topblog Ivoire blogs

11 janvier 2017

Guinée: le développement du tourisme d'affaires

Vue de Conakry, en Guinée. Le pays cherche à développer son secteur du tourisme d'affaires. Getty Images/Waldo Swiegers/Bloomberg
 

En Guinée, les grands hôtels de luxe fleurissent dans la capitale Conakry. Le Noom, nouvelle chaîne d’établissements haut de gamme à destination de l’Afrique a ouvert depuis presque deux mois. Le Sheraton devrait ouvrir prochainement. Alors que le tourisme est un secteur très peu développé en Guinée, le tourisme d'affaires semble être en plein essor.

Dans le hall, les clients sont exclusivement des hommes d’affaires. L’hôtel fait partie du nouveau groupe Mangalis qui développe l’activité à travers l’Afrique. Le Noom de Conakry est le premier hôtel de la chaîne à ouvrir.

« Après plusieurs années ou plusieurs décennies de stagnation, la Guinée est un pays qui se met debout qui se met en marche. Et c’est cette raison qui fait que les investisseurs sont de retour en Guinée. Il y a forcément un besoin d’hôtel, dit Jean-François Rémy, directeur général du Noom de Conakry. Le parc hôtelier aujourd’hui est très vieillissant, très archaïque, pas du tout aux standards de la décennie que nous vivons à savoir l’heure Internet, le confort, tout ce qu’attend aujourd’hui un visiteur d’affaire qui en général a l’habitude de tourner dans les hôtels de grande chaîne. Le parc hôtelier aujourd’hui de Conakry n’offrait pas cette qualité », déplore-t-il.

Une offre hôtelière équivalente à celle de Dakar pour 2018

Le Noom a été inauguré en présence du chef de l’État Alpha Condé. Car, selon le ministre du Tourisme Thierno Ousmane Diallo, l’ouverture de ces établissements de luxe est une stratégie des autorités pour développer le secteur et l’économie guinéenne.

« Pour intéresser les opérateurs économiques et les investisseurs, il faut d’abord créer le contact, qu’ils viennent à Conakry, explique-t-il. Quand ils viennent chez nous, ils ne vont quand même pas dormir chez le ministre du Tourisme ou sous le manguier. Il faut bien faire des hôtels. On a développé une offre. À l’orée 2018, Conakry aura le même nombre de chambres que Dakar, 2 500 lits », annonce Thierno Ousmane Diallo.

Le tourisme de découverte à ne pas négliger

Une stratégie jugée efficace par les professionnels. Hadja Aissatou Bella Diallo est la créatrice d’une des plus grosses agences de voyages du pays. Mais il ne faut pas pour autant oublier le tourisme de découverte.

« L’impact est énorme. Quand on n’a pas ces grands hôtels, on ne peut pas organiser de grands évènements, comme ceux qu’on organise dans les autres pays. Tous les secteurs du tourisme jouent un rôle indispensable pour le développement d’un pays, analyse-t-elle. Mais nous voulons développer le « vrai » tourisme, parce quand on voit les pays limitrophes, la Guinée a le potentiel du tourisme. »

Pour l’an prochain, le budget du ministère du Tourisme s’élève à 21 milliards de francs guinéens soit 2 millions d’euros. C’est l’un des ministères les moins bien dotés, selon la loi de finances 2017.

 Par Coralie Pierret

09:35 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Écrire un commentaire