édition des Journées africaines des Forets, de l’Agroécologie, de l’énergie et du Changement Climatique (JFAC) de juin 2018 a été un véritable rendez-vous écologique, essentiellement consacré à la formation et au partage de bonnes pratiques et d’innovations.

Refacc JFAC-0000.jpgUn événement placé sous le patronage du Conseil de l’Entente, et la co-présidence  des présidents de l’Assemblée des Régions et Districts de Cote d’Ivoire (ARDCI) et de l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI).

 Le président de l’ARDCI, le docteur Eugène Aka Aouélé a précisé que la lutte contre le changement climatique constitue une problématique importante pour la Cote d’Ivoire. L’Afrique doit réfléchir aux mécanismes, gérer l’épineuse question du foncier, et développer un déroulé de solutions pour aider les populations.

Refacc yamoussoukro.jpgL’événement engage ainsi les participants à ces JFAC de s’approprier les approches nouvelles. Selon le président du  Réseau des experts africain pour les forêts, l’agroécologie, énergie et le changement climatique (REFACC), Yao Marcel, cette synergie d’actions permettra de réussir la lutte contre le dérèglement climatique.

Refacc 2.jpgÉtant donné que les efforts des pouvoirs publics africains semblent encore loin de garantir les objectifs escomptés, les JFAC constituent désormais un cadre d’échanges autour du changement climatique avec un encadrement, une résilience, l’économie numérique dans les régions africaines.

Occasion à pousser les réflexions sur les pratiques en vue d’apporter  des solutions aux questions du changement climatique ; à découvrir et d’adopter les bonnes pratiques ; et de rompre avec nos pratiques qui dégradent l’environnement.

Refacc 1.jpgCe rendez-vous écologique est une mobilisation des acteurs étatiques, non étatiques, des communautés rurales, des jeunes et des organisations non gouvernementales sœurs. Au total, plus de 1500 participants  provenant de la Cote d’Ivoire (les 31 Régions, les 2 Districts et une centaine de Mairies) et des pays d’Afrique.

Refacc JFAC-0001.jpgLa 2ème  édition des Journées africaines des Forets, de l’Agroécologie, de l’énergie et du Changement Climatique, JFAC 2019 est prévue du 19 mars au 22 mars 2019.

Patrice Kouakou

19:07 Publié dans Science, Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

13 janvier 2018

Afrique:Restructurer le secteur agricole pour lutter contre la faim

Il est temps de repenser la façon dont nous cultivons, partageons et consommons notre alimentation. Une restructuration du secteur agricole est donc nécessaire pour maintenir le niveau de la croissance économique dans les pays  les moins avancés, et aussi pour éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition.

Le changement climatique exerce une pression encore plus forte sur les ressources dont nous dépendons et augmente les risques de catastrophes naturelles. Un changement profond du système mondial d’alimentation et d’agriculture est nécessaire  si nous voulons nourrir les 925 millions personnes qui aujourd’hui ont faim et les 2 milliards de personnes supplémentaires attendues d’ici à 2050.Korhogo9

Une personne sur neuf dans le monde est sous-alimentée (soit 795 millions). La majorité des personnes souffrant de la faim dans le monde vivent dans un pays en développement, où 12,9% de la population est sous-alimentée.

500 millions de petites exploitations agricoles fournissent jusqu’à 80% de la nourriture consommée dans les pays en développement. Investir dans ces exploitations constitue donc un moyen considérable d’améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition des plus pauvres, ainsi que la production alimentaire pour les marchés locaux et internationaux.

« L’Afrique dépense actuellement 35 milliards de dollars par an pour l’importation de la nourriture. Ces 35 milliards de dollars devraient être conservés sur le continent africain. Il s’agit d’un marché que les jeunes africains peuvent exploiter pour créer plus de richesses chaque année. Pour y arriver, il faut changer notre regard sur l’agriculture. L’agriculture ne devrait pas être considérée comme un mode de vie ou un secteur de développement mais plutôt comme une entreprise de création de richesses» a déclaré Akinwumi Adesina, Président de la Banque Africaine de Développement (BAD) le 28 juillet 2017, à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de l’Institut International pour l’Agriculture Tropicale, organisé à Ibadan, au Nigéria.Copie (2) de SAM_0309

«Plus les Africains consomment des produits alimentaires à valeur ajoutée, moins d’importations seront nécessaires et plus d’emplois seront créés pour les Africains. En important la plupart de nos produits alimentaires, nous exportons en fait des emplois et nos économies perdent leur valeur. De nos jours, beaucoup de nos jeunes perdent leurs vies inutilement en Méditerranée à la recherche d’emplois. A l’avenir, mettons tout en œuvre pour que l’agro entreprise garantisse aux jeunes des emplois et la stabilité qu’ils méritent» a exhorté Dr Agnes Kalibata, Présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), à l’occasion de la 7ème édition du Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF) à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Patrice Kouakou

 Source : #ODD

05 janvier 2018

Société/Bénin : Banque Atlantique s’engage à soutenir le Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert Koutoukou Maga pour une meilleure prise en charge des populations

banque atlantique, benin, Banque Atlantique, filiale du Groupe Banque Centrale Populaire du Maroc s’est engagée à soutenir le Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert Koutoukou Maga pour une meilleure prise en charge des populations à travers une signature de convention avec l’établissement hospitalier.

La convention a été signée par Mme Khady HANNE BOYE, Directeur Général de Banque Atlantique, et M. Alexandre SOSSOU, Directeur Général du Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert Koutoukou Maga, sur le site de l’hôpital en présence des médias locaux.

Les dispositions de cette convention encadrent les conditions de remise d’un don important de lot de matériel médical au Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert Koutoukou Maga de Cotonou. Ce lot de matériel est constitué notamment d’électrocardiographes, d’enregistreurs ECG et tensionnel ainsi que de divers consommables.

A travers ce don d’équipement de dernière génération, Banque Atlantique souhaite renforcer et moderniser les capacités de l’unité des Urgences du Service de Cardiologie, lui permettant d’ouvrir l’accès aux soins à un plus grand nombre de patients et améliorer la prise en charge des malades. 

Banque Atlantique témoigne ainsi de son engagement à l’égard du corps médical et des populations du pays en affichant ses valeurs souveraines de solidarité et de citoyenneté s’inscrivant autour de 4 axes d’intervention (social, entrepreneuriat, environnement et culture) ce qui lui permet d’innover dans son modèle, faisant émerger les bases d’une société plus inclusive.

A propos de Banque Atlantique
Banque Atlantique est le 3ème plus grand groupe bancaire de la zone UEMOA en termes de parts de marché.

Banque Atlantique est présente dans les huit pays de l’espace UEMOA :
• Bénin
• Burkina Faso
• Côte d’Ivoire
• Guinée-Bissau
• Mali
• Niger
• Sénégal
• Togo

Banque Atlantique totalise 12 ans de présence dans le paysage bancaire Béninois et compte un réseau de 16 agences en développement

Banque Atlantique s’appuie, également, sur des filiales spécialisées telles que :
• Banque d’Affaires : Atlantique Finance
• Gestion d’actifs : Atlantique Asset Management
• Assurances : Atlantique Vie et Atlantique Assurance IARD en Côte d’Ivoire, GTA Vie et GTA IARDT au Togo

Banque Atlantique est une filiale du Groupe Banque Centrale Populaire (BCP) 


A propos de la maison mère : le Groupe Banque Centrale Populaire (BCP) 

Le Groupe BCP, l’une des premières institutions bancaires du Maroc, est dans le Top Ten des banques africaines en termes de taille de bilan. Il tire sa force de ses valeurs de solidarité, de mutualité et de son organisation unique au Maroc. Le Groupe est composé de 9 Banques Populaires Régionales (BPR) à vocation coopérative ; de la Banque Centrale Populaire (BCP), organe central du Groupe sous la forme de société anonyme cotée en Bourse ; ainsi que de filiales spécialisées, de fondations et de banques et représentations à l’étranger. Le Groupe BCP est présent dans 12 pays africains et 13 autres pays dans le reste du monde. 

Dans l’espace UEMOA, la BCP s’appuie fortement sur Banque Atlantique pour construire le premier groupe bancaire panafricain, solidaire et ancré localement. 

Cette notion de solidarité renvoie à l’engagement du Groupe aux côtés des pays africains pour le financement des grands projets d’infrastructure et le développement de l’inclusion sociale et financière, tout en renforçant le lien entre la diaspora africaine dans le monde et les pays d’origine. 

Elle illustre aussi le lien fort existant entre le Groupe et ses différentes filiales pour une meilleure résilience dans la durée. 


Contact presse Banque Atlantique 
Nom : Ghislain DAGNON
E-mail : ghislain.dagnon@banqueatlantique.net