topblog Ivoire blogs

30 mars 2019

Énergie / Forum germano-africain: Renforcement de la sécurité énergétique et des investissements en Afrique

 

forum,germano-africain,sécurité énergétique,investissements en afriqueDepuis plus de dix ans, le Forum germano-africain de l'énergie a attiré des milliers de participants de plus de 50 pays

HAMBOURG, Allemagne, 29 mars 2019/ -- La Chambre africaine de l'énergie (https://EnergyChamber.org) félicite le gouvernement allemand et l'Association germano-africaine des entreprises (Afrika-Verein der deutschen Wirtschaft) pour le succès du 13ème Forum germano-africain de l'énergie qui s'est tenu à Hambourg les 27 et 28 mars, sous le thème « Réaliser et financer la révolution énergétique en Afrique ».

La Chambre estime que le moment est venu pour l'Allemagne de faire face à la concurrence et de s’engager encore davantage dans le développement de l'Afrique, en mettant l'accent sur le financement de projets énergétiques sur le continent africain et en soulignant les approches novatrices en matière de financement de projets et de solutions off-grid.

La délégation de la Chambre a participé à diverses négociations avec des entreprises allemandes sur des projets énergétiques qui créeront des emplois, des investissements et des opportunités d’affaires en Afrique, en particulier pour les femmes entrepreneurs et les jeunes.

« Des initiatives telles que le forum germano-africain sur l'énergie sont importantes pour créer les plates-formes dont l'Afrique a besoin pour attirer la technologie et les capitaux au sein de sa chaîne de valeur énergétique », a déclaré depuis Hambourg NJ Ayuk, PDG de Centurion Law Group et Président de la Chambre. « La collaboration énergétique de l’Allemagne avec l’Afrique est essentielle pour la sécurité énergétique du continent et le développement d’un approvisionnement fiable et abordable en énergie pour les Africains. Je suis sincèrement heureux de voir que beaucoup de bonnes affaires prennent forme. »

La Chambre africaine de l’énergie a notamment souligné à Hambourg le rôle que le gaz naturel pouvait jouer pour le secteur de l’énergie africain, appelant les entreprises allemandes à investir dans des projets d’infrastructures de gaz naturel en Afrique, tels que les centrales électriques, la pétrochimie ou les engrais, et à partager leur expertise dans ces domaines.

« Le gaz naturel est l’avenir de la sécurité énergétique de l’Afrique et notre volonté de vaincre la malédiction des ressources et de créer des emplois pour les jeunes » a déclaré NJ Ayuk. « L'Allemagne et l'Europe en général ont une expertise dans le traitement du gaz naturel, qu'il s'agisse de produire de l'électricité à partir de méthane dans des installations de transformation des déchets ou de développer les technologies et équipements appropriés nécessaires au développement de chaînes de valeur du gaz robustes et efficaces. »

Depuis plus de dix ans, le Forum germano-africain de l'énergie a attiré des milliers de participants de plus de 50 pays. La Chambre reconnaît la contribution de cet événement au dialogue sur l’énergie en Afrique et à attirer les investissements sur le continent. Elle poursuivra cet engagement lors du Congrès et exposition APPO Cape VII à Malabo, en Guinée équatoriale, du 1er au 5 avril 2019.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

22 mars 2019

Changement climatique/2ème édition des JFAC : Le REFACC veut impacter le climat en Afrique

JFAC 2019.jpgLa réduction du réchauffement du climat et la gestion de ses conséquences se posent avec acuité. Le changement climatique affecte les ressources naturelles et ses conséquences négatives ne feront que s’aggraver, si des mesures drastiques ne sont pas prises. C’est ce qui justifie l’organisation de ces Journées africaines pour les forêts, l’eau, l’énergie, l’agro-écologie et le changement climatique, en abrégé JFAC du 18 au 22 mars à Abidjan. Ainsi le Réseau des experts africains pour les Forêts, l'Agriculture et le Changement Climatique (REFACC), à travers cette 2ème édition des JFAC, entend éveiller les consciences vers des modes de consommation et de productions durables, vers des comportements éco responsables et établir des partenariats actifs.

Le thème retenu des JFAC 2019 : Comment maitriser et réussir les transitions énergétique et écologique dans les pays d'Afrique ? L’urgence des dégâts climatiques sur l’humanité exige l’implication de toutes les forces vives, des leaders d’opinion et des actions fortes. L’idée des JFAC est de vulgariser les bonnes pratiques auprès des décideurs, des populations, des collectivités et des communautés. Le REFACC encourage les Etats africains à franchir le cap des énergies fossiles pour se développer vers un environnement durable et respectueux. Association non lucrative et apolitique d'experts africains expérimentés, le REFACC se propose d’apporter sa modeste contribution à travers un cadre global d'échanges, une plate forme de démonstration et de partage de bonnes pratiques.

Patrice Kouakou              

Développement:La numérisation pour développer les économies africaines

numérisation, développement, économies africainesLes politiques, le commerce et le secteur privé à l’ère numérique domineront les débats alors que la Conférence des ministres africains débute à Marrakech
 
 
La Conférence annuelle des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique de la CEA (Commission économique pour l’Afrique) - COM2019 – a débuté mercredi 20 mars à Marrakech. Elle met l’accent sur l’importance de la numérisation pour développer les économies africaines alors que le continent fête le premier anniversaire de la signature de l’accord historique portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC).
 
L’événement, qui durera toute une semaine, réunit également des experts et des décideurs d’Afrique et d’ailleurs, qui débattront sur le thème : « La politique fiscale, le commerce et le secteur privé à l’ère numérique : une stratégie pour l’Afrique », dans le contexte du récent développement économique et social du continent.
 
La valeur de l’économie numérique mondiale étant estimée à plus de 11 500 milliards $, et devant dépasser 23 000 milliards $ d’ici à 2025, le commerce et l’économie numériques en Afrique peuvent avoir un immense impact, selon Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA.
 
« Le potentiel de l’Afrique est, et a toujours été, prometteur… Le continent réunit toutes les conditions pour une transformation économique rapide dans les dix prochaines années... [et] on n’insistera jamais assez sur l’importance de la numérisation et de l’économie numérique dans la croissance et la transformation structurelle, ainsi que dans l’optimisation de la fiscalité en Afrique »,  a-t-elle affirmé, ajoutant :
 
« On estime que l’économie numérique représente actuellement 15,5 pour cent du PIB mondial et qu’elle devrait atteindre 25 pour cent du PIB mondial d’ici moins de dix ans. Le nombre de pôles d’innovation numérique a progressé sur le continent, comme Silicon Savannah à Nairobi et Kumasi Hive au Ghana, sans oublier les technologies plus orientées sur les solutions telles que Flutterwave qui permet le règlement de paiements internationaux au Nigeria au moyen d’une plateforme unique. En 2018, cette application a traité 1 milliard $ de transactions. »
 
« Ces innovations numériques peuvent transformer l’économie en limitant les obstacles à l’entrée sur le marché et en améliorant l’accès des entreprises aux clients, créant ainsi des emplois et stimulant le commerce intérieur et extérieur des biens et services », a-t-elle souligné.
 
Inaugurée officiellement par le Premier ministre marocain Saâdeddine El Othmani, la COM2019 a débuté par un dialogue politique de haut niveau sur le thème de la conférence – donnant le ton des discussions à venir, qui seront axées sur l’utilisation des technologies numériques pour mobiliser les ressources africaines, renforcer la compétitivité et accélérer la croissance dans tous les secteurs.
 
Parmi les intervenants figuraient les ministres des Finances d’Afrique du Sud (Tito Mboweni), du Ghana (Ken Ofori Atta) et de Mauritanie (Khadijetou Mint Mbareck Fall).
 
La conférence offrira aux délégués l’occasion d’examiner les politiques fiscales nécessaires à la mise en œuvre du traité de libre-échange. Adopté le 21 mars 2018, l’accord doit encore être ratifié par deux pays afin d’atteindre le nombre des 22 membres nécessaires pour constituer le bloc commercial qui devrait, entre autres, générer un PIB de plus de 3 000 milliards $ et permettre la création de 300 000 emplois directs et plus de 2 millions d’emplois indirects. La plus grande économie d’Afrique, le Nigeria, n’a pas encore ratifié l’accord.
 
Un grand nombre de sessions et d’événements parallèles sont prévus tout au long de la semaine. On assistera notamment au lancement du Rapport économique sur l’Afrique 2019 publié par la CEA – qui évalue les résultats des politiques fiscales et analyse les défis et opportunités de l’Afrique. L’événement comprendra également le lancement de l’African Fintech Network ainsi qu’une table ronde sur le commerce et le secteur privé à l’ère numérique. Les femmes, les jeunes et le changement climatique feront partie des thèmes majeurs tout comme l’appui des Nations unies à l’Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées, lancée par l’Union africaine. La Conférence annuelle Adebayo Adedeji, qui tire son nom de l’ancien secrétaire exécutif de la CEA, le professeur Adebayo Adedeji, est aussi au programme, et rendra hommage à sa contribution à la réflexion sur le développement en Afrique. 
 

Site Web : www.uneca.org/cfm2019
 
À propos de la Conférence des ministres
La 52e session de la Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique se déroule au Palmeraie Golf Palace à Marrakech, au Maroc. Le Comité d’experts se réunira du mercredi 20 mars au vendredi 22 mars 2019. Les ministres interviendront le lundi 25 mars et le mardi 26 mars. La 20e session du Mécanisme de coordination régionale pour l’Afrique (RCM-Africa) et les événements parallèles se tiendront le samedi 23 mars et le dimanche 24 mars 2019 au même lieu.