topblog Ivoire blogs

30 janvier 2010

Pour le Pdt de la commission de l'UA, l'UA doit se mobiliser pour la Somalie

Jean Ping déplore le manque de solidarité avec la Somalie




Fumées provenant du quartier général de la Force de paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) où un double attentat-suicide à la voiture piégée a été perpétré le 17 septembre 2009.
(Photo : Reuters)


Par RFI

L'Union africaine doit se mobiliser pour la Somalie selon Jean Ping, le président de la Commission de l'UA. La Somalie est l'un des dossiers au programme du conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UA, préparatoire au sommet des chefs d'Etat qui s'ouvre dimanche 31 janvier à Addis Abeba. En Somalie, pays sans Etat depuis 1991, l'UA est en première ligne avec l'Amisom (5 000 hommes déployés à part égale par l'Ouganda et le Burundi, même si les Djiboutiens devraient bientôt se joindre à eux) et elle peine à obtenir davantage d'hommes et d'équipements.
 

 



Sans doute pour sortir la majorité des Etats de leur indifférence, le président de la Commission a dramatisé la situation en Somalie. « C’est dans ce pays sans Etat que se joue, selon lui, le devoir d’assistance et le panafricanisme dont on parle tant, à longueur de discours ici. Malheureusement, seuls deux Etats et bientôt un troisième, Djibouti, ont joint l’acte à la parole. L’Ouganda et le Burundi ont consenti des sacrifices qui les honorent », a déclaré Jean Ping.

 




 

A lire également







28/01/2010 - AFRIQUE/ANNIVERSAIRE

Ces deux pays ont en effet, perdu plusieurs hommes dans les rues de Mogadiscio. Sans un effort de l’Afrique et de la communauté internationale, le président de la Commission prédit un avenir sombre pour la Somalie. Le pire est à venir. Jean Ping évoque une Somalie, point d’appui du terrorisme international, une Somalie espace de non droit générateur d’instabilité.


Le désintérêt de la communauté internationale a suscité de nombreux commentaires dans les couloirs de la conférence.. « Si les Etats-Unis et l’Europe accordaient au gouvernement transitoire d’union nationale 10 % des sommes qu’ils dépensent dans la lutte contre la piraterie, nous n’en serions pas là », regrette un diplomate maghrébin.
 

 

tags : Somalie - Union africaine







22:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

10 janvier 2010

Election présidentielle/ Togo: Un candidat en grève de la faim


Insolite : un candidat indépendant à la présidentielle togolaise en grève de la faim pour une baisse de la caution et « candidature unique » de l’opposition



Ouestafnews - Un candidat indépendant à l’élection présidentielle togolaise prévue le 28 février prochain observe une grève de la faim pour réclamer, entre autres, une baisse de la caution financière exigée aux candidats et une candidature unique de l’opposition afin de faire face au candidat sortant Faure Gnassingbé.





« Thomas Nsoukpoé, un candidat indépendant à l’élection présidentielle togolaise a cessé de s’alimenter depuis lundi et il poursuivra sa grève de la faim jusqu’au 15 janvier 2010, date de clôture des dossiers de candidature », indique le site officiel du gouvernement consulté par Ouestafnews.
« M. Nsoukpoé demande au gouvernement de baisser le montant de la caution fixée à 20 millions CFA, non remboursable si l’on n’obtient pas au moins 5% des suffrages », explique la même source.
« Il exige aussi une candidature unique de l’opposition pour faire face au candidat du pouvoir RPT (Rassemblement du peuple togolais) », ajoute-t-on de même source, relevant que le gréviste invite les autres candidats de l’opposition à se joindre à lui.
Le mode scrutin à un tour en vigueur au Togo constitue la principale pomme de discorde entre le pouvoir et l’opposition qui réclame un scrutin
à deux tours.
Le médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), le président du Burkina Faso, avait proposé le maintien du scrutin à un tour pour cette élection. Une proposition qui n’agrée pas l’opposition qui l’a rejetée.
Le scrutin du 28 février préoccupe l’ONU et la Cedeao qui ont envoyé en début de semaine une délégation commune à Lomé pour évoquer le processus électoral. Les deux institutions souhaitent une élection « libre, transparente et crédible », selon la presse togolaise.

 



Mercredi 6 Janvier 2010


Ouestaf News







16:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

06 janvier 2010

Réforme "immédiate" du renseignement américain

Obama exige une réforme «immédiate» du renseignement américain




Barack Obama a exigé que des mesures soient prises pour une meilleure coordination entre les services de renseignement.
AFP / Mandel Ngan


Par RFI

Dix jours après l'attentat manqué contre un avion de ligne à destination des Etats-Unis, Barack Obama a pointé du doigt les ratés des services de renseignement américains et a exigé des réformes pour corriger ces erreurs. Selon le président américain, les services de renseignements n'ont pas su faire le lien entre des informations cruciales dont ils disposaient. Par ailleurs le président Obama s'est engagé, une nouvelle fois, à fermer la prison de Guantanamo mais, pour l'instant, aucun détenu ne sera transféré vers le Yémen, contrairement à ce qu'avait affirmé quelques jours plus tôt son conseiller pour la lutte contre le terrorisme.

 



Avec notre correspondante à Washington, Donaig Le Du

« Le 25 décembre, on est passés tout près de la catastrophe », a martelé Barack Obama, très grave, après une après-midi de réunion. Une catastrophe qui a été évitée grâce aux passagers et à l’équipage de l’avion, alors même que les services de renseignement américains avaient en leur possession toutes les informations qui auraient dû leur permettre de déjouer l’attentat.

 



 







Barack Obama sanctionne les services de renseignement



Les informations n’ont pas été suffisamment analysées ni correctement évaluées. Cela n’est pas acceptable, et je ne le tolèrerai pas.

« Nous n’avons pas échoué à obtenir les renseignements, nous avons échoué à analyser et comprendre les informations dont nous disposions. Il est de plus en plus clair que les informations n’ont pas été correctement évaluées. Ce n’est pas acceptable, et je ne le tolèrerai pas », a souligné Barack Obama.

Le message du président est clair : il ne sera plus question, désormais, de faire de l’à peu près.

 

« Je veux que les rapports soient terminés cette semaine.. Je veux que l’on me fasse des recommandations précises pour corriger ce qui n’a pas fonctionné, je veux que ces changements entrent en vigueur immédiatement, de manière à ce que cela ne se reproduise plus, de manière à ce que l’on puisse prévenir d’autres attentats », a-t-il exigé..

 

Depuis le 25 décembre, tout le monde s’est mis au travail.. Un certain nombre de visas ont été révoqués, des noms ont été rajoutés sur la liste des personnes interdites d’embarquer à bord d’avions pour les Etats-Unis. Et Barack Obama a décidé de suspendre pour le moment les rapatriements vers le Yémen de détenus de Guantanamo.

 

 

 

tags : Etats-Unis - Terrorisme







10:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

30 décembre 2009

Visite au maroc: Etat de santé du capitaine Dadis Camara

Spéculations autour de l'état de santé de Dadis Camara




Général Sekouba Konaté (D) dirigeant par intérim de la Guinée et le ministre de la Communication Idrissa Chérif (G).
Reuters / Montage RFI


Par RFI

Le dirigeant par intérim de la Guinée, Sékouba Konaté, a rendu visite mardi 29 décembre 2009 au chef de la junte, Moussa Dadis Camara, hospitalisé à Rabat depuis le 4 décembre, après avoir échappé à une tentative d’assassinat. En l’absence d’information officielle, l’état de santé du chef de la junte guinéenne suscite beaucoup de questions.

 



Sékouba Konaté a vu Dadis Camara à deux reprises. D’abord au soir du lundi 28 décembre 2009, peu après son arrivée à Rabat. Puis dans la journée du 29 décembre. Le général Konaté n’a fait aucune déclaration officielle après ses deux entretiens avec le capitaine Camara, mais selon une source proche de la junte jointe par l’AFP et qui préfère rester anonyme, le dirigeant par intérim de la Guinée aurait dit qu’«on ne peut rien tirer de Dadis... Qu'il n’était pas conscient de ce qui se passait dans son entourage et qu’il n’y avait plus rien à faire pour lui».

Membre de la délégation qui a accompagné Sékouba Konaté au chevet de Dadis Camara au Maroc, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement guinéen rejette les propos que l’AFP prête au général Konaté. Pour Idrissa Chérif, Moussa Dadis Camara «se porte bien». Il était « très décontracté et très souriant» lorsqu’il a reçu la délégation venue de Conakry.

 



 

Idrissa Cherif, porte-parole du gouvernement guinéen







Idrissa Cherif, porte-parole du gouvernement guinéen



Dieu merci le chef de l'Etat se porte bien... nous l'avons trouvé très décontracté, très souriant..

 

 

 

Le mystère demeure donc sur l’état de santé du chef de la junte guinéenne. Jusqu’ici et depuis son admission à la clinique royale de Rabat début décembre, le message officiel reste le même : Dadis Camara «va mieux et a l'intention de retourner le plus vite possible à Conakry». Reste qu'il n’a fait aucune communication officielle jusqu’à présent.
 

 

 

 

tags : Guinée - Maroc - Moussa Dadis Camara







11:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

28 décembre 2009

Le général Sékouba Konaté au chevet du capitaine Dadis Camara

Guinée : le général Konaté au chevet de Dadis Camara

Le président guinéen par intérim au Maroc

Le général de brigade Sékouba Konaté, président par intérim de la Guinée, se rend ce lundi auprès du chef autoproclamé de l’Etat, le capitaine Moussa Dadis Camara, hospitalisé depuis le 4 décembre à Rabat, au Maroc.


 



Augmenter la police Diminuer la police Imprimer l'article Envoyer l'article à un ami Réagir à l'article




  lundi 28 décembre 2009 / par Ismaël Kabiné Camara




Notre correspondant en Guinée


Le départ de Conakry ce lundi du président par intérim de la Guinée, le général de brigade Sékouba Konaté auprès du leader de la junte au Maroc « est une visite de courtoisie et de consultation », selon les propres termes du communiqué rendu public dans la nuit de dimanche, aux alentours de 23 heures (heure locale), sur les antennes de la télévision nationale, par le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et le gouvernement. Le directeur du bureau de presse de la présidence, le commandant Mandjou Dioubaté, qui a lu le communiqué, n’a pas précisé la durée du séjour du général de brigade Sékouba Konaté, deuxième vice-président du conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et ministre de la Défense nationale.


C’est la première fois que le général Sékouba Konaté se rend au chevet de Dadis Camara, son alter ego, comme on le dit à Conakry, depuis son hospitalisation le 4 décembre dernier. Il avait été l’objet d’une tentative d’assassinat par son ex-aide de camp, le lieutenant Aboubacar ‘‘Toumba’’ Diakité, toujours en cavale. A Conakry, le départ de Sékouba Konaté pour le Royaume chérifien suscite nombre de commentaires et de supputations. Certains pensent qu’il est risqué pour le général de brigade Konaté de s’absenter de Conakry dans le contexte actuel de la crise, car il s’expose à un possible coup de force. Les plus alarmistes, eux, prédisent que le pire
est déjà arrivé au capitaine Dadis Camara. Surtout que ses compatriotes n’ont aucune nouvelle fiable de lui depuis son hospitalisation. « Tout ce qu’on dit de lui, c’est que sa vie est hors de danger. Il va bien. Il va bientôt regagner le bercail… », nous confiait récemment un jeune étudiant faisant, entre autres, allusion aux propos du ministre de la communication auprès du chef de l’Etat, Idrissa Cherif, qui a déclaré la semaine dernière dans la presse de la Côte d’Ivoire – où il se trouve actuellement – que le capitaine Moussa Dadis passera la fête de fin d’année au milieu des siens.

Pour rappel, le chef de la junte guinéenne a été victime le 3 décembre dernier d’une tentative d’assassinat de la part de son ex aide de camp, le lieutenant Aboubacar Toumba Diakité au camp ‘‘Koundara’’ rebaptisé il y a peu, ‘‘Camp Joseph Makambo Loua’’, du nom d’un des gardes du corps qui a sacrifié sa vie pour sauver celle de Dadis Camara. C’est, en effet, Joseph Makambo qui a empêché Aboubacar ‘‘Toumba’’ Diakité d’achever Dadis Camara en le protégeant de son corps.


 



 

     
 
Guinée







18:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |