topblog Ivoire blogs

25 juillet 2017

Présentation du Cinquième Rapport Economique sur la situation économique en Côte d’Ivoire: Allocution de Pierre Laporte Directeur des Opérations de la Banque mondiale

Banque-Mondiale-CPIA-PRimature-0014.jpgAuditorium de la Primature
24 juillet 2017
Abidjan, Côte d’Ivoire

Monsieur le Premier Ministre, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions de la République de Côte d’Ivoire,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et diplomates, Mesdames et Messieurs les Partenaires Techniques et Financiers, Messieurs les Directeurs Généraux, Mesdames et Messieurs les Responsables des organisations du secteur privé, Mesdames et Messieurs les Responsables des organisations de la société civile, Chers collègues, Chers amis de la Presse, Honorables invités, Mesdames et Messieurs

L’expérience internationale et des études académiques ont démontré qu’il existe un lien bénéfique entre une politique d’équité des genres et le développement économique. Malgré les efforts de développement engagés par la Côte d’Ivoire dans plusieurs domaines, beaucoup reste à faire en matière d’équité du genre.
Pour preuve, en 2016, le pays occupait la 136ème place sur 144 pays dans le monde selon l’indice du genre compilé par le World Economic Forum, et le 43ème rang sur 52 pays africains selon l’indice de l’Egalite entre les genres en Afrique, pour l’an 2015, de la Banque Africaine de Développement. Ce cinquième rapport sur la situation économique en Côte d’Ivoire relève cette problématique et s’étonne que le pays n’exploite pas les opportunités liées à l’égalité des genres quand on considère les retombées qui pourraient en découler.

En effet, une politique basée sur l’équité des genres pourrait aider la Côte d’Ivoire à atteindre l’Emergence tant souhaitée. Avec une meilleure éducation, un meilleur accès aux soins de santé, une meilleure représentativité au sein des centres de décisions, des entreprises et des familles, les femmes pourront offrir plus de ressources au bénéfice de l’économie et de la nation ivoiriennes. La mise en oeuvre d’une telle politique relève des défis immédiats et futurs que la Côte d’Ivoire doit relever aux fins d’améliorer sa productivité pour maintenir sa trajectoire de croissance accélérée.
En 2016, la Côte d’Ivoire a continué d’enregistrer une performance excellente - avec le deuxième taux de croissance du PIB le plus rapide en Afrique. Les perspectives restent bonnes même si les projections présentées dans ce rapport prévoient que son sentier

de croissance devrait graduellement converger autour de 6,5 % dans les années à venir.
L’économie ivoirienne a été heurtée par la baisse du prix du cacao, et les troubles sociaux survenus lors des derniers mois pourraient freiner le formidable élan de relance économique amorcée depuis 2011.
Le Gouvernement ivoirien l’a bien compris en réaffirmant son engagement à poursuivre une politique ambitieuse visant une croissance non seulement rapide, mais aussi plus partagée et inclusive.
Ce rapport sur la situation économique de la Côte d’Ivoire, le cinquième du genre, a la modeste ambition d’aider le Gouvernement dans cet objectif pour la Côte d’Ivoire. C’est donc à dessein qu’il

rappelle le rôle essentiel que peuvent y jouer les femmes.
Et bien entendu, la Banque mondiale se tient aux côtés des Ivoiriennes et des Ivoiriens pour la réussite de cette ambition, et ce en lien avec les objectifs stratégiques qui sont les nôtres.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

 Primature

23:39 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Écrire un commentaire