topblog Ivoire blogs

18 août 2016

Interpol met en place un nouveau programme de renseignement en Afrique de l’Ouest

 
Le Représentant spécial d'Interpol auprès de l'Union européenne, Pierre Reuland, a présenté, mardi, au Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiébaon, un nouveau programme de centralisation, d'information criminelle et policière au Burkina Faso et dans la région ouest-africaine, .

Selon une note d'information de la Primature rendue publique mercredi, la délégation de l'Organisation internationale de Police criminelle (OIPC-Interpol) conduite par Pierre Reuland, a fait savoir que c'est un projet de centralisation et de mise à disposition de l'information criminelle et policière au Burkina Faso et dans la région ouest-africaine.

"C'est un projet qui consiste à rassembler l'information policière de toutes les forces de police et de gendarmerie au sein d'un pays et de les rassembler dans une base de données centrales informatisées", a déclaré Pierre Reuland à sa sortie d'audience.
 
M. Reuland a précisé que ce projet permet de créer une plateforme afin d'échanger les informations entre les 15 pays membres de la CEDEAO, ajoutant qu'il va rendre ces bases de données nationales compatibles avec le système d'Interpol en vue d'échanger instantanément avec le reste du monde.

Il a soutenu que ce projet sera un outil d'assistance au commandement qui pourra mieux organiser sa réponse à toutes les formes de criminalité en Afrique de l'Ouest.

Les agents de ce projet "auront également un fichier de base sur l'aéroport international de Ouagadougou ou dans les zones frontalières. Cela va permettre d'appréhender les individus malveillants et suspects".
La sous-région ouest-africaine est en proie à une insécurité marquée par la recrudescence des actes de terrorisme et les exactions de Boko Haram.
 
Publié le jeudi 18 aout 2016  |  Xinhua

14:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Côte d’Ivoire : l’ONU décore la première femme commandant d’un contingent

 
Le Colonel Nazma Begum, Commandant du Contingent bangladais de l`ONUCI et première femme militaire à diriger un contingent.
 
Le colonel Nazma Begum, "première femme à commander un contingent médical dans l'histoire des Nations unies", et son bataillon du Bangladesh, déployés au sein de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) et basés à Daloa (centre-ouest, 400 km d'Abidjan), viennent de recevoir la médaille des Nations unies pour leur "remarquable travail".

Au total, 56 officiers et sous-officiers, dont six femmes, du bataillon médical du Bangladesh ont été décorés au terme de six mois de mission dans la localité ivoirienne.

La cérémonie a eu lieu mardi en présence de M'Baye Babacar Cissé, coordinateur humanitaire et Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d'Ivoire, du général M'Bemba Kéita, commandant par intérim de la Force de l'ONUCI, et en présence des autorités administratives, politiques et militaires locales, selon un communiqué de l'ONUCI transmis mercredi à Xinhua.

"Le contingent bangladais a marqué les esprits non seulement pour l'assistance médicale considérable apportée aux communautés locales mais aussi parce qu'il est dirigé par le colonel Nazma Begum, première femme à commander un contingent médical dans l'histoire des Nations unies", souligne le texte.
 
M'Baye Babacar Cissé a salué "l'excellent travail" du bataillon, soulignant "la rigueur, le professionnalisme, et surtout le courage dont ont fait preuve les membres".

Il a également relevé le comportement "exemplaire" des casques bleus de ce contingent.

"Durant la période de votre mission, nous n'avons noté aucun cas d'abus sexuel de ses membres", a-t-il déclaré.

M. Cissé a également félicité le commandant du contingent pour son "leadership exemplaire" ainsi que le gouvernement bangladais pour avoir pris en compte de "la dimension Genre" au sein de son armée.
Pour sa part, le colonel Nazma a mis en exergue la parfaite collaboration entre son contingent et les autres composantes locales de l'ONUCI ainsi qu'avec les autorités ivoiriennes et les populations.

Le Bangladesh est l'un des plus gros pays contributeurs de troupes pour les missions de maintien de la paix de l'ONU, avec près de 8.000 militaires et policiers déployés dans 18 opérations de maintien de la paix dans le monde.

Créée en 2004 à la suite de la rébellion armée du Nord, qui a littéralement coupé la Côte d'Ivoire en deux en 2002, l'ONUCI se retirera du pays avec la fin de son mandat en juin 2017.
 
Publié le jeudi 18 aout 2016  |  Xinhua

13:55 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15 août 2016

Brexit : la Grande-Bretagne va-t-elle quitter l’Europe que fin 2019 ?

 Brexit : la Grande-Bretagne va-t-elle quitter l’Europe que fin 2019 ?
 
des ministres britanniques ont prévenu en privé de hauts responsables du secteur financier de la City de Londres que le recours à l'article 50 pourrait n'avoir lieu que vers la fin de 2017, ce qui reporterait le Brexit à fin 2019 (Crédits : © Francois Lenoir )

Le départ effectif de la Grande-Bretagne de l’Union européenne pourrait
être reporté à fin 2019, selon le “Sunday Times”

Le départ effectif de la Grande-Bretagne de l’Union européenne pourrait être reporté à fin 2019 en raison des difficultés que rencontre l’administration britannique et des élections en France et en Allemagne, selon le “Sunday Times”. Le gouvernement de la Première ministre Theresa May a indiqué qu’il comptait invoquer l’article 50 du Traité de Lisbonne au début de 2017. Le recours à cet article ouvre une période de négociations de deux ans au terme de laquelle le pays concerné quitte l’Union. Ce qui pour un déclenchement début 2017 signifierait un départ effectif début 2019.

Mais selon le “Sunday Times”, des ministres britanniques ont prévenu en privé de hauts responsables du secteur financier de la City de Londres que le recours à l’article 50 pourrait n’avoir lieu que vers la fin de 2017, ce qui reporterait le Brexit à fin 2019. “Des ministres pensent à présent que le déclenchement pourrait être repoussé à l’automne 2017″, a déclaré au journal une source de la City disant avoir parlé de la question avec deux ministres.

“Ils n’ont pas l’infrastructure pour les gens qu’ils doivent engager” en vue des négociations, selon cette source. “Ils disent qu’ils ne savent même pas quelles sont les bonnes questions à poser lorsqu’ils commenceront finalement à négocier avec l’Europe”.

Les élections en France et en Allemagne posent des difficultés

Par ailleurs, un membre non identifié du cabinet britannique a déclaré au Sunday Times que les calendriers électoraux de la France et de l’Allemagne posaient “certaines difficultés”. Les deux tours de l’élection présidentielle française se tiennent le 23 avril et le 7 mai 2017, et des élections fédérales auront lieu en Allemagne à l’automne 2017.

A la suite du référendum du 23 juin lors duquel les Britanniques se sont prononcés majoritairement pour la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, Theresa May, qui a succédé à David Cameron, a créé un ministère chargé de superviser les discussions sur le Brexit. Mais le ministre, David Davis, n’aurait engagé jusqu’à présent que la moitié environ du personnel dont il va avoir besoin. Un autre ministère, celui du Commerce international, dirigé par Liam Fox, est lui aussi confronté à la nécessité de recruter rapidement de nombreux experts, car il ne dispose actuellement que d’une poignée de négociateurs expérimentés.

latribune.fr