topblog Ivoire blogs

29 juillet 2016

Côte d'Ivoire: Le PDCI, exhorte le gouvernement à être à l'écoute des ivoiriens

Côte d'Ivoire: Le PDCI, exhorte le gouvernement à être à l'écoute des ivoiriens
© Koaci.com – Vendredi 29 Juillet  2016 – Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), exhorte le gouvernement Rechercher gouvernement ivoirien à être à l’écoute des populations ivoiriennes suite à situation qui a prévalue la semaine dernière.

Le Secrétaire exécutif chargé de la communication et Porte-parole du PDCI, Kobénan Kouassi Adjoumani, a rappelé que son partie s’était déjà prononcé sur ces événements dans le cadre du Rhdp.

« Le Pdci-Rda, parti bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne, invite les Ivoiriens à s’éloigner de tous actes qui pourraient compromettre les acquis de notre pays. Le Pdci-Rda invite les Ivoiriens à la recherche permanente des solutions par le dialogue afin de préserver la paix et la cohésion sociale. Le Pdci-Rda encourage le gouvernement Rechercher gouvernement et apporte son soutien à Son Excellence Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire .

Le Pdci-Rda exhorte le gouvernement Rechercher gouvernement à la vigilance et à l’écoute permanente des populations dans la mise en œuvre des projets de reconstruction, de développement et de réconciliation nationale pour le bonheur des Ivoiriens », précise , Kobénan Kouassi Adjoumani, entouré des membres du Secrétariat exécutif. Le PDCI Rechercher PDCI demande enfin à ses militants de rester vigilants et à faire confiance au président de la République, Alassane Ouattara. 

Wassimagnon, Abidjan 

Lutte contre le terrorisme: « La Côte d’Ivoire et la France ont des responsabilités communes » (Ministre français)



Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) - Le ministre français de l’agriculture, Stéphane Le Foll a indiqué, jeudi, à Yamoussoukro que la Côte d’Ivoire et la France ont des « responsabilités communes » dans la lutte contre le terrorisme.

« Nous avons des responsabilités communes dans le domaine de la sécurité, la lutte contre le terrorisme », a déclaré le ministre français, au terme d’un échange avec le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, au palais présidentiel de Yamoussoukro.

M. Le Foll a par ailleurs indiqué à la presse, qu’il séjourne en terre ivoirienne pour renforcer «la coopération que nos deux pays ont dans les domaines agricole, forestier, économique ».

« L’amitié entre la France et la Côte d’Ivoire est forte et doit être renforcée, amplifiée », a conclu le ministre français qui poursuivra sa visite ouest-africaine au Sénégal. Il a séjourné, mercredi, à Ouagadougou au Burkina Faso.
 
Publié le jeudi 28 juillet 2016  |  APA

Malgré les différends, la Côte d’Ivoire et le Burkina affichent leur unité face au terrorisme

Le président ivoirien Alassane Ouattara (au centre), entouré par le secrétaire général à la présidence, Amadou Gon Coulibaly, et son premier ministre, Daniel Kablan Duncan.

Les premiers ministres ivoirien Daniel Kablan Duncan et burkinabé Paul Kaba Thieba ont évoqué la coopération antiterroriste entre leurs deux pays à l’ouverture de la 5e Conférence au sommet de leur traité de l’amitié et de la coopération (TAC).

« [Les deux pays ne] doivent pas perdre de vue les menaces auxquelles nous devons faire face (…) avec son cortège d’attaques et d’attentats aveugles, a affirmé M. Kablan Duncan jeudi à Yamoussoukro, la capitale ivoirienne. Le terrorisme nécessite une réponse adaptée. Je salue la coopération exemplaire entre nos services après les attaques de Ouagadougou [le 15 janvier, 30 morts] et Grand-Bassam [le 13 mars, 19 morts]. Le destin de nos Etats et de nos peuples sont si indissociables que seule la solidarité et la mutualisation de nos stratégies et moyens peuvent (…) vaincre l’ennemi. »

Lire aussi : Burkina Faso : des gradés ivoiriens auraient soutenu la tentative de putsch

Le premier ministre burkinabé a été sur la même longueur d’onde, estimant qu’il fallait « conjuguer les efforts dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière ».

Première visite du président burkinabé en Côte d’Ivoire

Ce sommet, qui réunit traditionnellement chaque année les présidents mais aussi les gouvernements des deux voisins d’Afrique de l’Ouest, n’avait pas eu lieu en 2015 en raison d’une brouille entre les deux pays.

Lire aussi : Burkina Faso : le bilan des cent jours de Roch Kaboré

Une dizaine d’accords doivent être signés lors du sommet. La construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou et de la ligne de chemin de fer entre les deux pays, la fourniture d’électricité ivoirienne au Burkina doivent également être au centre des discussions qui se termineront vendredi en présence des deux présidents.

Le chef du gouvernement burkinabé était accompagné de treize ministres et d’autres devaient arriver dans la journée avec le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, dont ce sera la première visite officielle en Côte d’Ivoire.

Blaise Compaoré à Abidjan

Les relations entre le Burkina et la Côte d’Ivoire, pays fortement imbriqués sur les plans politiques et économiques, sont anciennes. Quelque 3 millions de Burkinabés vivent notamment en Côte d’Ivoire, selon l’Institut ivoirien de la statistique et de la démographie. Mais une série d’événements avait troublé les relations entre les deux pays ces dernières années.

Lire aussi : Guillaume Soro : « Vous ne me prendrez pas à livrer des secrets d’Etat au téléphone »

L’ancien président burkinabé Blaise Compaoré, jadis un des principaux soutiens d’Alassane Ouattara avant qu’il n’accède au pouvoir, a trouvé refuge en Côte d’Ivoire, où il vit en exil depuis qu’il a été chassé par la rue en octobre 2014, après vingt-sept ans au pouvoir. Naturalisé ivoirien en février, M. Compaoré fait l’objet d’un mandat d’arrêt lancé par la justice burkinabé.

Lire aussi : Une naturalisation ivoirienne de Blaise Compaoré pour échapper à la justice burkinabé ?

Et un autre mandat d’arrêt, émis cette fois par la justice militaire burkinabé, contre le président l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, pour son implication présumée dans le coup d’Etat manqué contre le gouvernement de transition burkinabé en septembre 2015, n’avait pas « arrangé les choses », selon une source gouvernementale ivoirienne.

Source: AFP