topblog Ivoire blogs

01 août 2018

Département de Grand-Lahou : La filière pêche bientôt lancée

Grand Lahou peche.jpgLe Conseil régional des Grands ponts va bientôt lancer la filière pêche, pour l’optimisation de la collecte et la richesse halieutique dans la région. Il s’agira, selon le président Gabriel Joseph Yacé, qui en a fait l’annonce, d'aider et encadrer les jeunes à travers une initiation à la pêche moderne, afin qu’ils puissent aller en haute mer pêcher le poisson et le commercialiser à leur compte’’. A cet effet, le Conseil régional a envoyé un jeune de Grand-Lahou, du nom d’Akadjé, en Corée du Sud prendre part à un symposium dans le cadre d’une formation et qui est revenu au pays. 

C’était le lundi 30 juillet dernier à Grand-Lahou, à l’occasion d’un don de trois (3) broyeuses de manioc d’environ 12 millions de Fcfa chacune, de la part dudit Conseil aux femmes du département. « Nous sommes venus donner deux (2) broyeuses aux femmes de Grand-Lahou (ville) et une (1) autre aux femmes du village de Braffèdon (toujours à Grand-Lahou) », a déclaré le président dudit Conseil, Gabriel Joseph Yacé. Qui leur a par ailleurs annoncé la construction d’une usine de transformation de manioc dans la ville, pour faire de l’attiéké comme cela a été le cas pour le village de Débrimou à Dabou.

Le donateur n’entend pas s’arrêter qu’à ces dons. Il ambitionne aussi offrir des moyens de mobilité aux femmes de cette localité en même temps que l’installation de l’usine en question. « Quand nous allons installer l’outil industriel, tout le reste va suivre. Notre Direction technique va les accompagner dans la maintenance du matériel dont la qualité est internationalement reconnue », a-t-il rassuré les bénéficiaires des broyeuses, qui s’inquiétaient pour l’acheminement de leurs produits des champs, au village. 

Ces nouvelles ont véritablement réjoui le doyen Beugré Grah Jean, Conseiller du chef intérimaire, Djeket Antoine, du village de Braffèdon. « Il est mieux d'apprendre à pêcher, plutôt de donner le poisson. Votre geste est si noble, que la population vous dit merci. Car, cette machine permettra à nos mamans de faire de l'attiéké de qualité et à temps », a-t-il fait remarquer, en soutien aux actions du président Yacé. 

Quant à Mme Lakpa Cécile, présidente des femmes du village, elle a traduit leur reconnaissance au président du Conseil régional. Tout en le rassurant qu’elles demeurent ‘’très fortes’’, pour l’accompagner à la victoire au soir du 13 octobre 2018, date prévue pour les élections locales en Côte d’Ivoire.

Ce sont plusieurs associations de femmes (dont Vivô, Wazouzoi, Soeurs unies, Association des femmes Avikam, Gnrandjuè etc), qui ont réceptionné les deux (2) broyeuses dans la cours du bureau annexe du Conseil régional. Quand celles du village de Braffèdon ont reçu la leur chez Lagah Joseph, ancien maire de Gnrand-Lahou. 
Le président Yacé en a profité pour aller présenter ses sincères condoléances à la famille de feu Bogui Jean, ancien chef de Braffèdon.

Publié le mardi 31 juillet 2018  |  Conseil régional Grands ponts

01:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

31 juillet 2018

Religion: Dominique Kadja Caleb [La réussite est un sport, tu dois en être le vainqueur...]

Dominique Kadja.jpgAs tu déjà , au moins une fois, connu le retard, l’échec, des humiliations inutiles dans ta vie? Prends 5 minutes. Parcours ces quelques lignes, alors que le 7e mois de l'année se referme et que tu te prépares à entrer dans le mois d'Aout...

Tu as souvent entendu dire que la vie n’était pas une compétition. Cette affirmation est totalement fausse. Dès ce matin, rejette la et vois différemment ta vie. Que ce soit dans le monde profane, séculier, professionnel ou dans la vie spirituelle, je peux te l'affirmer, la vie est bel et bien une compétition. Et le monde dans lequel tu vis en est l'arbitre.

