topblog Ivoire blogs

11 août 2018

Intégration régionale : Transformation économique et sociale de l’Afrique

DSC04321.JPGL’Afrique entend s’approprier les acquis d’antan - le berceau de l’humanité – et en faire un cadre propice de l’investissement dans le monde en développement.

En faisant une remontée historique, et à en croire les experts du développement, l’Afrique regorge toujours d’opportunités importantes. Malgré la pesanteur des aléas qui s’impose à ce continent, l’horizon semble prometteur, avec pour accélérateur l’intégration.

L’intégration régionale est une priorité immuable de développement pour l’Afrique. « L’intégration régionale est une condition essentielle à l’expansion de nos marchés. Nous devons intégrer l’Afrique – grandir ensemble, et nous développer ensemble. Notre destin commun est lié à l’élimination des barrières qui nous séparent. »  dixit le Président de la BAD, Akinwumi Adesina.

La vision de la BAD est celle d’un continent stable, intégré et riche de la diversité de ses économies compétitives, viables, en pleine croissance, participant pleinement aux échanges et investissements mondiaux. (Cf. Stratégie décennale 2013-2023).

BAD Pdt Adesina 2.jpgForce est de constater que tous les africains, gouvernés, gouvernants et décideurs, ont un rôle à jouer pour concrétiser cette perception en une réalité pour l’Afrique. Il faut appuyer les projets transfrontaliers, soutenir le développement des zones industrielles régionales et des systèmes de normes régionaux, aider à la lutte contre les maladies animales transfrontalières, améliorer les capacités productives des pays.

En outre, il faut trouver un moyen durable de nourrir une population croissante en dépit des contraintes écosystémiques, du changement climatique et du manque de mesures incitatives. Au sujet de la jeunesse, il faut une solution novatrice à l’emploi des jeunes ; d’abord, rendre l’environnement plus propice à l’emploi décent, ensuite mettre les jeunes diplômés en contact avec des incubateurs, et enfin faciliter l’accès aux financements par des mécanismes de partage des risques et par le renforcement des capacités des institutions financières pour les jeunes.

Les gouvernants des pays africains devront renforcer la collaboration avec le secteur privé ou d’autres partenaires afin de développer les infrastructures des régions d’Afrique. La vision de la BAD résumée en cinq actions prioritaires c’est-à-dire celle de l’intégration et quatre autres constituent le moyen (Top 5) utilisé par cette institution pour concentrer et étendre la mise en œuvre de Sa Stratégie décennale visant à transformer l’Afrique sur le plan social et économique.

Le Top 5 a pour but de réaliser le double objectif suivant : une croissance inclusive partagée par tous ; et la transition progressive. Il est constitué des priorités que sont Éclairer et électrifier l’Afrique, Nourrir l’Afrique, Industrialiser l’Afrique, Intégrer l’Afrique, Améliorer la qualité de vie des africains.

Patrice Kouakou

 

02 août 2018

Rendez-vous écologique / JFAC : Recherche de solutions durables pour le bien des populations

La 1ère édition des Journées africaines des Forets, de l’Agroécologie, de l’énergie et du Changement Climatique (JFAC) de juin 2018 a été un véritable rendez-vous écologique, essentiellement consacré à la formation et au partage de bonnes pratiques et d’innovations.

Refacc JFAC-0000.jpgUn événement placé sous le patronage du Conseil de l’Entente, et la co-présidence  des présidents de l’Assemblée des Régions et Districts de Cote d’Ivoire (ARDCI) et de l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI).

 Le président de l’ARDCI, le docteur Eugène Aka Aouélé a précisé que la lutte contre le changement climatique constitue une problématique importante pour la Cote d’Ivoire. L’Afrique doit réfléchir aux mécanismes, gérer l’épineuse question du foncier, et développer un déroulé de solutions pour aider les populations.

Refacc yamoussoukro.jpgL’événement engage ainsi les participants à ces JFAC de s’approprier les approches nouvelles. Selon le président du  Réseau des experts africain pour les forêts, l’agroécologie, énergie et le changement climatique (REFACC), Yao Marcel, cette synergie d’actions permettra de réussir la lutte contre le dérèglement climatique.

Refacc 2.jpgÉtant donné que les efforts des pouvoirs publics africains semblent encore loin de garantir les objectifs escomptés, les JFAC constituent désormais un cadre d’échanges autour du changement climatique avec un encadrement, une résilience, l’économie numérique dans les régions africaines.

Occasion à pousser les réflexions sur les pratiques en vue d’apporter  des solutions aux questions du changement climatique ; à découvrir et d’adopter les bonnes pratiques ; et de rompre avec nos pratiques qui dégradent l’environnement.

Refacc 1.jpgCe rendez-vous écologique est une mobilisation des acteurs étatiques, non étatiques, des communautés rurales, des jeunes et des organisations non gouvernementales sœurs. Au total, plus de 1500 participants  provenant de la Cote d’Ivoire (les 31 Régions, les 2 Districts et une centaine de Mairies) et des pays d’Afrique.

Refacc JFAC-0001.jpgLa 2ème  édition des Journées africaines des Forets, de l’Agroécologie, de l’énergie et du Changement Climatique, JFAC 2019 est prévue du 19 mars au 22 mars 2019.

Patrice Kouakou

19:07 Publié dans Science, Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Muhammadu Buhari succède à Faure Gnassingbé à la tête de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO

 

CEDEAO Remise-du-fanion-à-Muhammadu-Buhari-par-Faure-Gnassingbé.jpgRemise du fanion à Muhammadu Buhari par Faure Gnassingbé

Lomé, le 1er août 2018. Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a été élu par ses pairs ouest-africains pour présider, pour un an, aux destinées de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), en remplacement du président togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, qui a passé près de quatorze mois à la tête de l’organisation régionale.

Telle est l’une des décisions de la 53ème session ordinaire de ladite Conférence tenue le lundi 31 juillet 2018, à Lomé, au Togo, en présence de 12 des 15 chefs d’Etat que compte la Cedeao. Seuls les présidents béninois, Patrice Talon, malien, Ibrahim Boubacar Kéïta, et libérien, George Manneh Weah, n’ont pas fait le déplacement.

Outre l’élection de Muhammadu Buhari, les dirigeants ouest-africains ont décidé de tenir leur 54ème session ordinaire, en décembre 2018, Abuja, au Nigeria.

Les autres décisions du sommet portent sur la libre circulation des personnes et des biens, les accords de partenariat économique entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne (APE), la réforme institutionnelle de la Cedeao, les défis sécuritaires dans l’espace communautaire, et la création de l’union monétaire.

CEDEAO De-g-à-dr-Jean-Claude-Kassi-Brou-les-présidents-Buhari-et-Gnassingbé-768x533.jpgDe g à dr, Jean-Claude Kassi Brou, les présidents Buhari et Gnassingbé

Concernant la création de cette union, la Conférence a exhorté les Etats membres à poursuivre la mise en œuvre de politiques économiques vertueuses afin de respecter les critères de convergence relatifs à la création de la monnaie unique de la Cedeao.

S’agissant de la libre circulation des personnes et des biens, les chefs d’Etat ont demandé à la Commission de prendre des initiatives visant à réduire les entraves aux déplacements des citoyens ouest-africains, et d’en faire rapport aux autorités politiques des Etats membres concernés.

A propos des APE, la réunion de Lomé a noté que la non signature de l’APE régional par l’ensemble des Etats membres et la mise en œuvre des APE intérimaires posent des défis importants au processus d’intégration régionale. Pour ce faire, elle a lancé un appel aux partenaires européens visant à plus de flexibilité sur la question des APE, notamment sur le calendrier de la mise en œuvre des APE intérimaires.

Pour ce qui est de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), la rencontre s’est félicitée de son lancement, et a pris note de la signature de l’Accord par plusieurs pays africains. Elle a invité à cet effet les Etats membres qui ne l’ont pas encore signé à accélérer le processus de leur adhésion.

CEDEAO Faure-Gnassingbé-remettant-à-Muhammadu-Buhari-un-sac-à-leffigie-de-la-Cedeao-768x549.jpgFaure Gnassingbé remettant à Muhammadu Buhari un sac à l’effigie de la Cedeao

Elle a instruit la Commission d’assister les Etats membres en vue de dégager une position régionale sur les questions en suspens, particulièrement les concessions tarifaires, les engagements spécifiques en matière de services et de règles d’origine.

Sur un autre plan, la Conférence s’est félicitée des mesures de mobilisation urgente de la Réserve régionale de sécurité alimentaire, et a appelé les Etats membres bénéficiaires à honorer leur engagement de reconstitution du stock mobilisé.

Toujours dans le domaine agricole, le sommet a exprimé sa préoccupation face à la multiplication des conflits violents entre éleveurs et agriculteurs du fait de la transhumance, et condamné fermement les nombreuses pertes en vies humaines liées à ces conflits et la stigmatisation de catégories spécifiques de la population.

Au plan sécuritaire, la Conférence a réitéré sa condamnation des attaques terroristes dans la région, et exprimé sa solidarité aux pays affectés. Elle a réaffirmé sa détermination à lutter efficacement contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

CEDEAO Lexécution-de-lhymne-de-la-Cedeao-à-la-fin-du-sommet-768x528.jpgL’exécution de l’hymne de la Cedeao à la fin du sommet

Elle a salué l’engagement des pays membres de la Force multinationale mixte du bassin du Lac Tchad et de la Force conjointe du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme. Elle a demandé aux Etats membres d’apporter un soutien matériel, financier et technique aux forces armées des Etats membres engagées dans la lutte contre le terrorisme dans le bassin du Lac Tchad et au Sahel.

La Conférence s’est félicitée de la tenue, le 30 juillet 2018, à Lomé, au Togo, du sommet conjoint des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao et de la CEEAC. Elle a exhorté les Etats membres et la Commission de la Cedeao à mettre en œuvre les décisions contenues dans la Déclaration de Lomé sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre l’extrémisme violent adoptée par le sommet conjoint.

En Guinée-Bissau, le sommet a loué les progrès notables enregistrés dans la résolution de la crise politique, et décidé de lever les sanctions prises à l’encontre de certains acteurs politiques de ce pays. Les chefs d’Etat ont, par ailleurs, encouragé les acteurs politiques bissau-guinéens et la société civile à respecter la date du 18 novembre 2018 pour la tenue des élections législatives.

Concernant la Gambie, les chefs d’Etat ont salué l’évolution positive de la situation politique marquée par la tenue, avec succès, des élections locales le 12 mai 2018.

S’agissant du Mali, ils ont félicité l’ensemble des partis politiques pour le déroulement pacifique du processus électoral du 29 juillet 2018, et appelé les acteurs politiques à observer une attitude républicaine et au respect des résultats issus du scrutin.

A propos du Togo, le sommet a condamné tout recours à la violence, et appelé les acteurs politiques de même que la société civile à s’abstenir d’actes et de propos pouvant alimenter de nouvelles tensions et de compromettre les efforts en cours.

Il a invité le gouvernement et les acteurs politiques à œuvrer en vue de l’adoption des réformes constitutionnelles en prenant en compte, entre autres, le mode de scrutin à deux tours pour l’élection présidentielle, la limitation à deux, du nombre de mandats présidentiels, la recomposition de la Cour constitutionnelle pour notamment revoir sa composition et limiter le nombre de mandat de ses membres, ainsi que le renforcement du processus électoral.

La Conférence a recommandé l’adoption de ces réformes par la voie parlementaire en vue d’accélérer le processus de leur mise en œuvre ; où le cas échéant, par des consultations électorales.

CEDEAO