topblog Ivoire blogs

30 juillet 2010

Attentats de Kampala:Trois Kenyans inculpés dans le cadre de l'enquête



Trois Kenyans ont été inculpés dans le cadre de l'enquête sur les attentats qui ont fait 79 morts dans la capitale ougandaise, le 11 juillet. Les attaques avaient été revendiquées par les Shebab somaliens.
Par Dépêche (texte)

 



AFP - Un tribunal ougandais a déclaré avoir inculpé vendredi trois Kenyans soupçonnés d'être impliqués dans les attentats du 11 juillet qui ont fait 79 morts à Kampala.

Hussein Hassan Agad, 27 ans, d'Athi River, Mohamed Adan Abdow, 25 ans, du (district) de Makueni et Idris Magondu, 42 ans, de Nairobi, ont tous les trois été inculpés d'actes de terrorisme, ainsi que pour 76 meurtres et 10 tentatives de meurtre.

Le juge Deo Sejjemba a précisé que 61 des accusations de meurtres correspondaient au nombre de téléspectateurs tués dans le premier attentat, alors qu'ils regardaient la finale de la Coupe du monde de football retransmise en direct depuis l'Afrique du sud dans les locaux du Club de Rugby Kyadondo, à l'est de la capitale.

Les 15 autres accusations de meurtre correspondent aux personnes tuées le même soir dans un autre attentat dans un restaurant éthiopien au sud de Kampala.

Les attentats ont été revendiqués par les principaux insurgés islamistes somaliens, les shebab.
 





Même si elle souffre, l'Eglise est joyeuse et jeune, a affirmé Benoît XVI

Projection d'un film sur son pontificat par la radio bavaroise


ROME, Vendredi 30 juillet 2010 (ZENIT.org) - Même si elle souffre, l'Eglise est une Eglise joyeuse et jeune, car la foi procure la joie.

C'est ce qu'a affirmé Benoît XVI après la projection, hier, à Castel Gandolfo, d'un film sur les 5 ans de son pontificat.

« Je ne peux que remercier la radio bavaroise pour ce voyage spirituel extraordinaire qu'elle nous a permis de revivre », a dit le pape

Benoît XVI a affirmé que revoir certains moments de son pontificat a été pour lui « personnellement très émouvant ». Il a notamment cité le moment où « le Seigneur place le service pétrinien sur (ses) épaules », « un poids que personne ne pourrait porter seul, avec ses propres forces » mais qu'il peut porter « uniquement parce que le Seigneur nous porte et (le) porte ».

Le pape a expliqué qu'il a vu dans ce film « la richesse de la vie de l'Eglise, la multiplicité des cultures, des charismes, des dons divers qui vivent dans l'Eglise et comment, dans cette multiplicité et grande diversité vit toujours la même et unique Eglise ».

Il a ajouté que « le primat pétrinien a le mandat de rendre visible et concrète l'unité, dans la multiplicité historique, concrète, dans l'unité du présent, du passé, du futur et de l'éternel ».

« Nous avons vu que l'Eglise est aussi aujourd'hui, malgré tout, même si elle souffre, comme nous le savons, une Eglise joyeuse. Ce n'est pas une Eglise vieillie. Nous avons vu que l'Eglise est jeune et que la foi procure la joie », a ajouté le pape.

« C'est pour cette raison que j'ai trouvé très intéressante et belle l'idée de tout insérer dans le cadre de la neuvième symphonie de Beethoven, de 'l'hymne à la joie' qui montre que derrière toute l'histoire il y a la joie de notre rédemption », a précisé Benoît XVI.

Le pape a dit avoir également apprécié « le fait que le film finisse par la visite à la Mère de Dieu qui nous enseigne l'humilité, l'obéissance et la joie que Dieu est avec nous ».

Benoît XVI a chaleureusement remercié les personnes qui ont contribué à la réalisation de ce film, et en particulier le professeur Gerhard Fuchs, qui en est le producteur et Michael Mandlik, qui en est l'auteur et le réalisateur. « Que Dieu vous le rende ! » s'est-il exclamé, en allemand.








Niger/Fonds de l'énergie: Quatre personnalités interpellées

 


Seyni Omarou, ancien Premier ministre, fait parti des 4 personnalités qui aurait détourné plusieurs centaines de millions de francs CFA, destinés au Fonds de l'énergie.

Seyni Omarou, ancien Premier ministre, fait parti des 4 personnalités qui aurait détourné plusieurs centaines de millions de francs CFA, destinés au Fonds de l'énergie.
AFP


Par RFI

Sur une plainte de la Commission nationale de lutte contre la délinquance économique du Niger, la brigade de la gendarmerie a interpellé le 29 juillet 2010 quatre personnalités dont deux anciens ministres du Commerce de Mamadou Tandja. Il leur est reproché d'avoir détourné plusieurs centaines de millions de francs CFA, destinés au Fonds de l'énergie.Parmi ces personnalités figure Seyni Omarou, ancien Premier ministre et président du parti de Mamadou Tandja le MNSD, et Sallah Habi, ancien ministre du Commerce et vice- président du parti Loumana. Les deux autres sont des cadres de l'Etat.

 



C’est la Commission nationale de lutte contre la délinquance économique qui a transmis leurs dossiers à la gendarmerie. Quelques heures après, tous les quatre ont été interpellés par la brigade des recherches. Selon des sources proches du dossier, les deux anciens ministres doivent rembourser plus de 800 millions de francs CFA du Fonds de l’énergie. Une taxe de péréquation de deux francs CFA sera prélevée sur chaque litre d’essence vendu, destiné à lutter contre la désertification, et permettre à la population nigérienne d’avoir accès au gaz butane.

Malgré le délai de quinze jours donné par la Commission aux anciens ministres pour rembourser ou justifier les fonds, les choses n’ont pas évolué. Il y a quelques jours, le président du parti MNSD Nassara, l’ancien ministre Seyni Omarou a rejeté en bloc ces accusations. Aujourd’hui, lui et ses trois camarades sont entre les mains de la justice.

Lors d’une récente visite à la Commission, le chef de l’Etat, le général Djibo Salou a déclaré : « Ceux qui ont de grosses sommes à payer à l’Etat et qui n’arrivent pas à le faire, saisissez leurs biens, et vendez-les, et mettez l’Etat dans ses droits ».

Depuis quelques temps, la Commission de lutte contre la délinquance économique est très active. En quelques semaines de travaux, elle a pu récupérer prés d’un million de francs CFA.

 

tags: Mamadou Tandja - Niger