topblog Ivoire blogs

04 juillet 2014

Filière porcine: 2ième édition des Journées ivoiriennes de la viande porcine et ses dérivés.

filière porcine, viande, élevage, côte d'ivoire

La 2ième édition des journées ivoiriennes de la viande porcine et ses dérivés (JPORC-CI) constitue une plate-forme de promotion de la viande de porc. L'élevage moderne de porcins en Côte d'Ivoire est pratiqué par plus de 1300 éleveurs avec un cheptel de 53500 têtes. La filière emploie 4000 personnes de façon directe et 15000 de façon indirecte. A l'exemple des pays développés, l'interprofession porcine entend faire de la viande de porc, à travers ces journées qui lui sont dédiées, la protéine animale la plus consommée en Côte d'Ivoire. Le thème retenu pour les JPORC-CI 2014 est : "La viande porcine ivoirienne: La qualité garantie de la ferme à l'assiette". Il démontre tout l'intérêt accordé à la protection de la santé des consommateurs. Du 02 au 04 juillet 2014, en plus des expositions, plusieurs conférences débats ont meublé la 2ième édition des journées ivoiriennes de la viande porcine et ses dérivés. Entre autres communications, la conduite de l'élevage dans les fermes porcines ivoiriennes, l'appui des banques aux éleveurs porcins et la maîtrise des normes sanitaires dans le processus d'abattage des porcs en Côte d'Ivoire.

Patrice Kouakou Wanset

05:14 Publié dans Economie | Tags : filière porcine, viande, élevage, côte d'ivoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

02 juillet 2014

Côte d’Ivoire : Houphouët-Boigny, bataille familiale autour d’un héritage

héritage, bédié,houphouet-boigny, ouattara

C'est l'histoire d'un héritage fabuleux, estimé à près de 100 millions d'euros, autour duquel des membres de la famille de l'ancien président ivoirien continuent de se déchirer. Quitte à contester les dispositions prises par le "Vieux". Enquête.
Deux décennies se sont écoulées depuis la disparition de Félix Houphouët-Boigny, et son héritage, sans doute le plus formidable de ce dernier demi-siècle au sud du Sahara avec celui d'Omar Bongo Ondimba (lui aussi non encore soldé), alimente toujours les fantasmes et les polémiques.
>> À lire aussi : vingt ans après, Félix Houphouët-Boigny en partage
Sur les sept enfants reconnus du "Vieux" (dont deux sont aujourd'hui décédés), six se sont satisfaits de leur part alors que l'une des trois filles, Hélène, continue de faire bande à part, n'hésitant pas à accuser sur son blog les présidents Bédié et Ouattara... de complicité d'escroquerie. Quant à Marie-Thérèse Houphouët-Boigny née Brou, 83 ans, la veuve du défunt, elle vient à nouveau de déposer plainte à Paris pour recel et détournement d'une succession dont elle estime avoir été indûment écartée dès les premiers jours.
Cette situation inextricable, qui a mobilisé depuis 1994 un bataillon d'avocats, de notaires, d'huissiers, de juristes et d'experts en tous genres, est due pour l'essentiel à l'absence de tout testament écrit de la part du défunt, qui n'a pas non plus laissé un inventaire de ses multiples biens.
Il ne reste d'Houphouët qu'un simple legs verbal, prononcé puis réitéré de son vivant devant témoins, certes reconnu par le droit traditionnel lié à la coutume en Côte d'Ivoire, mais inconnu dans les pays où les actifs concernés sont localisés et où ces références traditionnelles n'ont aucune force de loi. La porte était donc grande ouverte à un tsunami de contestations et de chicaneries juridiques.

Jeune Afrique (Mardi 1er Juillet 2014)

Contribution des PME à la croissance économique

 

pme,côte d'ivoire,croissance économique,contribution

pme,côte d'ivoire,croissance économique,contribution

La vision de faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent ne peut se concrétiser sans un tissu de petites et moyennes entreprises (PME) fortes. Le rôle essentiel des PME dans la croissance économique des pays en développement vers l'émergence est incontestable. Cette vision commande de doter le pays d'infrastructures de qualité d'une part et, d'autre part d'un tissu dense d'entreprises de biens et de services performants, reflet de la vitalité et de la puissance de l'économie. L'État devra renforcer les capacités techniques et managériales, de gestion et d'organisation des PME. Il devra aussi faciliter l'accès des PME aux financements et aux marchés publics et privés. Le maintien des liens de solidarité entre les PME et l'établissement de partenariats gagnants-gagnants s'imposent. Au total, il faut mettre en place un mécanisme de promotion de l'entrepreneuriat et l'innovation par l'appui aux entrepreneurs porteurs de projets novateurs notamment les jeunes et les femmes.

Patrice Kouakou Wanset

03:15 Publié dans Economie | Tags : pme, côte d'ivoire, croissance économique, contribution | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |