topblog Ivoire blogs

15 août 2016

Coups d’État en Afrique : ces présidents chassés du pouvoir

téléchargement

Blaise Compaoré n’est pas un cas isolé. Avant lui, d’autres chefs d’État africains ont dû abandonner le pouvoir. Petit tour d’horizon.

Avant Blaise Compaoré au Burkina Faso, il y a eu François Bozizé en Centrafrique. Arrivé au pouvoir par un coup d’État le 15 mars 2003, le Centrafricain sera, à son tour, déposé le 24 mars 2013. Il prendra la route de l’exil. Son homoloque bissau-guinéen, Carlos Gomes Junior, subira le même sort en 2012. Au total, vingt-trois chefs d’Etat ont été forcés à quitter le pouvoir ces 15 dernières années.

1999 : de Maïnassara à Bédié

Le 9 avril 1999, le président Ibrahim Baré Maïnassara est assassiné lors d’un coup d’Etat par des éléments de la garde présidentielle alors dirigée par le commandant Daouda Mallam Wanké. Le 30 avril, l’armée dirigée par son chef d’état-major, Azali Assoumani, prend le pouvoir. Le 7 mai, Joao Bernardo Vieira est renversé par une junte en rébellion depuis 1998 dirigée par Ansumane Mané. Le 24 décembre, une mutinerie de soldats se transforme en coup d’État, le premier du pays. Robert Gueï annonce la destitution du président Henri Konan Bédié.

2003 : de Patassé à Yala en passant par Charles Taylor

Le 15 mars 2003, Ange-Félix Patassé, au pouvoir depuis 1993, est renversé par le général François Bozizé, entré en rébellion fin 2001.

Le 16 juillet, le coup d’Etat à Sao Tomé et Principe sera bref. Profitant de l’absence du président Fradique de Meneze, Fernando Pereira tente de s’emparer du pouvoir. De Meneze reprend ses fonctions une semaine plus tard, grâce à une médiation internationale.

Au Liberia, le tout puissant, Charles Taylor est contraint à l’exil. Il abandonne son pouvoir, le 11 août 2003, sous la pression de la communauté internationale et d’une rébellion qui frappe aux portes de son palais.

Un an plus tard, en Guinée Bissau, Kumba Yala n’est plus tard à la tête de son pays. Il est renversé, le 14 septembre 2003, par une junte dirigée par Verissimo Correia Seabra.

Deux coups d’Etat en trois ans en Mauritanie

Le 3 août 2005, une junte renverse le régime de Maaouyia Ould Taya en Mauritanie. Trois ans plus tard, toujours en Mauritanie, le président élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, est renversé par une junte dirigée par Mohamed Ould Abdel Aziz. Nous sommes le 6 août 2008.

La même année, le 23 décembre, tout précisément, une junte dirigée par Moussa Dadis Camara prend le pouvoir en Guinée, quelques heures après l’annonce de la mort du président Lansana Conté.

Le 2 mars 2009, en Guinée-Bissau, le président Joao Bernardo Vieira est tué par des militaires à Bissau, quelques heures après l’assassinat du chef d’état-major de l’armée.

À Madagascar, Marc Ravalomanana est lâché par l’armée. Le 17 mars 2009, il démissionne et transfère les pleins pouvoirs à un directoire militaire, qui les remet à Andry Rajoelina.

Au Niger, l’armée prend le pouvoir le 18 février 2010. Elle dépose le président Mamadou Tandja et dissout le gouvernement

2011 : Ben Ali, Moubarak, Gbagbo et Kadhafi

Le 14 janvier 2011, le Tunisien Zine El Abidine Ben Ali est chassé par une révolte populaire déclenchée par l’immolation par le feu d’un marchand excédé par la pauvreté et les humiliations policières.

Le 11 février 2011, en Égypte, après 18 jours de révolte, la rue finira par avoir raison d’Hosni Moubarak. L’armée s’installe à la tête du pays.

En Afrique de l’Ouest, le monde entier à les yeux rivés sur Abidjan où la conquête du pouvoir a quitté les urnes pour la rue et les casernes. Un pays, deux présidents. Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo revendiquent la victoire à la présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo finit par être arrêté après plus de quatre mois de crise et plusieurs jours de bombardements de la force française Licorne et de l’ONU. On comptera 3.000 morts lors de cette crise.

Le dernier chef d’État africain à tomber en 2011 vient de Libye. Confronté à un soulèvement transformé en conflit armé, le guide libyen Mouammar Kadhafi est tué le 20 octobre 2011 à Syrte.

Six présidents qui tombent en deux ans

Le 22 mars 2012, au Mali, un coup d’Etat dirigé par le capitaine Amadou Sanogo renverse le président Amadou Toumani Touré.

Un mois plus tard, en Guinée-Bissau, un putsch mené par le chef d’état-major, le général Antonio Indjaï, renverse, le 12 avril 2012, le régime de l’ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior.

Le 24 mars 2013, en Centrafrique, François Bozizé est renversé par les rebelles de la Séléka.

En Égypte, Mohamed Morsi, successeur d’Hosni Moubarak et premier chef d’Etat issu d’un scrutin démocratique est renversé, le 3 juillet 2013, par le général Abdel Fattah al-Sissi.

En Centrafrique, Michel Djotodia qui s’est auto-proclamé président de la République le 24 mars 2013 après le renversement et la fuite du président François Bozizé est évincé à son tour le 10 janvier 2014.

Au Burkina Faso, l’entêtement de Blaise Compaoré à se maintenir au pouvoir a fini par le perdre. Au pouvoir depuis 27 ans, le « Beau Blaise » a dû démissionner, le 31 octobre 2014, sous la pression de la rue, avant de prendre la chemin de l’exil. Selon un communiqué de la présidence ivoirienne, le 1er novembre 2014, « le Président Blaise Compaoré, sa famille et ses proches ont été accueillis en Côte d’Ivoire ».

Source: afriquenewsinfo.net

Par Alain Aka

LE POINT

29 juillet 2016

Bénin : Décès de l’ancien président Emile Derlin-Zinsou

L’ancien président de la République du Bénin de 1968 à 1969, Emile Derlin-Zinsou, oncle de l’ex-premier ministre béninois Lionel Zinsou, est décédé hier à l’âge de 98 ans. L’information émane d’une source proche de la famille.

“Nous sommes tous en deuil, l’ancien président Emile Derlin-Zinsou a rendu l’âme la nuit dernière après 23 heures à son domicile”, a confié à nos confrères du Figaro, Gratien Ahouanmenou, un proche de la famille.

Homme politique béninois, Emile Derlin-Zinsou a été propulsé, nous dit-on,  à la présidence du Dahomey le 17 juillet 1968 par un régime militaire instauré un an plus tôt. C’est par la suite qu’il sera renversé en décembre 1969 à la suite d’un putsch. Il a été un farouche opposant au régime du général Mathieu Kérekou, qui a dirigé le pays de 1972 à 1991 puis de 1996 à 2006.

Nos confrères de Figaro de renseigner que le nom d’Emile Derlin-Zinsou a été toujours cité dans une tentative de coup d’état menée par un groupe de mercenaires dirigé par Bob Denard en janvier 1977. Il a toujours nié sa participation à ce putsch manqué.

 

Bénin: Le salaire des ministres sous Patrice Talon dévoilé

 
Bénin: Le salaire des ministres sous  Patrice Talon dévoilé
Joseph Djogbénou

© Koaci.com- Jeudi 29 Juillet 2016-Le ministre de la justice et garde des sceaux , Joseph Djogbénou a révélé le salaire des ministres du gouvernement sous l’ ère du Président Talon .

Joseph Djogbénou, ministre de la Justice au sein du gouvernement de Patrice Talon, a dévoilé le salaire standard des ministres du régime de la Rupture sur les réseaux sociaux.

Selon les chiffres révélés par le professeur Joseph Djogbénou, le salaire global mensuel d’un ministre s’élève à 1 703 518 Cfa assorti d’une prime d’équipement unique de 5 000 000 de francs cfa et enfin, une assurance médicale.

Ce souci de transparence, du ministre Joseph Djogbénou Rechercher Joseph Djogbénou aurait été très apprécié par les internautes béninois qui ont salué la clarté dans la gestion des affaires de l’État sous Patrice Talon.

KOACI