topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15 décembre 2016

Pour l'ONU, le Soudan du Sud est « à deux doigts d'une guerre civile ethnique »

SouthSudan.jpg14 décembre 2016 – A l'occasion d'une session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme mercredi à Genève consacrée à la situation au Soudan du sud, plusieurs responsables de l'ONU ont souligné le risque d'un conflit ethnique généralisé.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, n'épargne personne. « Toutes les parties au conflit sont coupables de ces violations des droits de l'homme, y compris les forces gouvernementales », a-t-il indiqué.

Un niveau de violence et de tension ethnique que l'on peut observer dans le pays est sans précédent

Du point de vue du Haut-Commissaire, toutes les conditions sont en place pour que le conflit dégénère en conflit ethnique ; « mais le scénario du pire peut encore être évité », a déclaré M. Zeid, avant d'appeler le Conseil à prendre toutes les mesures pour l'éviter.

Pour la Présidente de la Commission sur les droits de l'homme au Soudan du Sud, Yasmin Sooka, le niveau de violence et de tension ethnique que l'on peut observer dans le pays est sans précédent, les Équatorias (NDLR: les trois États fédérés de la ceinture méridionale du Soudan du Sud) – jusqu'ici épargnés – étant devenus l'épicentre du conflit, a-t-elle indiqué, avant d'ajouter que la famine était en outre aux portes du pays.

« Des récits nous parviennent qui font état là-bas de cadavres trouvés le long des routes, d'attaques par des groupes armés inconnus et de contre-attaques des forces gouvernementales », a poursuivi Mme Sooka. « Un environnement propice aux violations des droits de l'homme s'est développé, alimenté par le déversement d'un discours de haine et par la déshumanisation de groupes ethniques de la part de responsables gouvernementaux, y compris le Président lui-même ». Le Soudan du Sud est à deux doigts d'une guerre civile ethnique sans merci qui pourrait déstabiliser toute la région, a conclu Mme Sooka. La communauté internationale doit agir maintenant, a-t-elle déclaré, après avoir indiqué que « la récente visite de la Commission au Soudan du Sud suggère qu'un processus de nettoyage ethnique régulier est en cours dans certaines parties du pays».

Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide, Adam Dieng, a estimé pour sa part qu'il y avait un risque imminent et réel d'escalade de la violence entre les ethnies avec un potentiel de génocide. « Des mesures doivent être prises maintenant sans attendre pour prévenir les violences massives », a-t-il affirmé, se disant convaincu qu'il fallait un embargo sur les armes pour réduire le risque de perpétuation d'atrocités.

Des violences sexuelles qui n'épargnent pas les enfants

Cette 27ème session spéciale a également été l'occasion pour les responsables de l'ONU de dénoncer la violence sexuelle présente au Soudan du sud. M Zeid a fait état de cas de viols collectifs et d'exploitation sexuelle, touchant y compris des enfants. « Ces actes sont parfois commis sur une base purement ethnique », a-t-il précisé.

Mme Sooka a pour sa part indiqué qu'une étude menée par les Nations Unies avait révélé que 70% des femmes dans les camps avaient été violées, essentiellement par les membres de la police ou de l'armée, depuis l'éruption du conflit.

A l'issu des travaux de cette sessions spéciale, le Conseil des droits de l'homme a adopté sans vote une résolution réaffirmant le mandat de la Commission sur les droits de l'homme au Soudan du Sud en mettant de nouveau l'accent sur la nécessité d'établir les faits et les circonstances des allégations de violations de droits de l'homme afin d'assurer que les responsables aient à rendre des comptes.

A travers sa résolution, le Conseil a également condamné dans les termes les plus forts les violences sexuelles et sexistes répandues au Soudan du sud, y compris les viols et les viols de groupe, qui peuvent être utilisées comme arme de guerre, en toute impunité, par tous les groupes armés. Le Conseil demande à ladite Commission de suggérer, dès que possible et en collaboration avec l'ensemble du système des Nations Unies, des recommandations prioritaires à l'intention du Gouvernement de la République du Soudan du Sud quant à la manière de mettre fin aux violences sexuelles et sexistes. Le Conseil exhorte en outre le Gouvernement de la République du Soudan du Sud à nommer un représentant spécial sur la violence sexuelle et sexiste.

Centre d'actualités de l'ONU

07:13 Publié dans Monde, Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Écrire un commentaire