1. Paul, l'apôtre, un prédicateur de l'évangile qui exerce sur moi une grande influence, lui, va écrire au sujet des règles de la course [ou la compétition] de la vie chrétienne 
2. Paul, l'apôtre, dira fort justement: "Ne savez vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte le prix? Courez de manière à le remporter" (1 Cor 9:24ss) 
3. Un langage réducteur a souvent consisté à te laisser être dirigé, influencé par le cours des événements. Non, les circonstances et les situations ne peuvent pas te dicter leur loi
4. Lorsque tu dois affronter de nouveaux défis dans la vie, accepte de rentrer dans la mentalité de compétiteur: tu vaincras, sans doute, face à ces nouveaux défis
5. Aucun aspect de ta vie n'échappera au principe de la compétition, de la course
6. J'ai regardé la vie d'un parent, et j'ai beaucoup appris de lui. Ce dernier est un bâtisseur né, un homme qui ne peut voir "du sable et du ciment sans en faire une brique puis une maison". Il construit partout. Là où il y'a un centimètre carré qu'il peut acquérir. Et il construit. Il a partagé cette passion à tous ceux qui lui sont proches 
7. Point n'est besoin d'être fortuné avant d'avoir une passion, un rêve, une vision. Mais c'est plutôt la vision qui te conduira à en cueillir les fruits
8. Il t'appartient de décider de quitter le statut de locataire pour entrer dans le statut de propriétaire immobilier. Des règles simples existent à cet effet, dont la première clé est l'épargne 
9. Tu veux être propriétaire de ta propre maison? En plus de la prière, commence à épargner. Aujourd'hui même!
10. Considère la vie de Joseph, le fils de Jacob. Dieu était avec lui, sans aucun doute. Et il en a été fortement favorisé, y compris par la prospérité (Genèse 39:2)
11. Toutefois, il a mis en œuvre des principes pour voir cette prospérité être pérennisée: Joseph a appliqué les règles de l'épargne! 
12. Le livre de la Genèse, Chapitre 41:47 à 49, révèle qu'au temps de la fertilité et de l'abondance des terres, Joseph a exercé la règle de l'approvisionnement pour équiper L'Egypte de provisions suffisantes, si bien qu'au temps des famines, alors que tous les pays manquaient de tout, l'Egypte ne manqua de rien
13. Veux tu avoir une plus grande maison, un véhicule plus performant, un emploi mieux rémunéré, un cadre de vie plus paisible? Décide de planifier maintenant, agis ensuite et tu en jouiras des fruits, certainement! 
14. Aspires tu à te marier? À tenir un foyer qui dure éternellement (je pèse bien mes mots, car, il ne peut y avoir de MDD (Mariage à Durée Déterminée))? Si oui, alors, en plus de la prière, acceptes d'avoir une bonne attitude, un bon comportement, de la hauteur d'esprit. Car, c'est ce qui transparaît aux yeux de ton futur conjoint, et le conduira à prendre la décision. 
15. Sois précis dans tes choix, et inspire toi de ceux qui ont réussi dans le domaine où tu veux réussir, toi aussi 
16. Rien ne nous est donné ex-nihilo. C'est à dire du néant. Rien n'est acquis sans effort. Rien!
17. Sois rigoureux en tout ce que tu fais, et tu réussiras. Ne confonds pas les choses.
18. Même si tu travaillais dans l'entreprise de ton père biologique, évite de l'appeler "papa" en ces lieux. Appelle-le "Monsieur le Directeur Général" (s'il en était le DG). La considération et le sérieux que tu démontres déterminera la hauteur de l'élévation qu'il t'aidera à atteindre 
19. Ne confonds pas les genres: beaucoup, pour avoir ignoré ces principes, ont fait naufrage 
20. Lorsque tu auras mis en œuvre les règles de rigueur pour remporter la couronne, en tous les aspects de ta vie, alors, tu comprendras que tout ce que viendra comme obstacle s'appellera épreuve, dont la nature, est, justement, d'être surmontée! Et tu en as la capacité, si tu acceptes de compétir et de remporter la couronne...
21. N'oublie pas: en tout, sois fort et déterminé, car, ce que ta pensée aura semé, ta vie le récoltera...

Dominique Kadja Caleb, Modérateur et Responsable Général MCE PDG

16:40 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

"Les produits de couverture contre la baisse des prix du cacao ne sont pas suffisamment utilisés" (M. Abid HALIM, Directeur des Activités de Marché de la SIB)

SIB Abid Halim Dir activ des marchés.jpgLe cacao est la principale ressource d’exportation de la Côte d’Ivoire; la santé de notre économie et son développement sont significativement liés à sa valeur sur les marchés internationaux.

La chute des prix du cacao sur le marché international entre fin 2016 et début 2017, -41% en 6 mois, ainsi que ses sérieuses conséquences sur les principaux acteurs locaux du secteur en Côte d’Ivoire met sous un nouveau jour l’offre proposée depuis plus de 5 ans par la Société Ivoirienne de Banque (SIB) : la couverture contre les variations des prix du cacao.

Pour en savoir plus, nous avons rencontré le Directeur des Activités de Marché de la SIB, M. Abid HALIM.

Concrètement c’est quoi la couverture contre la variation des prix du cacao ?
La couverture contre le risque de baisse du prix du cacao est tout simplement une assurance qui offre à son détenteur la possibilité de fixer aujourd’hui un prix minimum ou un prix fixer auquel il vendra demain une quantité de cacao. Ainsi, quelle que soit l’évolution du prix sur le marché international à la date choisie, le bénéficiaire protège son chiffre d’affaires et sa marge minimale.

Vous avez évoqué un prix minimum ou un prix fixe, il y a donc plusieurs types de couvertures?
 
De même que les produits d’assurance, il existe plusieurs types et structures de couverture qui vont de la plus simple - qui consiste à fixer à l’initiation de la couverture et de façon définitive le prix de vente futur, de telle manière que, quelque soit le prix du marché à l’échéance, l’utilisateur peut vendre son cacao au prix garanti - à la plus confortable - qui permet de fixe un prix minimum de vente tout en gardant la possibilité de bénéficier d’un prix supérieur si les conditions de marché le permettent à l’échéance. Bien évidemment entre ces deux extrêmes il existe plusieurs structures ayant des profils risque adaptés et un coût de couverture optimisé.

En quoi l’utilisation des produits de couverture peut aider les exportateurs du cacao ?
Dans un système où le prix d’achat local est fixé quelques mois avant la mise en vente du produit , comme c’est le cas en Côte d’Ivoire à travers le mécanisme de fixation des prix du Conseil du Café Cacao (CCC), l’utilisation d’un produit de couverture s’avère d’une grande utilité et offre de nombreux avantages, à titre d’exemple :

1- Préserver la santé financière et assurer la survie de la société si le prix du cacao baisse fortement sur le marché international ou même si un grand client fait défaut de manière imprévue

2- Assurer un développement solide, stable et durable de la société sur la base d’une activité commerciale planifiée, en neutralisant les effets spéculatifs liés à la variation des prix du marché international

3- Créer une relation de confiance et de transparence avec l’ensemble des parties prenantes (à savoir l’Etat, le CCC, les Banques, les fournisseurs, les salariés, les actionnaires etc…) compte tenu des garanties de solvabilité offertes. Une telle relation aura des retombées positives sur l’ensemble de la chaine de création de valeur, de l’approvisionnement à la vente en passant par les conditions de financement, le budget d’investissement et les coûts de fonctionnement.

Au-delà de ces avantages offerts à chacun, la généralisation de l’utilisation des produits de couverture permettrait à la filière cacaoyère une meilleure résistance aux chocs externes et une contribution plus stable dans le PIB et le budget du pays.

Comment appréciez-vous l’évolution de ce segment du marché ?

En toute objectivité, je trouve que le niveau d’utilisation des produits de couverture contre la baisse du prix du cacao en Côte d’Ivoire n’est pas à la hauteur de la taille de la filière et du rang de premier producteur mondial qu’occupe notre pays.

Depuis 2012, l’année ou la SIB, avec le l’appui du Groupe Attijariwafa bank, a commencé la commercialisation de ces produits, seulement une poignée d’entreprises ont manifesté de l’intérêt à se couvrir et à connaitre davantage les solutions que nous proposons.
De même le nombre des banques actives dans ce segment reste très limité et insuffisant pour assurer un large encadrement des opérateurs.

Ceci étant, malgré un rythme d’avancement plutôt lent, nous restons optimistes quant à la généralisation de l’utilisation de ces produits dans un futur proche. Historiquement les périodes de grande volatilité, comme en 2016/2017 sur le marché du cacao, entraînent une forte demande sur les produits de couverture. La Côte d’Ivoire ne déroge pas à cette règle et, depuis quelques mois, nous constatons que l’outil de couvertures marché s’impose à l’ensemble des intervenants dans la filière comme option réelle et optimale d’assurance. Seulement, une volonté plus marquée des entreprises concernées couplée à des incitations du CCC et un cadre réglementaire plus favorable nous semblent nécessaires à son développement.

En attendant, quel rôle jouent les banques pour ce faire?

Du côté de la SIB - en tant que Créateur de Développement, de Bonheur et d’Avenir - nous continuons à assister nos clients et à leur recommander l’utilisation de ces produits que nous avons élaborés de la manière la plus adaptée et la plus simple possible, notre devise étant et ayant toujours été d’identifier les besoins de nos clients et d’y répondre en tenant compte de leurs réalités.
Le client craint la complexité; notre rôle c’est de démystifier ces produits au maximum afin de les rendre accessibles et courants.

Nous le démontrons, la volonté déclarée du groupe Attijariwafa bank et du management de la SIB est d’être toujours présent pour nos clients en mettant à leur disposition notre expertise et notre savoir-faire métier.
J’en profite, à ce titre, pour rappeler que la SIB dispose d’une salle des marchés mise en place selon les normes internationales et notre équipe de spécialiste en couverture du cacao se tient toujours disponible à accompagner les clients concernés.
 
Publié le mardi 31 juillet 2018  |  SIB
 

09:08 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |