topblog Ivoire blogs

17 mars 2017

Cohésion : Exhortation à la prière

Dieu5.jpgLa prière se trouve inscrite dans le cœur de chaque personne et de chaque civilisation. C’est l’arme spirituelle infaillible qui suscite la réconciliation avec soi-même, avec les autres et avec Dieu. Cette pieuse pratique est une attitude riche de spiritualité. La prière aide à mieux comprendre et assimiler les moments centraux du salut opéré par le Christ. C’est l’occasion d’adresser à Dieu avec confiance grâce à ce pieux exercice, en lui confiant tous les besoins de reconstruction de cohésion sociale et de réconciliation nationale. Autorités, intellectuels, société civile et populations des pays, et surtout des zones de tensions, faites de la prière un moment de croissance spirituelle sous le regard de Dieu qui peut TOUT. Car la prière et le sens religieux habitent l’homme de tous les temps. C’est pourquoi chacun des habitants du monde en général et d’Afrique en particulier est invité à s’approprier la prière comme une expérience présente dans chaque religion et culture.  La prière est une attitude continuelle à rechercher Dieu. Cet attrait pour Dieu et cette attraction vers Dieu constituent l’âme de la prière. A en croire le Pape émérite Benoît XVI, la prière est le lieu de la gratuité, de la tension vers l’Invisible, l’Inattendu et l’Ineffable. « Apprenons à demeurer davantage devant Dieu, Dieu qui s’est révélé en Jésus-Christ, apprenons à reconnaître dans le silence, dans l’intimité de nous-mêmes, à la source de la vie, à l’origine du salut, pour nous faire aller au-delà de la limite de notre vie et nous ouvrir à la mesure de Dieu, à la relation avec Lui, qui est Amour infini. » a ajouté le Pape émérite. Le royaume de Dieu est un royaume surnaturel qui fonctionne sur la base de l’amour, et sans amour l’on ne pourra pas être agréable à Dieu. « Si mon peuple sur qui mon nom est invoqué s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays » 2Chroniques 7,14. Pour Benoît XVI, créé à la ressemblance de Dieu, l’homme conserve en lui, malgré son péché, le désir de son Créateur.

Patrice Kouakou

 

04:16 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15 mars 2017

Communication : L’information est à la fois art et science

Médias 25.jpgL’affirmation selon laquelle l’information est art et science ne cesse d’attirer l’attention de tous. A preuve les spécialistes tels que les sociologues, les politiciens, les journalistes, les historiens, les scientifiques n’hésitent de l’aborder à travers les rencontres internationales. Le terme « information » désigne un élément particulier de connaissance ou de jugement accessible à n’importe qui sous quelque  forme que ce soit. Selon une seconde acception, le mot « information » délimite un besoin social, une exigence de communication entre les individus d’une société.  Le terme « art » désigne la créativité. C’est l’ensemble des techniques qui concourent à la beauté et à l’esthétique. Le mot « science » traduit art ou pratique qui nécessite des connaissances expérimentales ou livresques. L’information est comme un fait que l’on doit étudier scientifiquement sur le terrain avec créativité et technicité. Les hommes des médias travaillent avec une imagination créatrice et un esprit scientifique. Ils demeurent en permanence des hommes de terrain qui observent, étudient les phénomènes de façon objective voire désintéressée pour le triomphe de la science. L’agent de l’information se sert de l’art et de la science pour transmettre ses messages. Lesquels sont l’objet de la communication. Par exemple, les mass médias recouvrent l’ensemble des procédés (radio, télévision, presse écrite et en ligne) par lesquels  l’information peut atteindre un grand nombre de personnes. Il ya donc un certain nombre de techniques qu’il faut s’approprier. Pour qu’une information soit vraie, il lui faut respecter les règles de reportage, de l’interview, de l’analyse. Le traitement de l’information est un art. L’information emprunte les outils de la recherche scientifique pour se définir et s’affirmer. L’information « à traiter » fait souvent appel  à l’appui de la sémiologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la science politique, de psychosociologie. L’information est ainsi le produit d’une imagination fertile et esthétique. De ce précède, le journaliste est un homme créatif. Par ailleurs, tout n’est pas de l’information. En théorie, toute information digne de ce nom doit être liée à la surprise. C’est pourquoi par boutade, on dit : « Il ya information et information.» Une véritable information doit bousculer les consciences, étonner le récepteur. On identifie souvent l’information, aux nouvelles qui ont lieu dans la vie de tous les jours. L’information n’a forcément pas besoin d’être artistique et scientifique pour être déchiffrable et saisissables. Le  caractère artistique et scientifique est le fait de la société urbaine et moderne. Il est nécessaire qu’il y ait une interaction entre les entités Art et Science, caractéristique de l’information. L’information n’est pas un phénomène autonome.  Pour le sémiologue, lire une affiche publicitaire nécessite une réflexion scientifique et une approche créative. Le procédé de collecte d’information des reporters est un art ; c’est aussi une science. La technique virtuelle de montage de film et la technique analogique de montage en sont d’autres exemples. Les médias sont amenés à fournir de l’information exhaustive avec  toutes les preuves  et les canons esthétiques inhérents  à la persuasion  de tous. Car les journalistes et les autres agents de l’information  sont responsables d’une bonne partie de l’information de leurs concitoyens ; et en ce sens ils jouent un rôle prépondérant dans une démocratie. Sans information adéquate, les citoyens  peuvent difficilement poser des choix éclairés.

Patrice Kouakou

10:30 Publié dans Science, Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Médias : Associez la vérité à vos écrits

Médias 22.jpgL’exactitude est un principe de base de tout service d’information. Si l’exactitude fait défaut, il manque son objectif auprès du public et perd sa crédibilité. Quand les faits sont remplacés par des contre vérités et des inexactitudes, la distorsion des informations intervient. L’esprit de réconciliation infusé dans les pays en crise contribuera à restaurer la communion brisée et à effacer la douloureuse parenthèse de leur histoire. La presse devrait accompagner cette politique de cohésion sociale. Dans les zones de tensions, la presse devrait jouer son rôle distinctif dans l’établissement d’un véritable système démocratique. La responsabilité des journalistes est de plus en plus importante. Car la presse est le lien principal entre gouvernants et gouvernés. Devoir de mémoire, la démocratie est la forme de gouvernement qui propose que les grandes décisions concernant la vie de tous soient prises par la majorité des citoyens mais que la minorité puisse s’exprimer librement et même être représentée.  La souveraineté appartient alors à l’ensemble de la collectivité. Voilà pourquoi Abraham Lincoln a pu dire de la démocratie qu’elle est : « Le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple ».  L’idéologie démocratique valorise donc l’égalité politique, l’égalité des chances, la confiance. Les journalistes sont invités à exercer selon la déontologie du métier, l’éthique, et la loi sur la presse. Encore faut il, évidemment, que les organes de presse remplissent correctement leur rôle : le niveau et l’efficacité de la participation politique des citoyens, fondement  même de la démocratie, dépendent de la qualité et de la quantité d’informations dont ils disposent. N’utilisez pas la rumeur ; un organe de presse ne doit pas se livrer à des conjectures et ne doit également pas émettre d’opinions. En dépit de toutes ses bonnes intentions, des journalistes doivent faire leur mue et leur autocritique. Les fautes professionnelles sont encore nombreuses relativement à la grille de lecture et d’écoute des médias. Dérapages et dérives se multiplient dans les médias de masse. Au total, nous notons les manquements aux règles du métier de journaliste, ainsi que les fautes d’éthique et de déontologie. Ne t il pas pour cela qu’on reproche aux journalistes leur engagement politique partisan, leur accointance avec les hommes politiques, leur manque de professionnalisme conséquence de leur formation ? L’on invite cette corporation à faire fi des manquements à l’éthique et à la déontologie du journalisme. Car la sagesse exige que ce soit par cette voie que les médias pourront aider à la consolidation d’une société démocratique et réconciliée.

Patrice Kouakou

 

10:15 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |