topblog Ivoire blogs

30 septembre 2011

Développement de l’audiovisuel en Côte d'Ivoire / Sy Savané (Pdt Haca) : « Se tourn er résolument vers le numérique »



La libéralisation du secteur
de l’espace audiovisuel (Télévision et la radio), est une conditionnalité indispensable
au développement de ces médias. L’ouverture du secteur de l’audio visuel a été
amorcée en Côte d’Ivoire, dès 2004 avec l’avènement des radios de proximité, commerciales,
communautaires et radios privées aux cotés des medias de service public (les
deux chaines de radio et de la télévision d’Etat). Mais le contexte de cette
loi a durablement été influencé. A en croire le président de la Haute autorité de la communication
audiovisuelle (Haca), Ibrahim Sy Savané, de nombreuses contradictions sont contenues
dans cette loi du fait du contexte de la crise qu’a connue la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi,
il indique qu’il y a nécessité à traduire ces décisions dans les faits. Car
pour lui, la démocratie fonctionne mieux avec tous ces moyens d’expression. A
l’exemple d’André Malraux pour qui le cinéma est une industrie, le président Sy
Savané reste convaincu que la télévision est tout aussi une industrie.
L’audiovisuel étant devenu une véritable industrie, l’abandon de l’analogie
s’impose au profit du numérique. Selon le président de l’organe régulateur de
l’audio visuel en Côte d’Ivoire, le processus vers le numérique doit être
parachevé en 2012, au plus tard. Sy Savané souhaite voir tous les pays être au
numérique à l’horizon 2015-2020. Le président Ibrahim Sy Savané révèle que dans
ce domaine, la Côte
d’Ivoire affiche de grosses compétences et de réelles potentialités. En effet pour
lui, le ministère des Ntic que dirige Koné Bruno, a créé un groupe de
travail  au sein de la Haute autorité pour
réfléchir justement sur la question et le choix technologique à adopter. Pour
mieux assurer ce basculement vers le numérique, les pays s’accrochent, se
concertent à travers un agenda visant à en établir les clauses. Ainsi, la
révolution technologique et les décisions qui lui sont  conséquentes, nécessitent un effort et une
prise de conscience nationale. Le processus de libéralisation peut donc servir
de levier à la révolution technologique. C’est pourquoi, le président du Haca souligne
sans ambages, que la mutation technologique est primordiale. Le passage de l’analogie
au numérique offre plusieurs opportunités pour le développement. La
libéralisation donne beaucoup plus de possibilités à la radio qu’à la télévision.
Mais le patron de la Haca,
dont la structure est chargée d’accélérer le rythme de la libéralisation dans
notre pays, fait la mise en garde suivante : « Il faut veiller à
l’équilibre de l’économie ». Opérant sur le principe de la pédagogie, de la
concertation et de la médiation, le Haca vise en cela, l’implication des hommes
de culture et de la société civile. Pour finir, précisons que selon des statistiques
officielles, la Côte
d’Ivoire compte à ce jour, 150 radios autorisées et 100 autres radios locales dont
la mise en règle, devrait se faire les prochaines semaines.



Patrice Wanset



13:34 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.