topblog Ivoire blogs

10 mai 2015

Marchés financiers: La bourse régionale lance "Infos BRVM"

 
bourse régionale, brvm, information, éducation, bourse,diffusion
[09-05-2015. 16h00] Dans sa politique de vulgarisation des informations boursières, la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) lance dans quatre jours, un service d’informations boursières dénommé "Infos Brvm".

Pour le directeur général de l’institution,Dr Edoh Kossi Amenouve, cette nouvelle initiative s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de la diffusion de la culture boursière au sein des populations.

Considéré comme un service d’informations boursières, "Infos Brvm" favorisera l’accès des populations aux informations de la bourse (cours des sociétés cotées, indices, dividendes, intérêts, etc.). Il a élaboré en collaboration avec les opérateurs mobiles et comprend également un volet « éducation boursière » portant sur les concepts de base de la bourse.

La cérémonie officielle de lancement sera parrainée par le ministre de la Poste et des Tic, Bruno Nabagné Koné.

Après un bilan jugé nettement positif pour 2014 corroboré par l’augmentation de la capitalisation à 6000 milliards Fcfa et l’embellie des volumes de transactions (69,66%), la Brvm s’est engagée, selon son premier responsable, à inculquer la culture boursière aux citoyens. Tout en organisant également des séminaires de formation sur l’analyse financière et la recherche, et le renforcement de la visibilité vers les marchés internationaux.

Kamagaté Issouf
issouf.kamagate@fratmat.info
(Source: Brvm)

06:56 Publié dans Economie | Tags : bourse régionale, brvm, information, éducation, bourse, diffusion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

19 avril 2015

La production de cacao du Ghana pourrait chuter de plus de 15 % en 2015

cacao, ghana, cocobodLa production ghanéenne de cacao pourrait chuter de plus de 15 % cette année à moins de 750 000 tonnes, en raison d'une épidémie de "maladie de la pourriture brune", révèle le groupe bancaire Ecobank, dans une note publiée ce vendredi.

La production de cacao du Ghana pour la saison 2014/15 devrait osciller 730 000 et 750 000 tonnes, soit un recul de plus de 16,6 % par rapport aux 900 000 tonnes produites l'an dernier, indique une note du département de recherche du groupe bancaire panafricain Ecobank. La production enregistrée au 9 avril dernier était de 541 000 tonnes, en recul de 22 % par rapport à la même période l'an dernier.

La récolte du pays, le deuxième producteur de cacao au monde après la Côte d'Ivoire, a été sévèrement affectée cette année par la "maladie de la pourriture brune" ("black pod disease") suite aux fortes pluies enregistrées au cours des mois précédents, explique le document publié ce vendredi 17 avril.

Les agriculteurs ghanéens ont eu des difficultés à accéder aux engrais et aux fongicides nécessaires pour le traitement des cultures infectées, relève la note de recherche, en raison notamment d'une réduction des facilités de financement accordées par le Ghana Cocoa Board (Cocobod), l'organisme public en charge du secteur.

Impact sur les prix

"Cette récolte décevante n'a pas encore eu d'impact sur les prix internationaux du cacao qui ont baissé de 13,5 % depuis le début de cette saison", relève Ecobank, ce qui reflète une forte campagne cacaoyère en Côte d'Ivoire, des perspectives mitigées quant à la demande mondiale et des volumes transformés en dessous des attentes, . 

Pour autant, estime le groupe bancaire, en cas de rétablissement de la demande mondiale au cours des prochains mois, le recul de la production ghanéenne pourrait entraîner une hausse des prix internationaux durant les mois précédant la nouvelle campagne d'octobre prochain. 

Cocobod, qui anticipait une récolte de 1 millions de tonnes, a ramené ses prévisions à 850 000 tonnes. L'Organisation internationale du café et du cacao parie, elle, sur une production de 810 000 tonnes au Ghana cette année.

Par JEUNE AFRIQUE

09:54 Publié dans Economie | Tags : cacao, ghana, cocobod | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

30 septembre 2014

La Côte d’Ivoire accorde 10% de son budget à l'agriculture

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme national d’investissement agricole (PNIA), le ministre de l’agriculture Coulibaly Mamadou Sangafowa s’est entretenu avec les élus locaux issus de l’Assemblée des régions et districts de Côte d’Ivoire (ARDCI) conduite par son président, l’ancien premier ministre Jeannot Ahoussou-Kouadio. Le ministre de l’agriculture révèle qu’à compter de 2015, la Côte d’Ivoire consacrera au moins 10% du budget de l’Etat au secteur agricole, conformément à la Déclaration de Maputo. Déclaration signée en 2003 lors d’une session de l’union africaine sur l’agriculture et la sécurité alimentaire en Afrique. A en croire le ministre de l’agriculture, sans la dernière décennie de crise qui a fragilisé toute la chaîne de production, la réalisation de cette Déclaration serait déjà faite. Les membres de l’ARDCI conviennent que l’agriculture ivoirienne représente une place importante dans la croissance économique nationale, soit 23% du PIB. Le succès de l’agriculture ivoirienne, dans le passé, s’explique par la coexistence de groupes agroindustriels et d’exploitations familiales. Le président de l’ARDCI, Jeannot Ahoussou-Kouadio a rappelé qu’il a fallu que l’Etat s’attèle d’abord à créer les conditions propices, à travers la réhabilitation des infrastructures et outils de productions pour atteindre cet objectif. A ce jour, le Côte d’Ivoire n’accorde que 3% de son budget au secteur agricole, un chiffre qui était de l’ordre de 1,7% au cours de la dernière décennie. Les Chefs d’Etat et de gouvernements africains s’étaient engagés dans la Déclaration de Maputo, à mettre en œuvre le Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA), en consacrant au moins 10% de leurs budgets respectifs à l’agriculture. Onze ans après, seuls une dizaine de pays dont le Burkina Faso en 2008, le Burundi et des pays du Maghreb, sur les 54 que compte le continent ont pu réaliser cet engagement.    

