topblog Ivoire blogs

01 octobre 2012

Droit à la vie - Conférence / Mme Scholastique Gnamien : « On ne doit pas falsifier l’acte sexuel »

 régulation,naissances,contraceptionL’association "Action pour la Bioéthique (A.B.E.)" a organisé samedi 29 septembre 2012 une conférence sur la régulation des naissances. C’est le MDE Business School (IHE- Afrique) section Côte d’Ivoire sis à Cocody Vallons qui a abrité ce rendez-vous d’échanges. La conférencière Mme Scholastique Gnamien a fait un rappel de la signification de l’acte conjugal avant de mettre un accent particulier sur la question des contraceptifs. Pour elle, la vérité de l’acte conjugal provient de ce qu'il est une expression du don personnel et réciproque des époux, un don qui ne peut être que total : rien de ce qui fait partie de l’être des époux ne peut être exclu de ce don, car la personne est une et indivisible. C'est la raison qui explique l'illégalité intrinsèque de la contraception: il introduit une limitation importante dans ce don réciproque, brise ce "lien indissoluble» entre les deux significations de l'acte conjugal : l'union et la procréation. « On ne doit pas falsifier l’acte sexuel » a-t-elle indiqué. Car toujours selon l’oratrice, il existe une «différence essentielle» entre la contraception qui est une négation de la conception (contre la conception) et la notion de «la paternité et la maternité responsables » qui est une affirmation joyeuse et positive par laquelle les époux (un homme et une femme) décident, pour de sérieux motifs dus, soit aux conditions physiques ou psychologiques des conjoints, soit à des circonstances extérieures, d’espacer les naissances. Dans le cadre de l’exercice de cette « paternité et maternité responsables », la conférencière exhorte, sans ambages,  aux « méthodes naturelles » qui consistent à user du mariage dans les seules périodes infécondes de la femme et régler ainsi la natalité sans porter atteinte aux principes moraux. Et d’ajouter : « Vivre la méthode naturelle, c’est apprendre à vivre la maturité de la féminité et à vivre pleinement la masculinité. » Pour elle, la principale clé de « la paternité et de la maternité responsables » est la maturité personnelle. Une maturité psychologique, matérielle, financière et intellectuelle est gage de prospérité de la vie maritale. Il faut aussi  la volonté et l’intelligence pour vivre l’humanité au quotidien dans la société. Elle a souligné le caractère illicite de toutes les « méthodes artificielles » qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposeraient comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation.

Selon Mme Scholastique Gnamien, on se marie pour s’épanouir, et non pour se détruire. « Le cadre approprié de procréer c’est dans le mariage » a-t-elle conclu. Rappelons que, A.B.E.est une Association apolitique et non confessionnelle qui œuvre à la promotion de l’éthique dans tous les domaines d’activités surtout ceux directement liés à la science et au droit à la vie de l’Être Humain. 

 

 

00:21 Publié dans Société | Tags : régulation, naissances, contraception | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.