topblog Ivoire blogs

08 janvier 2018

En RDC, le gouvernement durcit le ton face à l’Église

Cardinal Monsengwo Archeveque de Kinshasa.jpgLe gouvernement a condamné avec virulence le cardinal Monsengwo, archevêque de Kinshasa, après qu’il a dénoncé la répression brutale de la marche pacifique organisée le 31 décembre par une association de laïcs.

Samedi, le Vatican a déploré « la réaction disproportionnée des forces de sécurité congolaises » et estimé « probable » la tenue de nouvelles manifestations.

En République démocratique du Congo (RDC), le ton continue de monter entre le pouvoir et l’Église catholique.

Le gouvernement a jugé « injurieux », vendredi 5 janvier, les propos tenus par le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, 78 ans, « à l’endroit des dirigeants du pays ainsi que des forces de l’ordre ». L’archevêque de Kinshasa avait qualifié de « barbarie » l’intervention des forces de sécurité, le 31 décembre dernier, qui avaient violemment réprimé des manifestations dans les églises du pays, faisant plusieurs morts. « Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD-Congo », avait déclaré le cardinal Monsengwo.

A lire : En RD-Congo, une association de laïcs appelle les chrétiens à se mobiliser contre les abus du pouvoir

Le gouvernement «ne peut accepter que de tels propos viennent d’un ministre de Dieu», a répliqué le conseil des ministres, dans son compte rendu vendredi, insistant sur «la laïcité de l’État Congolais». Dans ce même communiqué, l’exécutif « condamne fermement les événements survenus le 31 décembre 2017 ». Il demande « à la justice de se saisir du dossier et d’établir des responsabilités (…) pour arrêter le cycle de violence en perspective pour cette année 2018 ». Enfin, il invite les catholiques à ne pas «récidiver». En effet, pendant le conseil des ministres, le ministre de l’intérieur a « fait part des autres manifestations programmées par le même comité laïc de Coordination de l’Église catholique et son incitateur ».

De fait, le 1er janvier, le père Vincent Tshomba, responsable du collège des doyens de Kinshasa, et Thierry Nlandu, membre du CLC, ont appelé les chrétiens à « maintenir la pression ». Jeudi dernier, comme tous les jeudis depuis le 14 décembre, les cloches des paroisses ont sonné pour réclamer l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre. « La mobilisation continue et nous allons maintenir la pression », assurait à La Croix le père Tshomba.

> À lire : RD-Congo, l’accord de la Saint-Sylvestre

Le Vatican a lui aussi estimé « probable » la tenue de nouvelles manifestations malgré les mises en garde du gouvernement. «Tenant compte de la popularité de la marche du 31 décembre 2017, il est fort probable que d’autres initiatives seront organisées dans les prochains mois», a écrit le nonce dans une lettre au clergé congolais datée du 5 janvier. Le représentant du Saint-Siège à Kinshasa, Mgr Luis Mariano Montemayor, a déploré lui aussi «la réaction disproportionnée des forces de sécurité congolaises», qui « n’a pas respecté le caractère pacifique de cette manifestation».

Ce sont les marches organisées, le 31 décembre, à Kinshasa, la capitale, à l’appel d’une association de laïcs proche de l’Église, qui ont mis le feu aux poudres. En effet, lors de ces marches pacifiques, les organisateurs et les manifestants ont demandé au président Joseph Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016, de déclarer publiquement qu’il avait bien l’intention de quitter le pouvoir. Cette invite à s’engager à partir a manifestement fortement déplu et les manifestants ont été violemment dispersés.

> À lire aussi : En RD-Congo, un an de tension entre l’Église et le pouvoir

Depuis, le gouvernement a affirmé, à plusieurs reprises, qu’il n’y a pas eu de morts «en lien avec les manifestations du 31 décembre». Ce n’est évidemment pas ce qu’a constaté l’Église catholique. D’ailleurs, jeudi 4 janvier, la nonciature apostolique (ambassade du Vatican) avait confirmé dans une note un bilan d’au moins cinq morts dont «un fidèle catholique», ainsi que l’arrestation de six prêtres, le 31 décembre.

P.B. , La Croix Africa (avec AFP)

19:53 Publié dans Politique, Société | Tags : rdc, gouvernement, eglise, cardinal, monsengwo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Écrire un commentaire