topblog Ivoire blogs

24 août 2010

Devoir de mensonges

dev de mensonges.jpgdev de mensonges.jpg
Présentation du livre
L’analyse que vous aller découvrir en parcourant cet essai politique  de 242 pages n’aurait jamais été faite avec tant de rigueur et d’indépendance, si je n’avais pas moi-même eu la chance de couvrir la plupart des événements en ma qualité de journaliste politique,  au plus fort de la crise  armée déclenchée le 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire.  Mon choix s’est porté  de façon particulière  sur les discours des politiques aussi bien au pouvoir que dans l’opposition civile et armée en Côte d’Ivoire. Sans oublier ceux de l’étranger qui s’exprimaient au nom de la fameuse communauté internationale. Il s’agissait  dans ce livre d’analyser les variations de discours et leur impacte sur la sortie de crise. Mais comment projeter d’écrire un  livre sur une actualité meurtrière dont personne ne connaissait l’issue ? Une idée presque surréaliste. Les années sont
passées sans toutefois faire disparaître la passion d’instruire les uns et les autres sur  ce que je qualifie d’orgasme de la pagaille qui a gagné la société ivoirienne. Depuis le 19 septembre 2002, la littérature sur la crise militaro-civile en Côte d’Ivoire, a été abondante et particulièrement  enrichissante. Mais elle est restée militante et très partisane au point d’être loin d’objectiver  dans la présentation des faits et des analyses. L’objectif étant de permettre à tout un chacun de se faire une idée de ce qui convient d’appeler la crise à l’ivoirienne. Le pays  cherche encore ses marques pour une sortie de crise à travers un dialogue inter-ivoirien. Mais dans un pays où tout le monde campe sur sa position, où l’on décide de se compromettre  pour tout juste  parvenir à ses fins, il était impérieux  d’analyser sans complaisance la crise dans ses formes multiples et de
surtout mettre à nu les agendas cachés des uns et des autres. C’est le défi relevé par ‘’Devoir de Mensonges, crise à l’ivoirienne’’. Je me suis permis d’analyser un présent en constante évolution, compte tenu de la nature de la crise.  Cet essai politique  n’a pas la prétention d’avoir perçu tous les pans de la crise  à l’ivoirienne. Mais il peut s’apparenter à un ‘’détecteur de mensonges’’  dans une sphère de brutes où tous les coups sont permis.

 






23:30 Publié dans Culture | Tags : littérature, faustin toha, devoir de mensonges | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.