topblog Ivoire blogs

19 août 2010

La paix en Afrique : De la démocratie ou du retour aux valeurs traditionnelles africaines .


 

 



Culture du coup d’état, confiscation du pouvoir, musèlement de la presse, modification de la constitution, répression sanglante de manifestations de l’opposition : c’est le lot quotidien de certains dirigeants africains. Ils transgressent les lois démocratiques pour se maintenir au pouvoir, faisant de l’exercice de la démocratie une source d’inquiétudes pour les peuples. La cohésion nationale et le progrès humain ne sont qu’une vue de l’esprit. C’est ainsi que les peuples sont victimes de violation des droits fondamentaux et des autres droits humains. La démocratie et le niveau de vie se dégradent chaque jour. L’Afrique s’enfonce et devient un conservatoire des maux de l’humanité. A ce propos René Dumont indiquait il y a quelques années : ‘’L’Afrique noire est
mal partie’’. Cette situation a des conséquences sur les activités socio-économiques des citoyens : accumulation des retards technologiques, économiques et scientifiques. Le jugement sur l’état de la démocratie en Afrique est sombre.  Certains dirigeants africains donnent l’illusion d’avoir parachevé leur forfait constitutionnel. Pour ce faire, ils quittent le pouvoir poussés par les fusils. La junte militaire met donc fin à la situation tendue. Les putschistes suspendent les institutions et entendent faire des pays africains des Etats de démocratie. Pire, des dirigeants africains ne reconnaissent pas leurs promesses ou/et les accords de paix. C’est l’impasse dans plusieurs pays d’Afrique. L’on gagnerait à faire de ces pays des états de bonne gouvernance et de démocratie.

Paradoxalement, les putschistes militaires sont souvent applaudis par certains opposants. Les coups d’états peuvent ils être considérés salutaires ? Ne sont-ils pas anti-démocratiques, anti-institutionnels, anti-constitutionnels ?


Le pouvoir se perd quand on manque de sagesse. Nous avons des exemples de démocraties en Afrique. La démocratie doit se faire par la base. Le droit à la vie et à la sécurité dans une société de paix est le premier droit d’un peuple. Pour le Pape  Jean Paul II, le secret de la paix véritable réside dans le respect des droits de l’homme.  Dans sa première encyclique redemptor hominis, il souligne que la paix fleurit quand ces droits sont observés intégralement, tandis que la guerre naît de leur violation et devient ensuite cause de violations ultérieures plus graves encore. Les dirigeants africains doivent donc reprendre le combat pour éviter à
l’Afrique, berceau de l’humanité, de sombrer dans le totalitarisme et la pauvreté. En outre, ils sont invités à s’inspirer des leçons de sagesse des occidentaux dans les domaines de la gouvernance des ressources de l’Etat et de la gestion démocratique du pouvoir. L’objectif est de bâtir une nouvelle Afrique  des Etats de droit. 


La paix en Afrique peut aussi venir des valeurs traditionnelles africaines. C’est le cas du Ghana. Le pouvoir s’accorde avec la chefferie traditionnelle pour gouverner les citoyens. Le pouvoir exécutif tient compte des valeurs traditionnelles dans ces prises de décision. Cela milite résolument pour la cause de la bonne gouvernance et de la démocratie. Les lois démocratiques et les valeurs traditionnelles africaines contribuent à la paix. Pour les sages, l’avènement de la paix commence en nous-mêmes. La paix en Afrique est une valeur inéluctable et un facteur de développement. John Kufuor, Léopold Sedar Senghor, Nelson Mandela, Mathieu Kérékou et bien d’autres dirigeants africains méritent tous les hommages pour avoir pris à temps une retraite fière. Les dirigeants africains doivent
s’évertuer à respecter le schéma constitutionnel. Ils doivent gouverner sur la base d’un nouveau contrat social avec le peuple. L’objectif serait de mettre en valeur le capital humain.


Patrice Kouakou-Wanset 







22:32 Publié dans Politique | Tags : paix, afrique, democratie, valeurs ancestrales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.