topblog Ivoire blogs

16 juin 2017

Israël est de retour en Afrique

La participation du Premier ministre israélien Benyamin Netanyaou au 51ème sommet de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) du 4 juin 2017 n’est que le point d’orgue de l’offensive diplomatique de l’État hébreu en Afrique. Elle avait débuté bien avant les élections des présidents Trump et Macron.

Cette offensive diplomatique a pris son véritable élan en juillet 2016, lorsque Benyamin Netanyaou s’est rendu au Kenya, en Ouganda, en Éthiopie et au Rwanda. Le slogan « Israël revient en Afrique, l’Afrique revient en Israël », lancé en février 2016, a été repris abondamment lors de ce premier périple africain d’un Premier ministre israélien, depuis la Guerre des six jours en 1967.

Un alignement des planètes

Le désengagement annoncé des États-Unis d’Amérique de Trump vis-à-vis de l’Afrique, conjugué à la nouvelle politique africaine de la France du président Macron, davantage ancrée dans le multilatéralisme et la politique européenne de développement, laisse un vide qu’Israël ne peut ignorer. La crise pétrolière qui affaiblit les intérêts géostratégiques des États du Golfe constitue une autre opportunité à saisir, d’autant que l’affrontement entre le wahhabisme et les Frères musulmans est un facteur d’affaiblissement de l’influence musulmane en Afrique et de division entre États hostiles à Israël.

En Afrique subsaharienne, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Tchad, frappés par le terrorisme islamiste, sont demandeurs d’une aide multiforme, à laquelle Israël peut répondre. Israël peut aussi compter sur le président guinéen, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, et sur le président togolais, Faure Gnassingbé, élu président de la Cedeao, ce qui est un atout pour l’organisation du sommet Afrique-Israël, prévu à Lomé, en octobre 2017.

Des intérêts économiques liés à la géostratégie

La lutte contre le terrorisme et l’aide au développement sous-tendent cette offensive diplomatique. Il faut aussi ajouter, à l’arrière-plan, la dimension business et la stratégie de rompre l’isolement d’Israël au sein des instances onusiennes. Derrière l’Afrique se profile l’ONU.

Les traditionnelles ventes d’armes et le commerce des pierres précieuses sont évidemment toujours d’actualité, mais le catalogue s’est enrichi de l’agrobusiness, de l’énergie solaire, des domaines de l’eau et surtout des questions sécuritaires, telles que le renseignement, les écoutes, la numérisation des données individuelles et la protection des personnalités, particulièrement prisées par les dirigeants africains.

Les financements israéliens ne font pas défaut, comme en témoigne l’annonce, faite à Monrovia, de doter les États de la Cedeao d’un programme d’un milliard de dollars pour le développement de l’énergie solaire. Le groupe israélien Energiya Global devrait mettre en œuvre ce programme. En contrepartie, Israël souhaite un appui pour obtenir le statut d’Observateur de l’Union africaine au prochain sommet de l’Union africaine.

L’Afrique revient en Israël

On ne compte plus les visites officielles de personnalités africaines, ponctuées de déclarations bien intentionnées vis-à-vis d’Israël. Des cérémonies connotées sont organisées, comme celle de la plantation d’arbres au Jerusalem Grove of Nations ou le recueillement devant le Mur des Lamentations. Certaines personnalités en oublieraient presque que Jérusalem n’est pas reconnue internationalement comme capitale de l’État hébreu.

Si Israël est revenu en Afrique avec le concours d’États africains, il n’en reste pas moins que leur opinion publique est souvent loin d’y être favorable. En revanche, d’autres États, notamment ceux du Maghreb, y sont franchement hostiles. Le roi Mohammed VI n’a t-il pas renoncé au sommet de Monrovia, alors que son pays allait obtenir un feu vert pour son adhésion à la Cedeao ? L’organisation du sommet Afrique-Israël promet d’aviver les clivages entre les États africains et Israël et de mobiliser certaines opinions publiques.

 par Didier Niewiadowski

Didier Niewiadowski est un Juriste français. Il a été en service durant 38 ans au ministère de la Coopération et à celui des Affaires étrangères

08:46 Publié dans Economie, Intégration Africaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Écrire un commentaire