topblog Ivoire blogs

31 janvier 2017

Le promoteur de l’aquaponie étend son entreprise agricole à Dakar

Aquaponie-Flavien-Kouatcha-à-droite-et-son-partenaire-Moussa-Diagne-à-Douala-le-5-janvier-2017-1-768x432.jpgAprès sa désignation comme champion digital de l’Agriculture pendant la COP 22 à Marrakech, le jeune Camerounais de 28 ans promoteur de Save Our Agriculture s’est ouvert à l’international.

Flavien Kouatcha débute l’année 2017 en s’ouvrant à l’international. Son entreprise agricole spécialisée dans la conception et la fabrication des kits et unités aquaponiques pour des particuliers et professionnels désireux de produire des aliments 100% bio à domicile a attiré un investisseur sénégalais. La signature du contrat a eu lieu le 5 janvier 2017 dans les locaux de l’espace d’accompagnement Jokkolabs de la ville de Douala. C’est dans cette principale place économique du Cameroun que Save Our Agriculture a ouvert sa première unité de production grand volume en décembre 2016 après des expérimentations à petite échelle dans la banlieue de Douala.   

Il s’agit d’un contrat entre entrepreneurs d’une même génération. Comme Flavien Kouatcha et Moussa Diagne est âgé de 28 ans. Tous deux ont une passion pour l’agriculture. Épousant l’air du temps, le premier contact a eu lieu sur les canaux virtuels d’internet. « C’est après avoir vu un reportage sur mon projet sur France 24 que Moussa m’a contacté. Ensuite, nous nous sommes écrits sur les réseaux sociaux. Après plusieurs discussions, j’ai pensé que nous avions intérêt à nous rencontrer pour en parler davantage. C’est ainsi que je l’ai invité au Cameroun », dit fièrement Flavien Kouatcha.

De son côté, Moussa Diagne avoue avoir été intrigué par le fait qu’un jeune comme lui, issu d’un environnement pratiquement semblable soit déjà aussi avancé dans l’aquaponie. « Ce sont toutes ces raisons, en plus de l’engagement très perceptible de Flavien pour l’agriculture, qui m’ont poussé à faire le déplacement pour le Cameroun ». Le contact humain laissera corps au business entre la camerounaise Save Our Agriculture et Dialibatou Marakhib Distribution basé au Sénégal.

En signant l’accord le 5 janvier 2017 à Douala, les deux entreprises envisagent de proposer des unités aquaponiques à Dakar et de s’étendre à d’autres pays de la sous-région Afrique de l’Ouest. Cette technique est une alternative pour le Sénégal. En raison de son climat aride, ce pays d’Afrique de l’Ouest est sans aucun doute un bon terrain d’essai pour une solution durable telle que l’aquaponie. Même s’ils ne possèdent pas d’énormes financements à la hauteur de leur ambition, les deux entrepreneurs africains sont plus que jamais déterminés à nourrir des millions de personnes aux aliments biologiques. La force de travail est encore modeste.

Constituée d’une équipe de 4 hommes et 3 femmes tous passionnés d’agriculture, Save Our Agriculture veut se positionner comme l’une des pépites camerounaises à fort potentiel dans les prochaines années. Alors que son partenaire Dialibatou Marakhib est une ferme polyvalente qui emploie 5 personnes en région rurale sénégalaise. Principalement spécialisée dans la production laitière, l’élevage et la culture maraîchère, Moussa Diagne envisage de déployer des solutions d’agriculture durable à travers l’utilisation des énergies renouvelables et la réutilisation en cycle fermé des denrées issues de l’agriculture dans les processus de croissance végétale. Les deux entrepreneurs sont sur un bon filon au regard de études à l’échelle planétaire. En octobre 2016, le cabinet britannique Price Water House Coopers faisait les éloges de l’aquaponie comme un moyen efficace de booster les productions agricoles en Afrique.

/ Pierre Nka, http://www.quotidieneconomie.com/2017/01/24/flavien-kouatcha-le-promoteur-de-laquaponie-etend-son-entreprise-agricole-a-dakar/

04:35 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Écrire un commentaire