topblog Ivoire blogs

30 décembre 2009

Visite au maroc: Etat de santé du capitaine Dadis Camara

Spéculations autour de l'état de santé de Dadis Camara




Général Sekouba Konaté (D) dirigeant par intérim de la Guinée et le ministre de la Communication Idrissa Chérif (G).
Reuters / Montage RFI


Par RFI

Le dirigeant par intérim de la Guinée, Sékouba Konaté, a rendu visite mardi 29 décembre 2009 au chef de la junte, Moussa Dadis Camara, hospitalisé à Rabat depuis le 4 décembre, après avoir échappé à une tentative d’assassinat. En l’absence d’information officielle, l’état de santé du chef de la junte guinéenne suscite beaucoup de questions.

 



Sékouba Konaté a vu Dadis Camara à deux reprises. D’abord au soir du lundi 28 décembre 2009, peu après son arrivée à Rabat. Puis dans la journée du 29 décembre. Le général Konaté n’a fait aucune déclaration officielle après ses deux entretiens avec le capitaine Camara, mais selon une source proche de la junte jointe par l’AFP et qui préfère rester anonyme, le dirigeant par intérim de la Guinée aurait dit qu’«on ne peut rien tirer de Dadis... Qu'il n’était pas conscient de ce qui se passait dans son entourage et qu’il n’y avait plus rien à faire pour lui».

Membre de la délégation qui a accompagné Sékouba Konaté au chevet de Dadis Camara au Maroc, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement guinéen rejette les propos que l’AFP prête au général Konaté. Pour Idrissa Chérif, Moussa Dadis Camara «se porte bien». Il était « très décontracté et très souriant» lorsqu’il a reçu la délégation venue de Conakry.

 



 

Idrissa Cherif, porte-parole du gouvernement guinéen







Idrissa Cherif, porte-parole du gouvernement guinéen



Dieu merci le chef de l'Etat se porte bien... nous l'avons trouvé très décontracté, très souriant..

 

 

 

Le mystère demeure donc sur l’état de santé du chef de la junte guinéenne. Jusqu’ici et depuis son admission à la clinique royale de Rabat début décembre, le message officiel reste le même : Dadis Camara «va mieux et a l'intention de retourner le plus vite possible à Conakry». Reste qu'il n’a fait aucune communication officielle jusqu’à présent.
 

 

 

 

tags : Guinée - Maroc - Moussa Dadis Camara







11:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

28 décembre 2009

Le général Sékouba Konaté au chevet du capitaine Dadis Camara

Guinée : le général Konaté au chevet de Dadis Camara

Le président guinéen par intérim au Maroc

Le général de brigade Sékouba Konaté, président par intérim de la Guinée, se rend ce lundi auprès du chef autoproclamé de l’Etat, le capitaine Moussa Dadis Camara, hospitalisé depuis le 4 décembre à Rabat, au Maroc.


 



Augmenter la police Diminuer la police Imprimer l'article Envoyer l'article à un ami Réagir à l'article




  lundi 28 décembre 2009 / par Ismaël Kabiné Camara




Notre correspondant en Guinée


Le départ de Conakry ce lundi du président par intérim de la Guinée, le général de brigade Sékouba Konaté auprès du leader de la junte au Maroc « est une visite de courtoisie et de consultation », selon les propres termes du communiqué rendu public dans la nuit de dimanche, aux alentours de 23 heures (heure locale), sur les antennes de la télévision nationale, par le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et le gouvernement. Le directeur du bureau de presse de la présidence, le commandant Mandjou Dioubaté, qui a lu le communiqué, n’a pas précisé la durée du séjour du général de brigade Sékouba Konaté, deuxième vice-président du conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et ministre de la Défense nationale.


C’est la première fois que le général Sékouba Konaté se rend au chevet de Dadis Camara, son alter ego, comme on le dit à Conakry, depuis son hospitalisation le 4 décembre dernier. Il avait été l’objet d’une tentative d’assassinat par son ex-aide de camp, le lieutenant Aboubacar ‘‘Toumba’’ Diakité, toujours en cavale. A Conakry, le départ de Sékouba Konaté pour le Royaume chérifien suscite nombre de commentaires et de supputations. Certains pensent qu’il est risqué pour le général de brigade Konaté de s’absenter de Conakry dans le contexte actuel de la crise, car il s’expose à un possible coup de force. Les plus alarmistes, eux, prédisent que le pire
est déjà arrivé au capitaine Dadis Camara. Surtout que ses compatriotes n’ont aucune nouvelle fiable de lui depuis son hospitalisation. « Tout ce qu’on dit de lui, c’est que sa vie est hors de danger. Il va bien. Il va bientôt regagner le bercail… », nous confiait récemment un jeune étudiant faisant, entre autres, allusion aux propos du ministre de la communication auprès du chef de l’Etat, Idrissa Cherif, qui a déclaré la semaine dernière dans la presse de la Côte d’Ivoire – où il se trouve actuellement – que le capitaine Moussa Dadis passera la fête de fin d’année au milieu des siens.

Pour rappel, le chef de la junte guinéenne a été victime le 3 décembre dernier d’une tentative d’assassinat de la part de son ex aide de camp, le lieutenant Aboubacar Toumba Diakité au camp ‘‘Koundara’’ rebaptisé il y a peu, ‘‘Camp Joseph Makambo Loua’’, du nom d’un des gardes du corps qui a sacrifié sa vie pour sauver celle de Dadis Camara. C’est, en effet, Joseph Makambo qui a empêché Aboubacar ‘‘Toumba’’ Diakité d’achever Dadis Camara en le protégeant de son corps.


 



 

     
 
Guinée







18:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Abidjan et Ouaga veulent huiler davantage leurs relations

Coopération: Abidjan et Ouagadougou veulent huiler davantage leurs relations

Ouestafnews – La Côte d’Ivoire s’est engagé à prendre « les mesures appropriées » pour améliorer la fluidité du trafic avec le Burkina Faso, notamment par l’application des « dispositions communautaires relatives à la limitation des contrôles routiers », a annoncé le gouvernement ivoirien.


Après des années de brouille, consécutives à la crise politico-militaire en Côte d’Ivoire de septembre 2002, ces deux pays sont en train de progressivement relancer leur coopération.
Le président ivoirien Laurent Gbagbo accusait Ouagadougou d’être le principal soutien de la rébellion à l’origine de la crise.
Selon le site officiel du gouvernement ivoirien consulté à Ouestafnews, Abidjan est disposé à « intensifier les campagnes d’information et de sensibilisation sur les documents exigibles en matière de contrôles routiers et à examiner diligemment la demande d’un accord de siège au profit du Conseil burkinabé des chargeurs (CBC) ».
Cette décision a été annoncée à la suite d’un « Conseil des ministres conjoint » entre les gouvernements des deux pays tenu le mardi 15 septembre à Yamoussoukro (capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire).
Le président Blaise Compaoré qui co-présidait ce Conseil avec son homologue ivoirien Laurent Gbabo, était accompagné d’une délégation comprenant son Premier ministre Tertius Zongo et une dizaine de membres de son gouvernement.
De son côté, le chef d’Etat ivoirien était accompagné du Premier ministre Guillaume Kigbafori Soro et d’une quinzaine de ministres.
Lors de cette rencontre, la Côte d’Ivoire s’est par ailleurs engagé à prendre des dispositions pour la participation du Burkina Faso au Conseil d’administration du Port Autonome d’Abidjan.
De son côté, le gouvernement burkinabé, s’est engagé à examiner diligemment tout projet d’accord de siège au profit du Port Autonome d’Abidjan.
Le Burkina Faso, pays sans accès à la mer, dépend des pays frontaliers pour son commerce international. Le Port autonome d’Abidjan est en compétition avec ceux des autres pays de la région (Ghana, Togo, Bénin) pour le contrôle du marché burkinabé.
S’agissant des infrastructures routières, relève le communiqué du Conseil des ministres conjoint, les deux chefs d’Etat ont réaffirmé « le caractère prioritaire » du projet autoroutier Yamoussoukro-Ouagadougou, inscrit au « programme autoroutier sous régional ».
Ils se sont engagés à la recherche des financements nécessaires à ce projet, ainsi qu’à la réhabilitation, au renforcement et au revêtement des tronçons des axes existants.
Les deux parties ont aussi convenu de la création d’un comité conjoint de gestion du corridor Abidjan-Ouagadougou, conformément aux dispositions et programmes de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa).
Après de vives tensions nées des accusations du conflit ivoirien, Ouagadougou et Abidjan ont renoué le dialogue. Ainsi, le Burkina est aujourd’hui le principal médiateur dans ce conflit.
L’accord inter-ivoirien actuellement en application et devant mener le pays aux élections pour sortir la Côté d’Ivoire de la crise a été obtenu grâce à la médiation du Burkina.
 

Jeudi 17 Septembre 2009
Ouestaf News

 

14:49 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

24 décembre 2009

Réforme assurance-maladie d'Obama

Le Sénat approuve la réforme de l'assurance-maladie




Mesure phare du programme de Barack Obama, la réforme de la couverture maladie américaine vient d'être adoptée au Sénat par 60 voix contre 39. Le texte devra être ensuite fusionné avec celui voté par la Chambre des représentants.
Par Dépêche (texte)
Pauline GODART (vidéo)

 



AFP - Le Sénat américain a adopté jeudi matin à 07H00 (12H00 GMT) le projet de loi sur la couverture maladie, l'une des mesures clés du programme de réforme du président Barack Obama visant à rendre l'assurance santé plus accessible aux Américains.

Ce vote final met un terme à plusieurs mois de négociations entre la majorité démocrate du Congrès et la Maison Blanche, ainsi que de nombreuses discussions avec l'opposition républicaine.

Le texte, approuvé sans surprise, devra ensuite être fusionné avec celui déjà voté à la Chambre des représentants le 7 novembre. Une version définitive devra ensuite être envoyée au président Obama pour promulgation d'ici à la fin du mois de janvier.

 













 







Par Emmanuel SAINT-MARTIN - Nathan KING, correspondant FRANCE 24 à Washington

"Le camp démocracte est avant tout soulagé"

Les 60 sénateurs de la majorité se sont mis d'accord sur un texte de compromis en votant dès lundi sur la clôture des débats. Aucun des 40 républicains n'a voté avec la majorité.

Le chef de la majorité démocrate Harry Reid bénéficie donc des 60 voix sur 100 dont il a besoin pour s'affranchir de toute opposition de la part des républicains.

La réforme, sur laquelle plusieurs générations d'hommes politiques depuis le président Theodore Roosevelt (1901-1909) ont planché sans pouvoir la concrétiser, devrait marquer la présidence de Barack Obama.













 

Combien coûte la réforme ?






Dans un entretien accordé au Washington Post mardi, M. Obama a dit "ne pas soutenir le projet de loi (seulement) du bout des lèvres". Selon M. Obama, qui assure que l'essence de la réforme n'a pas été altérée, le Sénat a accompli "95%" de ce qu'il avait promis. Le président a ainsi écarté les critiques selon lesquelles le texte, trop édulcoré par les divers compromis, ne serait pas conforme à ses aspirations.

Le projet de loi du Sénat, contrairement à celui de la Chambre, ne prévoit pas la création d'une caisse d'assurance maladie gérée par l'Etat fédéral qui aurait été mise en concurrence avec les assureurs privés, une disposition surnommée "option publique".

L'aile droite du parti démocrate a longtemps bataillé et finalement obtenu satisfaction pour exclure l'option publique du projet de loi final..

Le projet de loi de la chambre haute vise à fournir une couverture à 31 des 36 millions d'Américains qui en sont dépourvus: 94% des moins de 65 ans seraient couverts.

 

 







18:57 Publié dans Société | Tags : assurance, maladie, obama | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |