topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

09 janvier 2017

Les Chefs traditionnels se préparent à célébrer la journée mondiale de la culture africaine à Malabo

Roi Tchiffy Zié.jpgLes Rois, Sultans et Chefs traditionnels africains se préparent à célébrer en marge d’un conclave le 24 janvier prochain à Malabo en Guinée-Equatoriale, la Journée mondiale de la culture africaine.

Dans un communiqué du Secrétaire Général permanent du Forum des Rois, Sultans et Leaders traditionnels du continent africain, Sa Majesté Jean Gervais Tchiffi Zié, transmis samedi à APA, « cette célébration de la culture africaine dans ses dimensions plurielles, sera marquée par un vibrant hommage au Président de la République de la Guinée-Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo pour avoir accepté en dépit de la menace de la maladie à virus Ebola, d’organiser en 2015, la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football alors que son pays n’en était pas l’organisateur désigné ».
Le 24 Janvier de chaque année est célébré la Journée Mondiale de la Culture Africaine, en référence au 24 Janvier 2006, date à laquelle a été adoptée la Charte de la Renaissance de la Culture Africaine par les Chefs d’Etat et de Gouvernements de l’Union Africaine, lors de la 6ème Session Ordinaire de la conférence à Khartoum au Soudan.

Par ailleurs, « les participants à cette rencontre de Malabo se prononceront sur la poursuite judiciaire dont fait l’objet en France, Teodorin Obiang N'Guema, fils du président de la Guinée-Equatoriale et Vice-Président de son pays », poursuit le texte, ajoutant qu’ils « dégageront une position sur ce procès, reporté au 19 juin 2017». Le fils du président de la Guinée-Equatoriale, est jugé à Paris pour corruption et détournement de fonds publics.

LS/APA

03:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

18 octobre 2016

Côte d’Ivoire/Littérature: Sanoudja, une histoire indélébile…

« Aurore d’Afrique à Sanoudja » est une poésie rythmique. C’est une histoire indélébile, une poésie de la douleur qui donne naissance à l’espoir. On y relève les morsures de la faim, les affres de la dispersion, du mépris social. Il indique sans détour que le jeune poète Toh Bi est prometteur et prolifique par son ingéniosité créative en matière de poésie. Ainsi l’on relève à la page 19 de l’œuvre une série de référents dont le trait sémantique est fortement marqué. Cela veut dire que la douleur des enfants de Sanoudja a su être surmontée. A la page 16 « Dabou, la terre de mes mythes, que j’ai héroïquement bue à l’ombre de Jeannot. Mon âme bénit l’Eternel », l’auteur Toh Bi témoigne de sa maitrise des techniques de l’écriture. Ici, le jeu énonciateur parle de Dabou. L’œuvre de Toh Bi est de la poésie de la destruction, du divorce. L’on y note à partir de la page 20 la ruine matérielle du couple, la diaspora des enfants, l’organigramme alimentaire. Tout cet univers infernal nous laisse entrevoir la poétique de la souffrance des enfants abandonnés.
C’est un simple jugement de réalité, nous osons croire. Car la poésie elle-même de son étymologie est l’art de combiner les sonorités, les rythmes, les mots d’une langue pour évoquer des images, suggérer des sensations, des émotions. L’originalité du l’auteur réside dans l’effort de transformation ces faits constitués en texte pour se convertir en un produit fini. « Le style ‘’sérieux’’ cotoie, sans sourciller, le ton du badinage. La langue courante, voire, ‘’familière’’ fait bon ménage avec un lexique sublime… Des fragments de discours ou langages socio politiques et religieux, sont marinés dans des vers (ets) spirituels, par une détermination farouche du poète de renouveler l’écriture. » Sanoudja est tiré du langage populaire ivoirien, et traduit « ça peut nous tuer. » Le poème de Toh Bi est relaté dans le ton de la narration d’un conte gouro.

Patrice Kouakou Wanset

10:06 Publié dans Culture | Tags : litterature, poésie, cote d'ivoire, aurore, d'afrique, à, sanoudja, toh bi tié emmanuel | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

07 août 2015

Cohésion Sociale: L'Abidjanaise, une manne à exploiter

reconciliation,hymne national,cote d'ivoire,abidjanaiseL’hymne national de la Côte d’Ivoire, c'est l’Abidjanaise. Il parle beaucoup d'amour. Outil de sensibilisation pour la paix durable, c'est le miroir de la moralité du pays. C’est un programme de gouvernement que chacun doit appliquer à sa propre vie.

« La paix n’est pas un vain mot, mais un comportement» tels sont les propos du président Félix Houphouët-Boigny. Ce qui implique que chacun doit avoir un comportement qui va dans le sens de la paix nationale.

La Côte d’Ivoire est un pays d’hospitalité, c’est pourquoi il a un fort taux d’immigrés. L’hospitalité fait partie des valeurs que Dieu lui-même recherche dans la vie de celui qui veut l’adorer. Ainsi, la Côte d’Ivoire est longtemps restée stable grâce à l’esprit hospitalier et d'intégration du président Félix Houphouët-Boigny.

En tant que terre d’espérance, il est un lieu de restauration qui attire le monde. Dieu a béni la Côte d’Ivoire avec un sous sol riche et une terre privilégiée. Le président Houphouët-Boigny ne s’est pas détaché de l’hymne national. Cela lui a été bénéfique ; vivant de l’Abidjanaise le père de la nation a honoré Dieu qui à son tour lui a donné la sagesse et béni la Côte d’Ivoire.

Tes légions remplies de vaillances ont relevé ta dignité. Un vaillant combattant ne tremble pas devant autrui, il est confiant et serein. Chaque ivoirien est alors le soldat protecteur de l’héritage (richesse, édifices, habitudes, Constitution, amour, paix, etc.) laissé par le père de la nation. Force est de constater que la dernière décennie, l’ivoirien qui devrait s’attacher à Dieu s’était enfoncé davantage dans de mauvaises voies. Les troubles étaient arrivés, c’était un avertissement de Dieu.

Lorsque l’on se rassemble en Côte d’Ivoire, que ce soit pour sa gloire et son bonheur, et non pour sa destruction. L’ivoirien doit ainsi aspirer au bonheur et se battre pour l’intérêt supérieur de la nation. Car il ne peut avoir de bonheur que dans la paix. Fiers ivoiriens, le pays nous appelle. Le pays nous appelle à construire et à œuvrer pour son développement.

Le pays nous appelle donc à cultiver l’amour pour récolter la paix. Car c’est dans l’union, la discipline et le travail que l’on pourra construire une Côte d’Ivoire solide.

Si nous avons dans la paix ramenée la liberté. Cela pour dire que nos ancêtres ont travaillé dans la paix pour que le pays soit indépendant.

Notre devoir sera d’être un modèle, de l’espérance promise à l’humanité. En somme l’espérance promise à l’humanité est Jésus. Dans son gouvernement, il n’ya pas  de place pour la haine et pour la vengeance (Romains 12,14). Être le modèle de l’espérance promise à l’humanité, c’est se détourner des mauvaises voies. L’Abidjanaise invite chaque ivoirien à respecter Dieu.

En forgeant uni dans la foi nouvelle, chaque  habitant de la Côte d’Ivoire devra être un apôtre de la paix.

La patrie de la vraie fraternité, c’est un pays où tous sont frères et sœurs. Vivre ensemble ne nous amène pas à pratiquer les habitudes de l’autre, mais à l’accepter telle qu’il est avec ses qualités et ses défauts.

Dieu aime la Côte d’Ivoire et pardonnera ses habitants. Le père céleste leur donnera ainsi la force de se pardonner mutuellement afin que la Côte d’Ivoire soit véritablement un pays d’intégration.

Patrice Kouakou Wanset

06:03 Publié dans Culture, Education, Politique | Tags : reconciliation, hymne national, cote d'ivoire, abidjanaise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

29 juillet 2015

Un nouveau souffle donné au Zoo d’Abidjan – La communauté internationale lui vient en aide !

rehabilitation, zoo, abidjan, calao,aideLes efforts visant à la réhabilitation du zoo d’Abidjan portent petit à petit leurs fruits. En effet, vu l’état déplorable dans lequel se trouvait cet espace écologique après la crise post-électorale de 2011, le gouvernement Ivoirien, en collaboration avec l’Ambassade de la  Suisse s’est engagé à rendre viable le zoo d’Abidjan.Selon le ministre ivoirien des Eaux et Forêts, Badaud Darret, le zoo avait atteint un niveau de dégradation très avancé. «Le gouvernement s’est investi dans un vaste programme pour la réhabilitation du zoo et a fait un premier financement de 600 millions de francs CFA pour la rénovation du zoo d’Abidjan », a-t-il précisé. Ces améliorations réalisées sont aussi une des missions que s’est donnée l’Association Calao (association à but non lucratif) Luxembourg. Depuis 2011, Sophie Decelle, Présidente de cette association, prend part à la réhabilitation du Zoo d’Abidjan, sous différentes formes. Par exemple en introduisant un expert zoologiste Richard Champion et en envoyant 5731 Euros récoltés de part le monde afin de sauver les animaux de la faim juste après la crise (environ 26% de décès des espèces pour la plupart des carnivores). Cette Association sans but lucratif a financé avec d’autres Institutions et zoos (dont différentes Ambassades en place à Abidjan, le Zoo d’Amnéville (France) et le Zoo de San Diego (USA), diverses restructurations d’enclos, a aidé au développement d’un programme éducatif destiné aux soigneurs et aux populations locales, et a offert du matériel informatique pour les besoins du personnel et du centre éducatif. On enregistre aussi la réhabilitation faite par le Gouvernement des infrastructures existantes effectuées en 2013, le repeuplement du zoo en 2014 et l’extension du zoo avec de nouveaux projets. En mai 2013, la Suisse a apporté son expertise à la Côte d’Ivoire en mettant à disposition officielle Richard Champion. L’ambassadeur de la Suisse S.E.M. David Vogelsanger, a également mobilisé le soutien additionnel des autres ambassades afin de sauvegarder l’environnement naturel de la Côte d’Ivoire.

La mission de tous : un zoo de standard international

Les activités des bénévoles et des associations caritatives impactent également l’émergence du zoo. Une dizaine de bénévoles basés à Abidjan aident de façon pro-active au développement du zoo. Cette équipe motivée s’occupe du site web et du bien-être des animaux, aménage et répare les enclos, développe un programme d’éducation incluant un livret pédagogique destiné au public, aide les soigneurs, améliore la qualité des visites. Un autre groupe de bénévoles venant des Etats-Unis est dirigé par le Docteur Matthew Shirley. Il indique qu’il n’est pas bénévole comme ceux qui habitent Abidjan. Cet expert en conservation, est le chef du projet crocodiles du zoo. C’est pour l’instant, le seul projet qui a un lien avec la conservation. L’objectif visé est de faire l’élevage des crocodiles (dont le Faux-Gavial, Mecistops cataphractus), endémiques à l’Afrique de l’Ouest. Le zoo peut ainsi faciliter la conservation des espèces en Côte d’Ivoire et dans les régions de l’Afrique de l’ouest. Pour lui, le zoo s’insérant dans une phase de réhabilitation, son équipe de bénévoles s’évertue comme tous à ce que le zoo d’Abidjan devienne un zoo de standard international.  « Les autres zoo internationaux, par exemple, en Europe et aux Etats-Unis font maintenant de grands efforts pour faire la conservation en milieu naturel » a-t-il indiqué. Le bénévole Matthew Shirley dirige ce projet dans sa globalité, entre autres assure la formation des agents bénévoles, participe à des conférences pour financer la réhabilitation. A en croire les bénévoles résidant à Abidjan et ceux venus des Etats-Unis d’Amérique, toutes les interventions sont en symbiose et sous l’autorité de l’administration du zoo d’Abidjan dirigée par le Docteur Samouka Kané. Tous ces efforts de coopération et gouvernementauxcontribuent à donner une nette amélioration du Zoo d’Abidjan.Selon les statistiques de l’Association Calao, on a enregistré 120.000 visiteurs le premier semestre de 2014 contre 40.000 visiteurs en 2013, et 12.000 visiteurs en 2012. 

Il faut investir pour le bien-être des populations et animaux

Afin de permettre au Zoo d’Abidjan d’atteindre les standards internationaux, les besoins sont multiples : le réaménagement de nouveaux enclos et d’infrastructures vieillissantes, l’érection d’une clôture de béton tout autour du zoo et la fourniture de la nourriture en qualité et en quantité. Il est primordial que la population et les touristes puissent continuer de visiter le zoo. Bien situé, le Zoo d’Abidjan n’exploite que douze hectares du site des vingt hectares attribués (les 8 hectares restant sont occupés par les bidonvilles et la gare de taxis). Dernièrement, l’éboulement du mur du zoo a causé un désastre dû aux pluies diluviennes. La réfection de la clôture s’impose alors comme une priorité pour le bien-être des animaux, la protection des populations en général, et des riverains en particulier. La Responsable de l’Association Calao, Sophie Decelle fait un plaidoyer auprès des autorités ivoiriennes pour la prise en charge du seul éléphant du zoo d’Abidjan, une éléphante des forêts (Loxodonta cyclotis). « L’unique éléphant du zoo d’Abidjan a besoin d’aide pour son transfert dans son nouvel enclos, et d’un kit pour le nettoyer et frotter ses ongles. Si l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire décide d’être aux bons soins de CAN, et finance ses charges pour améliorer sa condition, ce serait une bonne chose.» CAN est le symbole de la victoire des éléphants à la Coupe d’Afrique des Nations. L’éléphante du zoo d’Abidjan est née le jour de la victoire l’équipe nationale ivoirienne de football à la Coupe d’Afrique des Nations en 1992 au Sénégal baptisée CAN. Cette éléphante reste une des principales attractions du zoo d’Abidjan.

Patrice Kouakou

20:17 Publié dans Culture, Economie, Politique, Société | Tags : rehabilitation, zoo, abidjan, calao, aide | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

20 juin 2015

Matières grasses: Contrôler son alimentation

matières grasses,contrôle,alimentation,santéLa consommation déséquilibrée en matières grasses favorise une prise de poids excessif, provoque plusieurs maladies dont le diabète gras et les maladies cardiovasculaires.

Il faut varier les sources d’apport ; et privilégier les matières grasses d’origine végétale. Il faut savoir qu’il ya les matières grasses « visibles », celles que l’on ajoute soi-même, comme l’huile dans la poêle, le beurre sur le pain, la crème fraîche dans les plats, et les matières grasses « cachées » sont celles présentes dans les aliments à l’état naturel ou celles ajoutées lors de leur fabrication.

Il faut faire attention aux matières grasses « cachées ». Elles ne peuvent pas être enlevées une fois ajoutées. C’est souvent ce type de gras qui passe inaperçu dans notre alimentation.  La consommation des matières grasses doit être limitée et non supprimée.

Les matières grasses d’origine végétale sont les huiles. Celles d’origine animale sont le beurre et les graisses animales.

Elles apportent beaucoup à notre organisme, tant au niveau des calories que des glucides et des protéines.Elles fournissent aussi des acides gras essentiels, que l’organisme ne peut pas produire lui-même et que l’on doit chercher dans l’alimentation.

Ces acides gras essentiels tels que l’oméga-3 et l’oméga-6 sont nécessaires au maintien d’une peau saine, de même qu’au maintien d’un cœur en bonne santé.

Patrice Kouakou Wanset

20:11 Publié dans Culture, Politique, Société | Tags : matières grasses, contrôle, alimentation, santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

10 mai 2015

COTE D’IVOIRE/LITTERATURE: LES CLEFS D’UN ESPOIR JAMAIS PERDU.

RCI 1.jpgLa Côte d’Ivoire, jadis modèle de stabilité, de prospérité et d’intégration sous-régionale, est aujourd’hui en proie à de sérieux doutes. Depuis près de 15 ans, les agitations tragiques qui marquent les successions au pouvoir d’Etat, ont fini par convaincre du malaise profond qui mine le tissu social. Tel un être humain jouissant d’une solide santé quarantenaire, ressent brusquement les symptômes d’une pathologie de nature obscure, une pathologie qu’il développe sans en avoir pourtant contracté le germe, une pathologie qu’on peut aisément contenir ou étouffer, du moins, apparemment, mais qui décime allègrement son sujet, une pathologie à lui adaptée ou communiquée de la part d’auteurs obscurantistes et ancrée de fatalité. C’est le diagnostic, fût-il décontenancé. Ce diagnostic, la science ne saurait l’accepter longtemps, saisie qu’elle est par la dynamique du déterminisme, au nom de la logique du phénomène, fait observable et, donc, scientifiquement déterminé, opposé au Noumène désignant les réalités supra-sensibles, comme l’établit Emmanuel KANT. Ainsi, le phénomène, réalité sensible et observable, est matière d’application de la raison, faculté humaine naturellement encadrée par les normes Espace-Temps. C’est que, pendant près de quatre décennies, la Côte d’Ivoire fut une lumière de convergence, un îlot de paix et de quiétude sociale, relativement s’entend.Toutefois, cette idylle ouest-africaine semblait ne tenir qu’à un fil, reposant sur un seul pilier : Félix HOUPHOUET BOIGNY, virtuose et charismatique, du reste, beau relais de transmission entre l’ex-puissance coloniale, les communautés ethniques de Côte d’Ivoire et leurs voisins d’Afrique occidentale. Le décès du chef en 1993 a dévoilé les contradictions latentes, les contradictions que son ombrage couvrait. Depuis 2002, notamment, les déchirements entre communautés ethniques, ressortissants de la CEDEAO et la France, étaient évidents ; l’éclatement de la rébellion politico-armée n’a qu’exposé  les difficultés de coexistence et les divergences d’intérêts à l’intérieur de la Côte d’Ivoire et entre la Côte d’Ivoire et ses légendaires partenaires diplomatiques. Le spectacle des deux présidents sortis du scrutin du 28 Novembre 2010 en dit long sur la question. Seule une guerre fratricide put les départager. L’îlot de paix a préféré se dévêtir de son accoutrement devenu ancien et gênant, peut-être, pour revêtir les parures de l’instabilité, lui paraissant mieux adaptées au contexte. La conséquence, c’est que la Côte d’Ivoire est visiblement la risée de ses ex-admirateurs quand elle ne sert de meuble aux chroniqueurs politiques en mal de contenance. Cependant, aussi appréciable que cela puisse paraître, la Côte d’Ivoire n’a jamais perdu la foi en elle de ses propres fils et même du monde entier ; ses atouts étant légion. La Côte d’Ivoire, c’est d’abord un peuplement aux origines microcosmiques de la sous- région ouest-africaine. Quatre grands groupes ethniques la composent : Les Mandés constitués des groupes ethniques « Malinké », « Gouro », « Dan » dans le Nord, le  Nord-Ouest et l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Les Akans constitués des groupes ethniques « Baoulé », « Agni », « Abron » dans le centre et l’Est du pays. Les Krous regroupant les ethnies « Guéré », « Bété », « Dida » dans l’Ouest et le Sud-Ouest. Les Voltaïques que constituent les « Senoufo », « Lobi » et « Koulango » dans le Nord et le Nord-Est du pays. Historiquement, tous ces groupes ethniques ont pour zones d’émigration les pays frontaliers Mali, Burkina, Ghana, Libéria. Ce microcosme culturel s’inscrit, à n’en point douter, comme la conscience communautaire de toute l’Afrique de l’Ouest, tenue de préserver et de pérenniser ce qu’elle peut convenir d’appeler sa seconde patrie. Ensuite, la Côte d’Ivoire, c’est la faveur de conditions naturelles énormes ; on y dénote de réelles étendues d’eau et forestière et une pluviométrie abondante, ferment d’une pratique agricole à succès. A toutes fins utiles, il faut souligner que l’agriculture, avec son corollaire d’acquisition de devises et d’autosuffisance alimentaire, est l’art économique prisé de ces peuples de la sous-région ouest-africaine.Cette interconnexion entre conditions naturelles propices et réalisations agricoles en Côte d’Ivoire, le président Léopold Sédar Senghor, à l’issue de sa visite en Décembre 1971, l’a mentionnée dans l’une de ses correspondances, notamment, à son ami Siradou Diallo : « J’ai vu les (…) immenses plantations. C’est bien. Les ivoiriens ont travaillé. Mais vous savez, Diallo, il y a une grande différence, ici, avec le Sénégal, et une seule, il pleut. Avec de l’eau, j’aurais fait des miracles. Alors, Houphouët a cette chance. » (Jeune Afrique du 16 au 20 Octobre 1996). L’Afrique de l’Ouest, donc, selon toute vraisemblance et pour sa survie, a intérêt à mettre tout en œuvre pour la stabilité de ce grenier d’espérance. C’est le bon sens. En outre, la Côte d’Ivoire, ce sont des infrastructures économiques. C’est, en particulier, un port autonome qui défie toute concurrence, le deuxième d’Afrique après celui de Durban en Afrique du Sud. En effet, le port d’Abidjan dispose d’équipements et d’infrastructures très modernes, inégalées dans la sous-région. On ne saurait passer sous silence le fait que ce trésor infrastructurel profite de la position médiane du pays sur les côtes de l’Atlantique. C’est naturellement, peut-être, que ce pays glane au moins 40% des flux de capitaux au sein de l’UEMOA et que plus de 26% de sa population est étrangère.Enfin, la Côte d’Ivoire, c’est  le creuset de ressources humaines de qualité, consubstantielle à une forte scolarisation de ses fils, compétitifs en Afrique et dans le monde. Tout ce tableau dressé au sujet de la Côte d’Ivoire le présente comme une oasis au milieu d’un désert exigeant et persécuteur. On peut comprendre que l’actualité politique en Côte d’Ivoire tente fortement l’immixtion de l’étranger, instinctive du reste, au point d’entamer désespérément la quiétude souveraine du pays. La très grande médiatisation des crises ivoiriennes depuis 1993 en est un indice probant. Par culte de réalisme, des mesures de responsabilité plurielle s’imposent : Il importe de désethniciser la politique. Une campagne de sensibilisation s’impose à ce sujet. En amont, on inculquera au citoyen ivoirien qu’il ne devra sa stabilité sociale qu’au travail consciencieux, acharné et persévérant, et non à un apparentement à quelque leader politique. De façon telle que la promotion du travail deviendrait un gage de réconciliation nationale ; la sublimation des compétences offrirait la faveur de briser la réclusion ethnique,  jadis génétique. La culture du mérite provoquant nécessairement une extraversion entre Ivoiriens qui se verraient unis autour de valeurs saines, constructives et élitistes. Est-il besoin de mentionner que la mentalité de l’excellence phagocyte logiquement la corruption à quelque niveau de gestion des affaires de l’Etat ? D’Houphouët à Bédié,les Baoulés ont totalisé près de 50 ans de pouvoir d’Etat, qui n’ont pourtant pas hissé ce groupe ethnique au firmament de la vie sociale. Enjambons la parenthèse des 10 mois de règne du Général Guéi. Pas de bilan, donc, pour le peuple du grand Ouest. De 2000 à 2010, sous Gbagbo, les Bétés ont totalisé 10 ans de pouvoir. Ils n’en sont pas sortis plus épanouis non plus. La conclusion de notre métaphysique est que le salut réside dans le travail et non dans l’ethnie. C’est d’ailleurs une meilleure sécurité pour les dirigeants politiques que de le comprendre. L’essor national en découlerait. Cette rigueur de vie sociale, expression d’une pauvreté de cœur, devrait déteindre sur l’élection d’une constitution prévoyant, de façon non négociable, la limitation du mandat présidentiel. Cette légifération réduirait fortement les tentations aux sempiternels coups d’Etat qui affichent l’inconvénient de freiner la marche vers le développement, du moins, de l’inscrire dans un cyclisme accablant. Ce faisant, il conviendrait de se régler tous les comptes dans un cadre politique. Et tout individu ou groupe d’individus qui tenterait de contourner l’état d’esprit édicté devrait faire l’objet d’hostilité ou de vives réprobations par tous les organes de l’Etat. D’autre part, la Côte d’Ivoire pourrait faire l’économie d’une persécution en ne couvant pas ses richesses comme la poule le fait de ses œufs. Ce ne serait pas de bonne disposition que ses voisins admireraient cet oasis dans le désert. Cette persécution me paraît naturelle, sanguine presque. Par souci d’appartenance commune, le pays pourrait aider à soulager le désastre de ses voisins en leur accordant quelques privilèges. Des réflexions d’experts pourraient être sollicitées à ce propos, pour examiner une bonne applicabilité de la suggestion émise, susceptible d’entretenir de bons rapports entre la Côte d’Ivoire et ses entourants.Par culte de réalisme. L’exemple nous en est donné par l’Union Européenne qui réussit ce travail permanent de rehaussement de l’économie de ses membres en crise. Les cas de la Grèce et de l’Espagne intervenus dernièrement l’ont bien montré. Cela ne relève pas nécessairement d’une magnanimité mais, plutôt, d’un acte de sécurisation de son environnement. Tant il est vrai que le voisin dans la misère est une menace perpétuelle. Pour leur part, les ressortissants des pays voisins de la Côte d’Ivoire doivent avoir, entre autres, la préoccupation de développer leur pays d’accueil en s’érigeant en artisans de paix, respectueux des lois, et en investisseurs locaux. Par culte de réalisme. La stabilité de la Côte d’Ivoire ouvrant la vanne à leur épanouissement personnel et à la bonne marche relative de leur pays d’origine. C’est la loi du Boomerang. La métropole, quant à elle, du fait de sa politique expansionniste qui ne s’est pas limitée à la colonisation, devrait, objectivité oblige, aider à asseoir en Côte d’Ivoire des institutions fortes pour la bonne santé de la section ouest-africaine de la communauté française du 4 Décembre 1958. Bien entendu, un partenariat économique, qui ne piétine pas, avec désinvolture, les intérêts de l’une des parties, serait fortement recommandé. La Côte d’Ivoire a grandement besoin de la France. Et la France n’a certainement pas envie de perdre la sympathie de la Côte d’Ivoire ; les liens historiques scellant le sort conjoint des deux Etats. A l’aune de ce millénaire mondialisant, secoué par les avatars technologiques, où les cultures s’imbriquent, où les démographies flambent et que le citoyen n’acquerra sa dignité qu’en sortant de son autarcie, les peuples ont de plus en plus de besoins.Pourquoi ne pas aborder, avec franchise, cette question pour éviter définitivement, sinon, durablement, le folklore des crises à répétition qui dégage le relent d’exposer les deux entités nationales sur la place publique ? Toutefois, ce n’est ni par une politique d’armement, ni par nos mobilisations frénétiques et nos zèles forcenés aux meetings que nous parviendrons à contraindre l’Occident à accéder à quelques unes de nos requêtes, mais, plutôt, par le moyen de notre unité. S’il doit y avoir une mobilisation, c’est bien celle pour l’unité. Sans se berner, qu’il ne soit pas fait allusion à cette unité à l’enseigne monopartisanne. Il s’agit, surtout, d’une unité autour de l’essentiel, c’est-à-dire, le respect mutuel entre compatriotes et une entente "culturelle" au sujet de ce qui peut être perçu comme l’intérêt de la Côte d’Ivoire. Ce ne sont pas ces idées qui manquent à nos dirigeants politiques d’Afrique et d’Occident. Encore faut-il un peu de volonté pour que les actes posés soient en adéquation avec les discours transcendants, médiatiquement relayés. Cela requiert, peut-être, le sacrifice d’intérêts égocentriques à profit éphémère pour se hisser à un idéalisme. Par culte de réalisme.

         Dr TOH BI Tié Emmanuel

                 Ecrivain-poète

           Maître Assistant-UFR
CMS-Université de Bouaké-Côte d’Ivoire.

 

08:14 Publié dans Culture | Tags : côted'ivoire, clefs, espoir, paix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |