topblog Ivoire blogs

13 mai 2019

Développement durable / ONU: 5 personnalités africaines parmi les 17 Champions des ODD

17 champions ODD, ONU, environnement, 5 africains nommés champions ODDLe Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a nommé cinq personnalités africaines parmi 17 champions des Objectifs de développement durable (ODD).

Les 17 défenseurs sont représentatifs du caractère universel des ODD. Ils sont issus des gouvernements, mais aussi du monde du divertissement, universitaire, du sport, des entreprises et comprend des activistes du monde entier. Ces 17 personnalités vont créer des ponts entre leurs publics respectifs et travailler ensemble pour faire avancer les choses.

Les leaders africains nommés sont le chef de l’Etat Ghanéen, Nana AKUFO-ADDO, co-président du groupe, Graça Machel, ex-épouse de Nelson Mandela et fondatrice du Graça MACHEL Trust, Muhammadu Sanusi II, émir de Kano (Nigéria), Hindou Oumarou Ibrahim, activiste dans les domaines de l’environnement et des droits des peuples autochtones (Tchad) et Edward Ndopu, fondateur de Global Strategies on Inclusive Education (Afrique du Sud).

Le Secrétaire général a chargé les 17 personnalités de mener l’action, de construire l’ambition et de renforcer la volonté politique mondiale en faveur des ODD. Ils ont pour mission de promouvoir les principes de la paix, de la prospérité, des peuples, de la planète et des partenariats.

11 de ces personnalités ont déjà occupé cette position de Champions des ODD, entretemps on dénombre 6 entrants à cette mission pour la première fois : l’Emir de Kano (Nigéria), Muhammadu Sanusi II ; la militante tchadienne de l’environnement et des droits des peuples autochtones, Hindou Oumarou Ibrahim ; l’actrice et cinéaste indienne, Dia Mirza ; la lauréate du Nobel de la paix et survivante yézédie, Nadia Murad ; le militant sud-africain pour l’éducation, Edward Ndopu ; et la footballeuse brésilienne, Marta Vieira da Silva.

« Nous avons les outils pour répondre aux problèmes posées par le changement climatique, la pression environnementale, la pauvreté et les inégalités. Ils se trouvent dans les grands accords de 2015 - le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'Accord de Paris sur le changement climatique », a rappelé M. Guterres.

« Mais les outils ne servent à rien si vous ne les utilisez pas. Donc, aujourd'hui et chaque jour, mon appel est clair et simple. Nous avons besoin d’action, d’ambition et de volonté politique. Plus d'action, plus d'ambition et plus de volonté politique », a souligné le chef de l’ONU.

Les membres du nouveau groupe des Champions des ODD

Coprésidents :

- M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président du Ghana (République du Ghana)

- Mme Erna Solberg, Premier Ministre de la Norvège (Royaume de Norvège)

Membres :

- La Reine Mathilde (Belgique)

- Muhammadu Sanusi II, émir de Kano (Nigéria)

- Sheikha Moza bint Nasser, fondatrice de la Fondation Education Above All (Qatar)

- Richard Curtis, scénariste, producteur et réalisateur (Royaume-Uni)

- Hindou Oumarou Ibrahim, activiste dans les domaines de l’environnement et des droits des peuples autochtones (Tchad)

- Jack Ma, fondateur et président exécutif du groupe Alibaba (Chine)

- Graça Machel, fondatrice du Graça Machel Trust (Mozambique)

- Dia Mirza, actrice et productrice de films, ambassadrice de bonne volonté du Programme des Nations Unies pour l'environnement pour l'Inde (Inde)

- Le Dr. Alaa Murabit, fondatrice de la voix des femmes libyennes (Canada)

- Nadia Murad, lauréate du prix Nobel de la paix ; présidente et ambassadrice de bonne volonté de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (Iraq)

- Edward Ndopu, fondateur de Global Strategies on Inclusive Education (Afrique du Sud)

- Paul Polman, président de la Chambre de commerce internationale, vice-président du conseil d'administration du Pacte mondial des Nations Unies (Pays-Bas)

- Jeffrey Sachs, Directeur du Centre pour le développement durable à l’Université Columbia (États-Unis)

- Marta Vieira da Silva, footballeuse de l’équipe Orlando Pride, ambassadrice de bonne volonté d'ONU Femmes (Brésil)

- Forest Whitaker, fondateur et directeur général de la Whitaker Peace & Development Initiative, envoyé spécial de l'UNESCO pour la paix et la réconciliation (États-Unis).

 

23 avril 2019

L'ONU souligne l'interdépendance et les synergies entre une paix durable et un développement durable

paix, développement durable, développement de l'afriqueLors d'un dialogue de haut niveau consacré aux synergies entre le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et le maintien de la paix, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a souligné la nécessité d'une réponse mondiale qui s'attaque aux causes sous-jacentes des conflits et intègre la paix, le développement durable et les droits de l'homme de manière holistique, et ce, de la conception à l'exécution.

« Notre priorité est la prévention : la prévention des conflits, des pires effets des catastrophes naturelles et autres menaces humaines à la cohésion et au bien-être des sociétés », a insisté le Secrétaire général dans un discours.

Les meilleurs outils de la prévention et de la paix durable sont un développement inclusif et durable, a martelé M. Guterres qui a identifié deux défis majeurs : l'éducation, qui est la condition préalable à la paix et au développement économique, et l'emploi productif et le travail décent, notamment des jeunes, qui sont essentiels à des sociétés stables et sûres.

L'alignement des objectifs des entreprises avec les visées stratégiques de la communauté internationale est déjà apparent dans l'explosion de l'économie verte, s'est réjoui le Secrétaire général qui a cité des estimations montrant que les économies et les revenus que l'on tirerait de la mise en œuvre du Programme 2030 se chiffrent à des dizaines de milliers de milliards de dollars.

Pour accompagner les Etats membres, le Secrétaire général a souligné que l'ONU doit, elle aussi, être prête à se réformer. Il a ainsi identifié trois grands domaines de réforme : les opérations de maintien de la paix, le système des Nations Unies pour le développement et l'administration de l'ONU. Avec ces réformes, M. Guterres estime qu'il est essentiel de créer une nouvelle génération de partenariats avec les gouvernements, la société civile, les organisations régionales, les institutions financières internationales, les universités et le monde des affaires.

La dernière partie de l'équation est, a reconnu le Secrétaire général, le financement. Il faut mettre en œuvre le Programme d'action d'Addis-Abeba et aller au-delà. Les pays en développement, a-t-il expliqué, doivent avoir accès aux technologies et aux marchés et ils ont besoin que les pays développés honorent leurs engagements en faveur de l'aide. Les institutions financières internationales devraient aider les pays à accéder aux marchés financiers et aux investissements étrangers directs. L'aide publique au développement (APD) comme l'aide humanitaire doivent être allouées stratégiquement conformément à des risques et des besoins clairement identifiés.

La paix durable : « moyen et fin » du développement durable

Le Président de l'Assemblée générale, Peter Thomson, a rappelé que, de la même manière que le Programme de développement durable à l'horizon 2030 reconnait l'importance de promouvoir des sociétés pacifiques, justes et inclusives pour réaliser chacun de ses 17 objectifs, les résolutions sur la pérennisation de la paix reconnaissent l'importance du développement durable pour le maintien de la paix.

« Sans paix durable, le développement durable est quasiment impossible ; nous savons que c'est la vérité», a déclaré M. Thompson.

Dix-sept pays dans le monde sont touchés par des conflits prolongés et deux milliards de personnes vivent dans des nations où sévissent fragilités, conflits et violences, a relevé le Président, soulignant que 95% des réfugiés et des personnes déplacées vivent dans des pays secoués par le même conflit depuis 1991.

Selon le Président de l'Assemblée générale, le monde doit agir sur deux fronts ; Tout d'abord impulser un élan « irrésistible » dès à présent, lors de cette phase préliminaire de la mise en œuvre du Programme 2030, en mobilisant les Etats membres, le secteur privé, la société civile et le milieu universitaire. Mais aussi reconnaître la paix durable à la fois comme « moyen et fin » du développement durable, et investir, « financièrement et intellectuellement », dans la paix durable.

Centre d'actualités de l'ONU

07:39 Publié dans Monde, Société | Tags : paix, développement durable, développement de l'afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | |

11 août 2018

Sara Menker, Fondateur et chef de la direction, Intelligence Gro

AGRF Sara-Menker-2.jpgSara Menker est le fondateur et PDG de Gro Intelligence, une entreprise technologique qui consiste à combler les lacunes de données dans le secteur agricole mondial, habiliter les décideurs et la création d'une plus éclairée, connecté, industrie mondiale efficace et productive agriculture.

Avant de fonder Gro, Menker était vice-président au sein du groupe de produits de Morgan Stanley. Elle a commencé sa carrière dans les produits de gestion des risques, où elle a couvert tous les marchés des matières premières, et elle a ensuite déménagé à la négociation, où elle a géré un portefeuille de négociation.

Menker est administrateur de l'Institut Mandela pour les études sur le développement (MINDS) et un administrateur du Centre international d'agriculture tropicale (CIAT). Elle a été nommée Jeune leader mondial par le Forum économique mondial et est membre de l'Initiative africaine de leadership de l'Institut Aspen.

Menker a reçu un B.Une. en économie et d'études africaines au Mount Holyoke College et London School of Economics et un M.B.A. de l'Université de Columbia.

AGRF 2018 Haut-parleurs

07:03 Publié dans Monde, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |