topblog Ivoire blogs

06 septembre 2010

Le pardon restaure la communion brisée

 


        Dans le processus de réconciliation, il faut affirmer certaines vérités. Le pardon est toujours possible. Il faut reconnaître que le pardon vivifie.


Examinons ensemble le cas offensé-offenseur.


 

Le cas où on a offensé (offenseur). Il faut l’obéissance à Dieu, la renonciation au mal et à la violence, la rencontre de l’autre et la reconnaissance de la dignité de l’autre.

 

Quant au cas où on est offensé (offensé). Illustrons-le avec l’exemple de Joseph. Joseph est vendu par ses frères et échappe à la mort. Il va être tenté de se venger, mais craignant Dieu, il renonce à la vengeance.


Ses frères reconnaissent leurs fautes, et commencent à se repentir. Joseph a pardonné sans aucune condition. Il s’est mis à les embrasser.

 

L’offenseur doit arriver à la repentance. La réconciliation, c’est la rencontre de la repentance avec le pardon. Autrement dit, la réconciliation c’est quand le pardon de l’offensé invite à se repentir.


Par ailleurs, le pas de quelqu’un est contagieux. Car il peut amener l’autre à se repentir. Si je me repends, je pends aider l’autre à se repentir. Le pardon établit la fraternité vraie. Une société sans pardon est une société qui est vouée à s’autodétruire.  De même une nation qui veut éliminer le pardon est une nation qui est vouée à s’autodétruire.


Le pardon et la réconciliation sont vitaux dans nos familles, dans nos nations et jusqu’aux extrémités de la terre.


 


  Patrice KOUAKOU WANSET


 



20:48 Publié dans Politique | Tags : réconciliation, pardon, paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.