topblog Ivoire blogs

23 septembre 2010

Côte d'Ivoire/ Festival des danses du terroir

Danses 2.jpg

Qui succédera à l’échassier de Syllakoro de TOUBA ?

 

C’est le Complexe Sportif Jessé Jackson de Yopougon  qui a servi de cadre pour le démarrage des phases finales de la 2e édition du Concours national des danses du terroir. Ces compétitions connaitront leur apothéose le samedi 25 septembre 2010.L'initiatrice de cet événement culturel, Mademoiselle Dosso Madoussou explique qu’il vise à créer une plateforme pour «sauvegarder, valoriser et promouvoir notre patrimoine culturel ancestral».

 

 

Cette année encore le concours national des danses du terroir donne l’occasion aux peuples divers de célébrer la diversité culturelle et ethnique en Côte d’Ivoire.Cette 2ème édition du concours national des danses du terroir épouse l'esprit du cinquantenaire des pays africains.fort de cela, le Club des amis de la culture (CDAC), à travers cet événement culturel , entend poursuivre son programme de valorisation de la culture ivoirienne et de sauvegarde du patrimoine national. Deux mois durant la caravane du CDAC a sillonné l’intérieur du pays à la recherche des dimensions connues ou peu méconnues. Zoukougbeu, Daloa, Gagnoa, Touba, Bondoukou, Dabou, Bouaflé sont quelques unes des localités.

Aux dires de Mlle Dosso Madoussou, Commissaire Général, le concours national des danses du terroir a entre autres objectifs de promouvoir le potentiel des rythmes traditionnels, de favoriser le dialogue inter ethnique entre les divers peuples et de renforcer la cohésion sociale ; et surtout de préserver l’authenticité de nos valeurs identitaires.Car, soutient-elle, face à «l’invasion» des rythmes exogènes, urbains, il importe de «ne point répudier notre héritage culturel». Etant entendu, à l’en croire, et selon la maxime, que «la culture est ce qui nous reste quand nous avons tout perdu». Pour cette 2ème édition, les objectifs pour le Commissaire Général de cet événement culturel ont été atteints. C’est pourquoi elle invite les populations à prendre part
à ce festival de danses en vue de célébrer la diversité culturelle et ethnique de la Côte d’Ivoire.
Tout en invitant les collectivités décentralisées à y souscrire pour plus de visibilité de leurs richesses authentiques, touristiques et culturelles.  Danses 1.jpg

Au-delà du concours, il s’agit de créer une saine émulation propice à l’épanouissement de notre culture.Pour Maître Kossougro Séry Emile, avocat de l’Etat de Côte d’Ivoire et maire de Daloa, par ailleurs parrain du Club des amis de la culture il y voit un creuset de cohésion sociale et d'unité nationale.Une cinquantaine de troupes traditionnelles défendront les couleurs de leurs régions.

Le vainqueur remportera le Trophée Laurent GBAGBO de la meilleure danse traditionnelle de Côte d’Ivoire. Il succédera à l’échassier de Syllakoro de TOUBA 1ère édition 2009.D’autres trophées de Maître Kossougro Séry et sa majesté KIFFY Zié Jean Gervais et le trophée Azoumana MOUTAYE du Ministre de la Culture et de la francophonie. Ce concours a aussi pour objectif d'impliquer les populations ivoiriennes dans la prise en charge socio-psychologique de la promotion des rythmes et valeurs, et de créer un pôle d'attraction culturel et touristique,véritable creuset de toutes les énergies identitaires de la Côte d'Ivoire.   

 

Patrice Kouakou wanset





14:48 Publié dans Culture | Tags : le démocrate, culture, danses ivoiriennes | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

je souhaite entré en contact avec vous de toute urgence

SIMON NGATTA
08 93 72 70

Écrit par : simon | 01 juin 2011

Les commentaires sont fermés.