18:29 Publié dans Economie | Tags : 10%, budget, secteur, agricole, côte d'ivoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

04 juillet 2014

Filière porcine: 2ième édition des Journées ivoiriennes de la viande porcine et ses dérivés.

filière porcine, viande, élevage, côte d'ivoire

La 2ième édition des journées ivoiriennes de la viande porcine et ses dérivés (JPORC-CI) constitue une plate-forme de promotion de la viande de porc. L'élevage moderne de porcins en Côte d'Ivoire est pratiqué par plus de 1300 éleveurs avec un cheptel de 53500 têtes. La filière emploie 4000 personnes de façon directe et 15000 de façon indirecte. A l'exemple des pays développés, l'interprofession porcine entend faire de la viande de porc, à travers ces journées qui lui sont dédiées, la protéine animale la plus consommée en Côte d'Ivoire. Le thème retenu pour les JPORC-CI 2014 est : "La viande porcine ivoirienne: La qualité garantie de la ferme à l'assiette". Il démontre tout l'intérêt accordé à la protection de la santé des consommateurs. Du 02 au 04 juillet 2014, en plus des expositions, plusieurs conférences débats ont meublé la 2ième édition des journées ivoiriennes de la viande porcine et ses dérivés. Entre autres communications, la conduite de l'élevage dans les fermes porcines ivoiriennes, l'appui des banques aux éleveurs porcins et la maîtrise des normes sanitaires dans le processus d'abattage des porcs en Côte d'Ivoire.

Patrice Kouakou Wanset

05:14 Publié dans Economie | Tags : filière porcine, viande, élevage, côte d'ivoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

02 juillet 2014

Contribution des PME à la croissance économique

 

pme,côte d'ivoire,croissance économique,contribution

pme,côte d'ivoire,croissance économique,contribution

La vision de faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent ne peut se concrétiser sans un tissu de petites et moyennes entreprises (PME) fortes. Le rôle essentiel des PME dans la croissance économique des pays en développement vers l'émergence est incontestable. Cette vision commande de doter le pays d'infrastructures de qualité d'une part et, d'autre part d'un tissu dense d'entreprises de biens et de services performants, reflet de la vitalité et de la puissance de l'économie. L'État devra renforcer les capacités techniques et managériales, de gestion et d'organisation des PME. Il devra aussi faciliter l'accès des PME aux financements et aux marchés publics et privés. Le maintien des liens de solidarité entre les PME et l'établissement de partenariats gagnants-gagnants s'imposent. Au total, il faut mettre en place un mécanisme de promotion de l'entrepreneuriat et l'innovation par l'appui aux entrepreneurs porteurs de projets novateurs notamment les jeunes et les femmes.

Patrice Kouakou Wanset

03:15 Publié dans Economie | Tags : pme, côte d'ivoire, croissance économique, contribution | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

30 juin 2014

Entrepreneuriat: Lancement du processus de sélection des promoteurs

promotion, création, PME, INIE

L'Institut Ivoirien de l'Entreprise (INIE) a mis au point un nouveau mécanisme de création des PME de façon sécurisée. Son avantage est de faire connaître le processus de sélection des promoteurs de PME en réseau. A partir de cinq (05) filières, la mise en œuvre de ce nouveau programme de l'INIE à l'échelle des Régions et Districts autonome est dénommé programme national d’amorçage de densification du tissu des PME de Côte d'Ivoire. Ce programme va doter donc d'un véritable tissu de PME. Cinq réseaux de PME dans chacune des trente et une (31) régions et deux (02) districts autonomes de Côte d'Ivoire vont voir le jour. Pour les trente trois (33) collectivités, l'investissement total est estimé à 21.9 milliards de francs CFA, soit 0.15% du PIB en 2013 et 0.51% du budget 2014 de l'Etat ivoirien avec retour sur investissement d'une durée moyenne de trois (03) ans et dix (10) mois. Pour rappel, la mission de l'INIE se décline en deux (02) principales interventions: promouvoir la création de PME performantes et pérennes, et appuyer le renforcement des PME existantes pour les rendre plus performantes.

Patrice Kouakou Wanset 

18:07 Publié dans Economie | Tags : promotion, création, pme, inie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |