topblog Ivoire blogs

29 juillet 2016

Côte d'Ivoire : reprise des cours à l'université d'Abidjan


 
L'université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, le 14 avril 2016

Les cours, suspendus après de violentes manifestations, ont repris à l'université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan.

Les étudiants ont suspendu la grève a été suspendue en vue d'ouvrir des négociations avec le gouvernement ivoirien, après de violentes manifestations qui ont paralysé récemment l'institution, selon les sources syndicales.

"Nous appelons à la suspension de notre mot d'ordre de grève pour deux semaines et à la reprise des cours", a déclaré à l'AFP le responsable de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci), Assi Fulgence.

Cette trêve vise "à laisser une place aux discussions avec le gouvernement", a-t-il ajouté.

Le 18 juillet dernier, des affrontements ont éclaté entre policiers et étudiants sur le campus d'Abidjan, capitale économique de Côte d'Ivoire, faisant plusieurs blessés et une soixantaine d'arrestations.

Tous les étudiants arrêtés ont depuis été libérés.

Les étudiants manifestaient pour des revendications académiques et contre une décision d'évacuer les résidences universitaires, dont la rénovation aurait permis d'accueillir les athlètes des Jeux de la Francophonie en 2017. Le gouvernement a depuis renoncé à ce projet.

Le climat à l'université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan, la plus importante institution académique du pays, est agité depuis plusieurs mois pour des raisons diverses: arrestation d'un leader de la Fesci, évacuation de résidences universitaires, etc... Des manifestations y dégénèrent régulièrement en violences entre étudiants et forces de l'ordre.

Le 17 juin, un étudiant est décédé, renversé par une véhicule de police.

La Fesci, puissant et sulfureux syndicat proche de l'ex-président Laurent Gbagbo, est à l'origine de manifestations parfois violentes sur ce campus.

Créée en 1990 à l'avènement du multipartisme, la Fesci, vue comme une milice par ses plus farouches détracteurs, a souvent été accusée par les ONG nationales et internationales de violences à l'égard des opposants de M. Gbagbo, ainsi que de racket en milieu étudiant.

Avec AFP

27 juillet 2016

Économie / Transformation des produits tropicaux : Le ministre Moutayé félicite le groupe Oban

Promotion

Vous n’êtes pas seul. Votre gouvernement se tient à vos côtés ». C’est en ces termes que le ministre Azoumana Moutayé, ministre de l’Entrepreneuriat national, de l’artisanat et de la promotion des Pme, a traduit ses félicitations et ses encouragements à Désiré Banny, directeur général du groupe Oban. C’était le jeudi 21 juillet dernier lors de la visite qu’il effectuait dans cette unité de transformation de matières premières à Anan, dans la sous-préfecture de Bingerville.
Pour le ministre, cette initiative du promoteur cadre parfaitement avec la politique et la vision du chef de l’Etat qui souhaite que d’ici à 2020, au moins les 50% des matières premières soient transformés sur place afin d’être plus compétitives sur le marché international. Challenge qu’entend relever Désiré Banny. Aussi, a-t-il saisi l’occasion pour solliciter le soutien de la tutelle pour l’acquisition d’une unité de production complète avec semouleur, d’un séchoir d’une capacité d’environ 3t/jour, de deux essoreuses, d’un broyeur et d’une ensacheuse automatique. Pour finir, le Dg de cette unité de production (Attiéké, Dèguê, bouillie de maïs et mil, Gari, Kabatoh et Placali) a traduit toute sa reconnaissance à la chefferie d’Anan conduite par Aké Tétchi Mathurin et Aboussou Djama Pascal pour le site mis à sa disposition.
 
J.P. Publié le mercredi 27 juillet 2016  |  Le Nouveau Réveil

26 juillet 2016

Le Panama pourrait accueillir les prochaines JMJ

Celebration-dimanche-Rameaux-Panama-City-2009_0_730_486

 À l’issue de la messe conclusive des Journées mondiales de la jeunesse de Cracovie, dimanche 31 juillet, le pape François annoncera le lieu et la date du prochain rendez-vous.
Les rumeurs vont bon train pour savoir quelle ville accueillera ce grand rassemblement international de jeunes catholiques, qui pourrait se tenir en 2018 ou en 2019.

Pour les JMJ, la règle en vigueur est celle de l’alternance des continents. Les prochaines Journées mondiales de la jeunesse pourraient donc avoir lieu en Amérique, mais pas du Sud, celles de 2013 s’étant tenues au Brésil. Le pape François s’est déjà rendu aux États-Unis, il pourrait donc choisir un pays d’Amérique centrale. Et pourquoi pas le Panama, petit pays (une périphérie ?) au climat tropical qui possède plus d’infrastructures que ses voisins et dont la situation politique est stable.

Par ailleurs, le canal de Panama élargi vient d’être inauguré après neuf ans de travaux… Le pays est le point de rencontre des Amériques et de deux océans. Le président Juan Carlos Varela devrait être présent à la messe conclusive des JMJ, ce qui accréditerait cette hypothèse, qui circule déjà dans la presse italienne.

Les Africains espèrent que ce sera leur tour.

Mais pourquoi pas aussi des JMJ africaines ? Cet événement n’a jamais eu lieu sur le continent et à chaque édition, les Africains espèrent que ce sera leur tour.

L’Afrique du Sud semble être le seul pays du continent doté des infrastructures nécessaires à l’accueil d’un tel événement, d’autant qu’il existe le précédent de la Coupe du monde de 2010. Il pourrait s’agir du deuxième voyage du pape François en Afrique, après son déplacement au Kenya, en Ouganda et en Centrafrique à l’automne 2015.

Le nom de Séoul aussi évoqué

Même si le pape François s’est déjà rendu en Corée du Sud à l’été 2014, à l’occasion des Journées mondiales de la jeunesse asiatique, le nom de Séoul a aussi été évoqué par certains observateurs comme ville d’accueil potentielle des prochaines JMJ.

Réponse dimanche 31 juillet, à la fin de la messe de clôture présidée par le pape François.

LA CROIX

19:44 Publié dans Société | Tags : jmj 2018, ou, jmj 2019, pape francois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |