topblog Ivoire blogs

30 août 2010

Le pape Benoît XVI invite les catholiques sur la voie de l’humilité

ROME, Dimanche 29 août 2010 (ZENIT.org) - Le pape Benoît XVI invite les catholiques sur la voie de l'humilité pour « être dignes de la récompense divine ».


Le pape a lancé cet appel avant la prière de l'angélus, à Castel Gandolfo, en commentant l'évangile lu à la messe ce dimanche.

Pour interpréter l'évangile de Luc, le pape a rejeté les fausses pistes : « Le Seigneur n'a pas pour intention de donner une leçon de savoir vivre, ou sur la hiérarchie entre les différentes autorités ».

« Il insiste plutôt sur un point décisif, celui de l'humilité : 'Qui s'élève sera abaissé, qui s'abaisse sera élevé' (Lc 14, 11) », a précisé le pape.

C'est le Christ, a fait observer le pape, qui « a pris la dernière place dans le monde - la croix - et, précisément par cette humilité radicale, il nous a rachetés et il nous aide constamment » (Encyclique Deus caritas est, 35) ».

Benoît XVI insiste sur la valeur de la gratuité : « Au terme de la parabole, Jésus suggère au chef des pharisiens d'inviter à sa table non des amis, des parents ou de riches voisins, mais les personnes les plus pauvres et marginalisées, qui n'ont pas les moyens de le lui rendre (cf. Lc 14, 13-14), afin que le don soit gratuit ».

Il souligne aussi que « vraie récompense, c'est Dieu qui, à la fin, la donnera », car c'est lui qui « gouverne le monde » ... A ce propos, le pape a cité le testament spirituel de saint Louis, qui met son fils en garde contre la « vaine gloire » lorsqu'il jouit de la « prospérité ».

Enfin, le pape a donné l'exemple de saint Jean Baptiste : « Le plus grand des prophètes du Christ, qui a su se renier lui-même pour laisser la place au Sauveur. Il a souffert et il est mort pour la vérité ».

Anita S. Bourdin







12:58 Publié dans Education | Tags : pape benoitxvi, humilité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

28 août 2010

Le président Béchir de retour au Soudan après une visite au Kenya

Critiqué sur la scène internationale, le Kenya a justifié l'invitation faite au président soudanais Omar el-Béchir "en tant que voisin" bien qu'il soit poursuivi par la CPI pour génocide au Darfour.


Par Dépêche (texte) 

 



AFP - Le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour par la Cour pénale internationale (CPI), est revenu vendredi en fin d'après-midi au Soudan après une visite au Kenya, a indiqué son attaché de presse.

 

"Le président Béchir est revenu de son voyage au Kenya, il est arrivé à l'aéroport de Khartoum à 17H30", (15H30 GMT), a déclaré Hamad Saïed Ahmad à l'AFP.

 

Le président Béchir avait été invité par le Kenya à la cérémonie de promulgation de la nouvelle Constitution du pays, adoptée par référendum le 4 août dernier.

Ayant ratifié le statut de Rome, traité fondateur de la CPI, le Kenya était normalement dans l'obligation d'appréhender le président soudanais, qui fait l'objet de deux mandats d'arrêt pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.


 

La chef de la diplomatie de l'Union européenne Catherine Ashton avait notamment demandé vendredi au Kenya de "respecter ses obligations" et de l'arrêter.

Le Kenya a justifié l'invitation du président Béchir, affirmant qu'il avait été convié "en tant que voisin" à la cérémonie.



Click here to find out more!







L’Unesco aussi rendra hommage à Mère Teresa de Calcutta

ROME, Jeudi 26 août 2010 (ZENIT.org) -  « Ne laissez jamais aucune tristesse vous envahir au point de vous faire oublier la joie du Christ ressuscité » : l'Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, Mgr Francesco Follo souligne l'importance de cette phrase de Mère Teresa de Calcutta (« Never let anything so fill you with sorrow as to make you forget the joy of the Christ risen »).


Mgr Follo est l'auteur d'un petit volume intitulé, en italien « Méditons avec Mère Teresa » ("Meditiamo con Madre Teresa"), publié aux éditions Paoline à l'occasion du centenaire de la naissance de la fondatrice des Missionnaires de la Charité.

L'UNESCO aussi célébrera le centenaire de la naissance d'Agnès Gonxhe Bojaxhiu, le 26 août 1910 à Uskub, Empire ottoman (en Albanie, actuellement Skopje, en Macédoine), et décédée le 5 septembre 1997 à Calcutta, en Inde. Elle repose au siège de la congrégation des missionnaires de la charité, qu'elle avait fondée en 1950. Elle a été béatifiée le 19 octobre 2003, à Rome par le pape Jean-Paul II.

Le 14 septembre, la délégation indienne à l'UNESCO rendra hommage à Mère Teresa, lors d'une cérémonie, à Paris. Mgr Follo, qui a bien connu Mère Teresa, y prononcera une allocution faisant mieux comprendre l'héritage humain et spirituel de la fondatrice.

Mais auparavant, le dimanche 12 septembre, à 18 h 30, le cardinal archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, présidera une messe à Notre-Dame de Paris, pour marquer ce centenaire, en présence des les Soeurs Missionnaires de la Charité.

Une neuvaine de prière et d'intercession, pour connaître Mère Teresa, est organisée à Paris du 1er au 9 octobre, en présence d'une relique de Mère Teresa sur le thème : « Mère Teresa, un regard de paix », par le vicaire épiscopal pour la pastorale de la santé, P. Gilles Annequin et par l'aumônerie de l'hôpital de la Pitié Salpetrière. Une exposition y est également dédiée à la vie de Mère Teresa.

 

Chaque jour la messe sera célébrée à 15h, suivie d'une conférence à 16h à la chapelle Saint-Louis (47 bd de l'Hôpital - Paris 13e - M° Austerlitz - contact : 01 42 16 04 24 - courriel: psante@diocese-paris.net ).

 

« Parmi les nombreuses initiatives que Mère Teresa a prises, souligne aujourd'hui Radio Vatican, la plus marquante et la plus durable est celle de la fondation de l'ordre religieux des Missionnaires de la Charité. C'est le seul qui soit obligé de refuser des vocations par manque de place : aujourd'hui, il est implanté dans cent-cinquante pays et plus de cinq mille petites sœurs de la charité s'occupent des plus pauvres à travers le monde ».

Anita S. Bourdin