topblog Ivoire blogs

29 juillet 2015

Un nouveau souffle donné au Zoo d’Abidjan – La communauté internationale lui vient en aide !

rehabilitation, zoo, abidjan, calao,aideLes efforts visant à la réhabilitation du zoo d’Abidjan portent petit à petit leurs fruits. En effet, vu l’état déplorable dans lequel se trouvait cet espace écologique après la crise post-électorale de 2011, le gouvernement Ivoirien, en collaboration avec l’Ambassade de la  Suisse s’est engagé à rendre viable le zoo d’Abidjan.Selon le ministre ivoirien des Eaux et Forêts, Badaud Darret, le zoo avait atteint un niveau de dégradation très avancé. «Le gouvernement s’est investi dans un vaste programme pour la réhabilitation du zoo et a fait un premier financement de 600 millions de francs CFA pour la rénovation du zoo d’Abidjan », a-t-il précisé. Ces améliorations réalisées sont aussi une des missions que s’est donnée l’Association Calao (association à but non lucratif) Luxembourg. Depuis 2011, Sophie Decelle, Présidente de cette association, prend part à la réhabilitation du Zoo d’Abidjan, sous différentes formes. Par exemple en introduisant un expert zoologiste Richard Champion et en envoyant 5731 Euros récoltés de part le monde afin de sauver les animaux de la faim juste après la crise (environ 26% de décès des espèces pour la plupart des carnivores). Cette Association sans but lucratif a financé avec d’autres Institutions et zoos (dont différentes Ambassades en place à Abidjan, le Zoo d’Amnéville (France) et le Zoo de San Diego (USA), diverses restructurations d’enclos, a aidé au développement d’un programme éducatif destiné aux soigneurs et aux populations locales, et a offert du matériel informatique pour les besoins du personnel et du centre éducatif. On enregistre aussi la réhabilitation faite par le Gouvernement des infrastructures existantes effectuées en 2013, le repeuplement du zoo en 2014 et l’extension du zoo avec de nouveaux projets. En mai 2013, la Suisse a apporté son expertise à la Côte d’Ivoire en mettant à disposition officielle Richard Champion. L’ambassadeur de la Suisse S.E.M. David Vogelsanger, a également mobilisé le soutien additionnel des autres ambassades afin de sauvegarder l’environnement naturel de la Côte d’Ivoire.

La mission de tous : un zoo de standard international

Les activités des bénévoles et des associations caritatives impactent également l’émergence du zoo. Une dizaine de bénévoles basés à Abidjan aident de façon pro-active au développement du zoo. Cette équipe motivée s’occupe du site web et du bien-être des animaux, aménage et répare les enclos, développe un programme d’éducation incluant un livret pédagogique destiné au public, aide les soigneurs, améliore la qualité des visites. Un autre groupe de bénévoles venant des Etats-Unis est dirigé par le Docteur Matthew Shirley. Il indique qu’il n’est pas bénévole comme ceux qui habitent Abidjan. Cet expert en conservation, est le chef du projet crocodiles du zoo. C’est pour l’instant, le seul projet qui a un lien avec la conservation. L’objectif visé est de faire l’élevage des crocodiles (dont le Faux-Gavial, Mecistops cataphractus), endémiques à l’Afrique de l’Ouest. Le zoo peut ainsi faciliter la conservation des espèces en Côte d’Ivoire et dans les régions de l’Afrique de l’ouest. Pour lui, le zoo s’insérant dans une phase de réhabilitation, son équipe de bénévoles s’évertue comme tous à ce que le zoo d’Abidjan devienne un zoo de standard international.  « Les autres zoo internationaux, par exemple, en Europe et aux Etats-Unis font maintenant de grands efforts pour faire la conservation en milieu naturel » a-t-il indiqué. Le bénévole Matthew Shirley dirige ce projet dans sa globalité, entre autres assure la formation des agents bénévoles, participe à des conférences pour financer la réhabilitation. A en croire les bénévoles résidant à Abidjan et ceux venus des Etats-Unis d’Amérique, toutes les interventions sont en symbiose et sous l’autorité de l’administration du zoo d’Abidjan dirigée par le Docteur Samouka Kané. Tous ces efforts de coopération et gouvernementauxcontribuent à donner une nette amélioration du Zoo d’Abidjan.Selon les statistiques de l’Association Calao, on a enregistré 120.000 visiteurs le premier semestre de 2014 contre 40.000 visiteurs en 2013, et 12.000 visiteurs en 2012. 

Il faut investir pour le bien-être des populations et animaux

Afin de permettre au Zoo d’Abidjan d’atteindre les standards internationaux, les besoins sont multiples : le réaménagement de nouveaux enclos et d’infrastructures vieillissantes, l’érection d’une clôture de béton tout autour du zoo et la fourniture de la nourriture en qualité et en quantité. Il est primordial que la population et les touristes puissent continuer de visiter le zoo. Bien situé, le Zoo d’Abidjan n’exploite que douze hectares du site des vingt hectares attribués (les 8 hectares restant sont occupés par les bidonvilles et la gare de taxis). Dernièrement, l’éboulement du mur du zoo a causé un désastre dû aux pluies diluviennes. La réfection de la clôture s’impose alors comme une priorité pour le bien-être des animaux, la protection des populations en général, et des riverains en particulier. La Responsable de l’Association Calao, Sophie Decelle fait un plaidoyer auprès des autorités ivoiriennes pour la prise en charge du seul éléphant du zoo d’Abidjan, une éléphante des forêts (Loxodonta cyclotis). « L’unique éléphant du zoo d’Abidjan a besoin d’aide pour son transfert dans son nouvel enclos, et d’un kit pour le nettoyer et frotter ses ongles. Si l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire décide d’être aux bons soins de CAN, et finance ses charges pour améliorer sa condition, ce serait une bonne chose.» CAN est le symbole de la victoire des éléphants à la Coupe d’Afrique des Nations. L’éléphante du zoo d’Abidjan est née le jour de la victoire l’équipe nationale ivoirienne de football à la Coupe d’Afrique des Nations en 1992 au Sénégal baptisée CAN. Cette éléphante reste une des principales attractions du zoo d’Abidjan.

Patrice Kouakou

20:17 Publié dans Culture, Economie, Politique, Société | Tags : rehabilitation, zoo, abidjan, calao, aide | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

26 juin 2015

Election présidentielle 2015 : Visite de l’Ambassadeur d’Israël à Wanep-Côte d’Ivoire

wanep, election présidentielle, réduction,violencesL’Ambassadeur d’Israel en Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur  Isi Yanouka s’est rendu le mercredi 24 juin dernier dans les locaux du Réseau ouest pour l’édification de la paix section Côte d’Ivoire (WANEP-CI) à Cocody Angré Les Oscars. Objectif, s’imprégner des activités de ce réseau de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Pour le diplomate Israël, c’est suite au lancement du projet de l’agence américaine pour le développement international (USAID) Réduction des violences électorales à travers des systèmes nationaux d’alerte précoce qu’il a entendu parler du WANEP.

La visite a permis à la délégation ainsi qu’aux agents présents de parcourir les articulations saillantes du processus électoral. Son Excellence Monsieur Isi Yanouka assisté d’un attaché de presse de l’Ambassade a pu s’immiscer dans l’univers WANEP. Le Coordonnateur de WANEP-Côte d’Ivoire, Fofana Mamadou a indiqué que son réseau est un partenaire stratégique de la CEDEAO. Les échanges ont essentiellement porté sur le système d’alerte précoce et l’élection présidentielle. Le patron national de ce réseau d’édification de la paix a décrit, pour son hôte, le mécanisme du système d’alerte précoce et leur engagement pour des élections apaisées, inclusives et équitables. Ainsi, le système d’alerte précoce collectera et analysera des informations sur les éventuels facteurs déclencheurs de violences électorales, et élaborera des recommandations et suggestions sur des activités de renforcement de la paix. L’objectif  est d’aider à prévenir l’éclatement de violences.

L’ambassadeur d’Israël a, par ailleurs, voulu savoir le niveau de collaboration de WANEP avec le gouvernement, les autorités locales. Le Coordonnateur national, Fofana Mamadou l’a rassuré que son réseau est en symbiose avec l’Etat de Côte d’Ivoire par rapport aux réponses. Dans le même élan, il a précisé que le système national d’alerte précoce est lié au système d’alerte précoce de la CEDEAO (ECOWARN), lui-même lié au système de l’Union Africaine. Le diplomate Israël s’est imprégné des projets qui concernent les élections.

La responsable administratif et financier de WANEP, Valérie Djoumassi a présenté les trois (03) projets mis en œuvre par ce réseau : « Engagement des communautés de base pour des élections apaisées et démocratiques en Côte d’Ivoire », « Mise en place d’un système d’alerte précoce » et « Baromètre pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire ». Selon Valérie Djoumassi, dans les trois (03) projets, le point commun c’est l’alerte précoce.

Vu la pertinence des objectifs du WANEP, le diplomate Israël son Excellence Monsieur Isi Yanouka promet une collaboration en terme d’assistance. Le souhait de ce réseau national d’édification de la paix, à travers son Coordonnateur Fofana Mamadou est que de plus en plus de partenaires l’appuie à augmenter le nombre de moniteurs.

Patrice Kouakou Wanset           

17:45 Publié dans Education, Politique | Tags : wanep, election présidentielle, réduction, violences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

20 juin 2015

Filière porcine: Un secteur porteur

Porc.jpgVéritable vivier de l’économie ivoirienne, la filière porcine, c’est 6 milliards de chiffres d’affaires, 30.000 emplois dont 10.000 emplois directs et 20.000 emplois indirects. C’est enfin 1500 éleveurs, 50.000 truies, 3 charcutiers et un abattoir.

Les activités menées par l’Interprofession porcine de Côte d’Ivoire (INTERPORCI) dans les domaines du renforcement de capacité, de l’amélioration génétique, de l’alimentation et surtout de la promotion des produits porcins ont permis d’augmenter la production porcine durant ces trois dernières années. En effet, les abattages contrôlés de porcs sont passés de 16.000 porcs en 2011 à 22.000 porcs 2012 et à 24.000 porcs en 2013.

Les chiffres de la filière porcine à eux seuls sont révélateurs d’un secteur qui propulse la Côte d’Ivoire dans l’atteinte de la sécurité alimentaire. L’élevage porcin constitue un important pilier dont le développement contribuera à la réduction de la pauvreté en Côte d’Ivoire.

Patrice Kouakou Wanset 

22:15 Publié dans Politique, Société | Tags : porc, filière, porteur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Matières grasses: Contrôler son alimentation

matières grasses,contrôle,alimentation,santéLa consommation déséquilibrée en matières grasses favorise une prise de poids excessif, provoque plusieurs maladies dont le diabète gras et les maladies cardiovasculaires.

Il faut varier les sources d’apport ; et privilégier les matières grasses d’origine végétale. Il faut savoir qu’il ya les matières grasses « visibles », celles que l’on ajoute soi-même, comme l’huile dans la poêle, le beurre sur le pain, la crème fraîche dans les plats, et les matières grasses « cachées » sont celles présentes dans les aliments à l’état naturel ou celles ajoutées lors de leur fabrication.

Il faut faire attention aux matières grasses « cachées ». Elles ne peuvent pas être enlevées une fois ajoutées. C’est souvent ce type de gras qui passe inaperçu dans notre alimentation.  La consommation des matières grasses doit être limitée et non supprimée.

Les matières grasses d’origine végétale sont les huiles. Celles d’origine animale sont le beurre et les graisses animales.

Elles apportent beaucoup à notre organisme, tant au niveau des calories que des glucides et des protéines.Elles fournissent aussi des acides gras essentiels, que l’organisme ne peut pas produire lui-même et que l’on doit chercher dans l’alimentation.

Ces acides gras essentiels tels que l’oméga-3 et l’oméga-6 sont nécessaires au maintien d’une peau saine, de même qu’au maintien d’un cœur en bonne santé.

Patrice Kouakou Wanset

20:11 Publié dans Culture, Politique, Société | Tags : matières grasses, contrôle, alimentation, santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

09 juin 2015

Abehi à la barre: ‘’Ce sont les chars de la BAE...qui ont tiré sur les femmes d'Abobo’’

Cdt Abehi.jpg[09-06-2015. 16h30] « Des personnes sont allées à trois reprises chercher ma femme sur son lieu de travail et  mes enfants ont été menacés dans leur école par des enfants d’un autre frère d’armes. J'ai donc fui juste pour avoir la vie sauve », a dit le commandant Abehi Jean Noël. Il a aussi insisté sur le fait qu'il n'a pas déserté.

Abehi à la barre: ‘’Ce sont les chars de la BAE...qui ont tiré sur les femmes d'Abobo’’

A la barre, ce mardi 9 juin, le commandant Jean Noël Abehi, poursuivi pour désertion, a reconnu cette charge. Toutefois, il a expliqué que  sa famille, son épouse et ses enfants étaient menacés. Poursuivi également pour violation de consigne, il a indiqué ne pas se reconnaître dans cette accusation.

« Des personnes sont allées à trois reprises chercher ma femme sur son lieu de travail et  mes enfants ont été menacés dans leurs écoles par des enfants d’un autre frère d’armes. J'ai donc fui juste pour avoir la vie sauve »,  a dit le commandant Abehi Jean Noël. Il a aussi insisté sur le fait qu'il n'a pas déserté.

« En votre qualité d'officier supérieur, comment définissez-vous la désertion? », lui a demandé le président du tribunal, Dembelé Tahirou. « C’est le fait de quitter le pays pendant plus de trois jours sans autorisation de ses chefs », a répondu Abehi. Donc vous avez déserté ? a repris le juge. « Oui je suis d'accord », a reconnu Abehi.

Revenant sur son ralliement aux nouvelles autorités après la crise et abordant la question de son rôle présumé dans les tirs ayant causé la mort des sept femmes à Abobo, le commandant Abehi a été catégorique. « J'ai dit au Premier ministre d’alors, Soro Guillaume de bien regarder la vidéo de ces tueries. Il s'agit des chars de la Brigade anti-émeute (Bae) et de ceux de la garde républicaine et non des chars du camp d’Agban », a-t-il tranché.

Interrogé sur sa participation auprès d'autres soldats qui planifiaient des attaques contre les autorités d'Abidjan depuis le Ghana, il a indiqué avoir été approché par ces derniers mais a décliné l'offre. « Quelques jours après mon arrivée au Ghana, j'ai participé à une réunion où il y avait Katinan Koné et un autre ministre. Les colonels Gouanou et Dadié étaient présents et il était question de faire un coup. J'ai refusé car, il s'agissait pour eux de tuer massivement les Burkinabè et les Baoulé à l'ouest du pays », a-t-il révélé.

Poursuivant sur ce chapitre, il s'est dit heureux d'avoir été mis aux arrêts à temps car, « mes amis militaires en exil voulaient m’éliminer parce que j'avais refusé de comploter avec eux ».

En début d'audience, les avocats de la défense avaient levé une exception d'irrecevabilité car leurs clients sont tous des officiers de police judiciaire et qu'en l'état, le tribunal militaire n'était pas compétent pour les juger sans autorisation de la Cour suprême. Ils ont été déboutés par le président du tribunal, Dembelé Tahirou qui a ordonné l'ouverture des débats.

Après l'audition du commandant Jean Noël Abehi, le président du tribunal a suspendu les débats qui reprendront, ce mercredi 10 juin, à 10h.

Ouattara Ouakaltio
Correspondant communal
 

(Fratmat.info)

21:27 Publié dans Education, Politique | Tags : procès, tribunal militaire, abehi, crise postelectorale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Standard Bank va créer une filiale en Côte d'Ivoire

Standard_Bank_cReuters.jpgStandard Bank a décidé de créer une filiale en Côte d'Ivoire, où le groupe sud-africain ne dispose pour l'instant que d'un bureau de représentation. Son ouverture est prévue pour le premier trimestre 2016.

Le conseil d’administration de Standard Bank a approuvé la création d’une filiale en Côte d’Ivoire, a indiqué Hervé Boyer, responsable du bureau de représentation du groupe sud-africain ouvert à Abidjan, la capitale économique du pays, début 2014. Selon l’agence Reuters, qui a rapporté cette information le 04 juin, la décision a été prise la semaine dernière.

 « Nous avons recentré la banque sur l’Afrique et clairement une partie du puzzle manquait : l’Afrique francophone ! Nous pensons que c’est maintenant le bon moment pour transformer le bureau de représentation en Côte d’Ivoire en une filiale à part entière du groupe », a expliqué Hervé Boyer. Premier groupe bancaire en Afrique, avec un total de bilan de 161,3 milliards de dollars et un produit net bancaire de 6,98 milliards de dollars, Standard Bank Group dispose d’une filiale dans 17 pays africains (hors Afrique du Sud) principalement en Afrique australe et orientale. En Afrique de l’Ouest, le groupe bancaire est implanté au Ghana et au Nigeria.

Dynamisme

Premier pays producteur de cacao au monde, la Côte d’Ivoire est l’une des économies les plus dynamiques de l’Afrique depuis la fin, en 2011, de plus d’une décennie de troubles politiques. Après trois années d’investissements à grande échelle dans les infrastructures, le pays devrait connaître une croissance à deux chiffres cette année et jusqu’en 2020, a indiqué en mars dernier le Premier ministre Daniel Kablan Duncan.

Hervé Boyer a indiqué que Standard Bank prévoit de demander une licence bancaire qui lui permettrait d’opérer dans toute la zone UEMOA, un bloc de huit pays ouest-africains qui ont en commun le Franc CFA, arrimé à l’euro. Hub économique et de transport régional, la Côte d’Ivoire représente environ 40 % du PIB de la zone UEMOA, qui compte également le Sénégal, le Bénin, le Burkina Faso, le Togo, le Mali, le Niger et la Guinée Bissau.

Standard Bank doit maintenant obtenir l’approbation de la South African Reserve Bank, la Banque centrale sud-africaine, afin d’ouvrir la branche et obtenir une licence auprès de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest. Selon Hervé Boyer, la filiale ivoirienne de Standard Bank devrait ouvrir ses portes au premier trimestre de 2016.

>>>> Dossier Finance : Les groupes sud-africains à l’assaut du continent

(Avec Reuters)

20:26 Publié dans Economie, Politique | Tags : standard bank, afrique du sud, filiale, côte d'ivoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |