topblog Ivoire blogs

08 avril 2019

Table ronde annuelle des banques multilatérales de développement (BMD): Les fonds fiduciaires et le cofinancement.

Logo BAD african-development-bank-1.jpg

 

 

Les partenaires de développement multilatéraux réunis à la Banque africaine de développement : Renforcer la collaboration dans les relations avec les donateurs et la gestion de fonds

Il s’agit de partager les méthodes les plus efficaces pour mobiliser des ressources et, partant, ainsi remplir les objectifs de développement durable (ODD)

ABIDJAN, Côte d'Ivoire, 8 avril 2019/ -- Le Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) a accueilli, les 28 et 29 mars 2019 à Abidjan, onze organisations paires pour la table ronde annuelle des banques multilatérales de développement (BMD) sur les fonds fiduciaires et le cofinancement.

Cette table ronde a pour objectifs d'améliorer l'analyse comparative des institutions de financement du développement (IFD), de sensibiliser aux nouvelles approches novatrices en matière de mobilisation des ressources et aux nouveaux outils de coopération – outre partager une expertise institutionnelle et les meilleures pratiques. In fine, il s’agit de partager les méthodes les plus efficaces pour mobiliser des ressources et, partant, ainsi remplir les objectifs de développement durable (ODD). 

Cette année, la table ronde a permis de faire le point sur les réformes institutionnelles en cours concernant les fonds fiduciaires et le cadre de cofinancement à l’œuvre dans chacune des banques multilatérales de développement. L’occasion de noter une plus grande décentralisation des fonctions relatives aux partenariats et aux relations avec les donateurs et de présenter des solutions à certains problèmes que de telles réformes peuvent soulever.

Autres sujets discutés lors de la table-ronde : le rôle des pays en développement dans la création et la gestion des fonds fiduciaires et les meilleures pratiques en matière de rapports aux donateurs ; ainsi que les financements mixtes et les enseignements tirés de la mise en œuvre de projets financés par la Commission européenne, étant donnée l’influence croissante de celle-ci sur les flux de ressources concessionnelles, bien qu’elle ne figure pas aux conseils d’administration de la plupart des BMD. 

Directeur chargé des fonds fiduciaires et des relations avec les partenaires à la Banque mondiale, Dirk Reinermann a animé une session dédiée à l’essor des fonds d’intermédiaires financiers – la Banque mondiale en gère actuellement plus de 25. L’équipe de la Banque africaine de développement a présenté un certain nombre d’études de cas au cours d’une session portant sur les outils de « de-risking » pour canaliser les investissements du secteur privé vers les pays à faible revenu, en soulignant le travail de la Facilité de rehaussement de crédit en faveur du secteur privé,ainsi que son travail d’optimisation de bilan, qui a permis de dégager une marge de manœuvre pour de nouveaux investissements dans les États fragiles.

Les discussions ont soulevé la notion du « moins, c’est plus », au vu de la «bilatéralisation croissante du multilatéralisme », selon les mots d’un participant. La plupart des BMD ayant pour but d’étendre les fonds existants plutôt que de multiplier le nombre de véhicules – même si, dans la pratique, cela reste un défi.

Un constat a fait consensus : la table ronde offre une plateforme des plus utiles pour exposer des principes communs en matière de communication avec les donateurs, d'établissement de rapports et de gestion de fonds fiduciaires.

 « Nous devons tous remplir nos mandats respectifs et en même temps répondre à des problèmes complexes de développement mondial, de partenariats et d’alliances », a souligné le coprésident de l’événement, Desiré Vencatachellum, directeur du département de la Mobilisation des ressources et des partenariats de la Banque africaine de développement. « Ce fut une excellente occasion d’échanger des idées entre pairs et de partager les meilleures pratiques, pour relever les défis communs auxquels nous semblons tous être confrontés ».

Akhil Patel, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, a déclaré : « Il est tout à fait possible d’adopter les mêmes positions sur certains thèmes et de présenter un front plus uni dans un certain nombre de domaines, en plus de partager des idées et des solutions ».

« Ce que je vais le plus retenir de ces deux jours est, sans aucun doute, le sens de la solidarité », a renchéri, dans ce sens, Ilaria Caetani, de la Banque asiatique de développement, qui participait pour la première fois à la table ronde.

Au côté de la Banque africaine de développement, étaient représentés cette année à la table ronde des banques multilatérales de développement, la Banque mondiale, la Société financière internationale, la Banque européenne de reconstruction et de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque interaméricaine de de développement, la Banque islamique de développement, le Fonds international du développement agricole, la Banque de développement du Conseil de l'Europe, la Banque européenne d’investissement et le Fonds monétaire international. Ainsi que la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures et la Nouvelle banque de développement.

La Banque africaine de développement avait déjà accueilli les deux premières éditions de la table ronde des BMD, en 2008 puis 2012.

Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Pour plus d’informations sur la table ronde des BMD, veuillez contacter le Département de la mobilisation des ressources et des partenariats du Groupe de la Banque africaine de développement : firm_dept@afdb.org

Contact 
Chawki Chahed
Chargé de communication en chef, Département de la communication et des relations extérieures 
c.chahed@afdb.org

SOURCE 
African Development Bank Group (AfDB)

22:47 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Le chapelet est comme une chapelle portable

 

Edward Sri est professeur de théologie et d’Écriture Sainte à l’Institut Augustinien de Denver (Colorado, États-Unis). Cet institut forme des Catholiques pour la nouvelle évangélisation.

Dans son dernier livre, Prier le chapelet comme jamais auparavant : découvrir la merveille du Ciel et de la terre (1)Edward Sri fait d’abord remarquer que les Catholiques prient avec Marie et non pas Marie elle-même. Puis il a cette belle image :

« Le chapelet est comme une chapelle portable que nous pouvons garder dans notre poche et sortir à tout moment, n'importe où. (…) Que nous ayons un problème soudain et urgent à présenter à Dieu dans la prière, ou que nous voulions simplement remplir une partie de notre journée avec la pensée de Dieu, tout ce que nous avons à faire c'est sortir notre chapelet et nous tourner vers le Seigneur par le moyen de cette prière. »

(1)   « Prier le chapelet comme jamais auparavant : découvrir la merveille du Ciel et de la terre » (Praying the Rosary like Never Before: Encounter the Wonder of Heaven and Earth, Servant 2017, p. 178)

Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
 

05:36 Publié dans Société | Tags : chapelet, chapelle portable, prier avec marie | Lien permanent | Commentaires (0) | |

GE renforce son engagement pour améliorer l'accès à l'énergie en Afrique de l'Ouest

GE.jpg

 

 

Au Bénin, GE est en passe de fournir le premier système avancé de gestion de la distribution, cette solution pour le réseau électrique permettra d'accroître l'efficacité et la fiabilité des accès à l'énergie

ABIDJAN, Côte d'Ivoire, 4 avril 2019/ -- GE (www.GE.com) va fournir des solutions énergétiques pour favoriser la croissance et le développement économique au Bénin et en Côte d’Ivoire ; Au Bénin, GE est en passe de fournir le premier système avancé de gestion de la distribution, cette solution pour le réseau électrique permettra d'accroître l'efficacité et la fiabilité des accès à l'énergie ; En Côte d’Ivoire, GE va réhabiliter et améliorer les capacités des sous-stations de Ferke, Man et Taabo, tout en réduisant les pertes dans le transport de l’électricité.

Aujourd’hui, l’activité Grid Solutions de GE Renewable Energy a annoncé la signature de deux contrats, l’un portant sur la construction de systèmes de gestion de l’énergie au Bénin et l’autre sur la mise à niveau de trois sous-stations en Côte d’Ivoire. Ces contrats s'inscrivent dans la lignée des engagements pris par GE afin de fournir des solutions énergétiques modulables en partenariat avec les gouvernements et les services publics, dans le but de répondre aux besoins énergétiques croissants de l'Afrique de l'Ouest, tout en développant des systèmes électriques autonomes pour les entreprises et les particuliers.

Bénin
Au Bénin, 85 % de l'électricité consommée est importée depuis les pays voisins. Pour renforcer le réseau du pays et gérer les pertes d'électricité au cours du transport de l'énergie, GE va concevoir et fournir le premier système avancé de gestion de la distribution (Advanced Distribution Management System - ADMS) (https://invent.ge/2RNuVit) pour la Société Béninoise d’Énergie Électrique (SBEE), et entreprendre la réhabilitation des sous-stations et des infrastructures de télécommunication au sein du Centre National de Contrôle de la Distribution à Cotonou. 

L'ADMS, qui fait partie du portefeuille Digital Energy de GE, a été conçu à partir d'algorithmes adaptatifs et d'outils analytiques prédictifs permettant aux fournisseurs d'énergie de gérer le réseau de manière plus efficace et favorisant l'automatisation. Le système est capable de prédire les problèmes, d'identifier les défauts sur le réseau et de proposer un plan de restauration.

« Le système de gestion de la distribution (ADMS) permettra d'optimiser la distribution de l'énergie, de réduire les pertes d'électricité et de minimiser les arrêts », déclare le Coordinateur national du programme MCA-Benin II. « Ce projet s’inscrit dans la volonté du gouvernement de gérer efficacement la production des centrales électriques, des micro-réseaux et autres infrastructures de réseau, afin d'améliorer la qualité, l'efficacité et la disponibilité de l'énergie pour nos clients. Il permettra également de gérer la sécurité et d'assurer le contrôle du réseau. »

Côte d’Ivoire
Selon les termes du contrat, GE va réhabiliter et développer trois sous-stations 225 kV, à Ferke, Man et Taabo. Ce projet contribuera à améliorer la distribution d’électricité dans le nord, l’ouest et le centre de la Côte d’Ivoire.

« Avec environ 90 % de la population du pays ayant accès à l’électricité et dans un contexte de demande énergétique croissante, les systèmes de distribution limités dont nous disposons aujourd’hui entraînent une perte totale d’énergie d’environ 20 % par an. Nous devons donc absolument réhabiliter et renforcer l’infrastructure de réseau du pays. », explique Bile Gerard TANOE – Secrétaire général de CI-ENERGIES. « Ce projet permettra d’augmenter les capacités des sous-stations de Ferke, Man et Taabo. Ainsi, nous limiterons les pertes d’énergie et garantiront la fiabilité nécessaire pour assurer la disponibilité de ces sous-stations essentielles. », ajoute-t-il.

L'énergie est un élément clé du développement en cours en Afrique subsaharienne. Avec un taux d'électrification de seulement 45 % dans de nombreux pays de la région, il est primordial de développer une solution complète visant à faciliter l'accès à l'énergie et à favoriser le développement économique. » explique Lazarus Angbazo, Président et CEO de l’activité GE Grid Solutions de GE Renewable Energy, pour la région Afrique subsaharienne. « Ces projets viennent renforcer l'implication de GE dans la mise en œuvre d'infrastructures clés pour le transport de l'énergie et le développement des interconnexions en Afrique, et ce grâce à nos solutions intelligentes et à notre expertise des projets clés en main. »

L’activité Grid Solutions de GE propose des solutions techniques complètes pour les sous-stations haute tension (HT) à l'intention des fournisseurs d'énergie, des services publics et des industries, en combinant un mix approprié de produits haute tension, une expertise technique et une gestion complète des projets. GE a conçu et mis en œuvre plus de 1 700 projets de sous-stations à travers le monde au cours des 10 dernières années.

Distribué par APO Group pour GE.

Contact de presse :

Anne Ezeh
GE Power Communications
Afrique subsaharienne
+234 7031779857
anne.ezeh@ge.com

Allison J. Cohen
GE Renewable Energy
External Comms Leader, Grid Solutions
+972-(0)54-7299742
allison.j.cohen@ge.com

05:02 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |