topblog Ivoire blogs

30 juillet 2010

Niger/Fonds de l'énergie: Quatre personnalités interpellées

 


Seyni Omarou, ancien Premier ministre, fait parti des 4 personnalités qui aurait détourné plusieurs centaines de millions de francs CFA, destinés au Fonds de l'énergie.

Seyni Omarou, ancien Premier ministre, fait parti des 4 personnalités qui aurait détourné plusieurs centaines de millions de francs CFA, destinés au Fonds de l'énergie.
AFP


Par RFI

Sur une plainte de la Commission nationale de lutte contre la délinquance économique du Niger, la brigade de la gendarmerie a interpellé le 29 juillet 2010 quatre personnalités dont deux anciens ministres du Commerce de Mamadou Tandja. Il leur est reproché d'avoir détourné plusieurs centaines de millions de francs CFA, destinés au Fonds de l'énergie.Parmi ces personnalités figure Seyni Omarou, ancien Premier ministre et président du parti de Mamadou Tandja le MNSD, et Sallah Habi, ancien ministre du Commerce et vice- président du parti Loumana. Les deux autres sont des cadres de l'Etat.

 



C’est la Commission nationale de lutte contre la délinquance économique qui a transmis leurs dossiers à la gendarmerie. Quelques heures après, tous les quatre ont été interpellés par la brigade des recherches. Selon des sources proches du dossier, les deux anciens ministres doivent rembourser plus de 800 millions de francs CFA du Fonds de l’énergie. Une taxe de péréquation de deux francs CFA sera prélevée sur chaque litre d’essence vendu, destiné à lutter contre la désertification, et permettre à la population nigérienne d’avoir accès au gaz butane.

Malgré le délai de quinze jours donné par la Commission aux anciens ministres pour rembourser ou justifier les fonds, les choses n’ont pas évolué. Il y a quelques jours, le président du parti MNSD Nassara, l’ancien ministre Seyni Omarou a rejeté en bloc ces accusations. Aujourd’hui, lui et ses trois camarades sont entre les mains de la justice.

Lors d’une récente visite à la Commission, le chef de l’Etat, le général Djibo Salou a déclaré : « Ceux qui ont de grosses sommes à payer à l’Etat et qui n’arrivent pas à le faire, saisissez leurs biens, et vendez-les, et mettez l’Etat dans ses droits ».

Depuis quelques temps, la Commission de lutte contre la délinquance économique est très active. En quelques semaines de travaux, elle a pu récupérer prés d’un million de francs CFA.

 

tags: Mamadou Tandja - Niger






13:17 Publié dans Economie | Tags : niger, fonds de l'energie, interpellation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

29 juillet 2010

Economie Ivoirienne / Dette intérieure: 273 millions CFA payés ce Jeudi 29 juillet 2010


 

Publié le jeudi 29 juillet 2010   |  Nuit & Jour









Projet


© Abidjan.net par Prisca
Mardi 20 juillet 2010. Abidjan, cabinet du ministre de l’Economie et des Finances au Plateau. Signature d`un accord de don de 25 milliards supplémentaires pour la poursuite des travaux lancés le 9 septembre 2008. Photo: de g. à dr. les ministres Dagobert Banzio et Charles Koffi Diby, et le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, Madani Tall












 

 


 







       




 

 
« Sur un total de 776 millions de FCFA, 273 millions seront payés cet après-midi ». Cette information a été fournie hier au Centre CRRAE-UEMOA d’Abidjan par le Trésorier général Abidjan-Nord, Ahoussi Arthur. Intervenant dans le cadre du salon de la qualité qui s’achève aujourd’hui, Ahoussi Arthur a expliqué ses méthodes ayant fait de la TGAN, une référence au sein du Trésor Public de Côte d’ivoire. Ahoussi Arthur a d’abord précisé les domaines dans lesquels lui et ses collaborateurs se sont engagés, afin d’atteindre la qualité totale. « A la TGAN, chaque catégorie de clients est représentée, rendant collégial le processus de prise de décision », a expliqué Ahoussi pour qui, la démarche qualité ralenti lorsque le chef de service n’est pas engagé. «Certes, le chef doit être exigeant. Mais, il doit savoir reconnaître les
mérites de ses collaborateurs, sans qui il n’est rien », a-t-il dit à cet effet. Le patron de la TGAN a surtout expliqué comment il a procédé, afin d’avoir l’adhésion de son personnel à ses méthodes. Avant d’être affecté à la TGAN, Ahoussi Arthur a dirigé la Trésorerie de Yamoussoukro, qu’il a fait certifier à l’ISO 2001. A la TGAN et suite à son arrivée, les factures datant de 2003 à 2007 ont été apurées en trois mois, et ceux de 2008 l’ont été en un mois. « Dans la réussite de la démarche qualité, le personnel gagne surtout en bénédictions de la part des populations », a conclu Ahoussi Arthur devant une salle des conférences archicomble.

F. B.






22:38 Publié dans Economie | Tags : economie, dette, cote d'ivoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

05 janvier 2010

Shell et l'Afrique


 







10:11 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

28 décembre 2009

Abidjan et Ouaga veulent huiler davantage leurs relations

Coopération: Abidjan et Ouagadougou veulent huiler davantage leurs relations

Ouestafnews – La Côte d’Ivoire s’est engagé à prendre « les mesures appropriées » pour améliorer la fluidité du trafic avec le Burkina Faso, notamment par l’application des « dispositions communautaires relatives à la limitation des contrôles routiers », a annoncé le gouvernement ivoirien.


Après des années de brouille, consécutives à la crise politico-militaire en Côte d’Ivoire de septembre 2002, ces deux pays sont en train de progressivement relancer leur coopération.
Le président ivoirien Laurent Gbagbo accusait Ouagadougou d’être le principal soutien de la rébellion à l’origine de la crise.
Selon le site officiel du gouvernement ivoirien consulté à Ouestafnews, Abidjan est disposé à « intensifier les campagnes d’information et de sensibilisation sur les documents exigibles en matière de contrôles routiers et à examiner diligemment la demande d’un accord de siège au profit du Conseil burkinabé des chargeurs (CBC) ».
Cette décision a été annoncée à la suite d’un « Conseil des ministres conjoint » entre les gouvernements des deux pays tenu le mardi 15 septembre à Yamoussoukro (capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire).
Le président Blaise Compaoré qui co-présidait ce Conseil avec son homologue ivoirien Laurent Gbabo, était accompagné d’une délégation comprenant son Premier ministre Tertius Zongo et une dizaine de membres de son gouvernement.
De son côté, le chef d’Etat ivoirien était accompagné du Premier ministre Guillaume Kigbafori Soro et d’une quinzaine de ministres.
Lors de cette rencontre, la Côte d’Ivoire s’est par ailleurs engagé à prendre des dispositions pour la participation du Burkina Faso au Conseil d’administration du Port Autonome d’Abidjan.
De son côté, le gouvernement burkinabé, s’est engagé à examiner diligemment tout projet d’accord de siège au profit du Port Autonome d’Abidjan.
Le Burkina Faso, pays sans accès à la mer, dépend des pays frontaliers pour son commerce international. Le Port autonome d’Abidjan est en compétition avec ceux des autres pays de la région (Ghana, Togo, Bénin) pour le contrôle du marché burkinabé.
S’agissant des infrastructures routières, relève le communiqué du Conseil des ministres conjoint, les deux chefs d’Etat ont réaffirmé « le caractère prioritaire » du projet autoroutier Yamoussoukro-Ouagadougou, inscrit au « programme autoroutier sous régional ».
Ils se sont engagés à la recherche des financements nécessaires à ce projet, ainsi qu’à la réhabilitation, au renforcement et au revêtement des tronçons des axes existants.
Les deux parties ont aussi convenu de la création d’un comité conjoint de gestion du corridor Abidjan-Ouagadougou, conformément aux dispositions et programmes de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa).
Après de vives tensions nées des accusations du conflit ivoirien, Ouagadougou et Abidjan ont renoué le dialogue. Ainsi, le Burkina est aujourd’hui le principal médiateur dans ce conflit.
L’accord inter-ivoirien actuellement en application et devant mener le pays aux élections pour sortir la Côté d’Ivoire de la crise a été obtenu grâce à la médiation du Burkina.
 

Jeudi 17 Septembre 2009
Ouestaf News

 

14:49 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |